Appel à contributions pour les prochains Cahiers du GRM

Travail « de service » et travail cognitif, immatériels et immesurables ?
Des nouvelles antinomies du capitalisme contemporain.

Coordination :
Jessica Borotto, Alain Loute, Oriane Petteni et Sophie Wustefeld

Cahiers-logo.png

Nous proposons de problématiser dans deux numéros des Cahiers du GRM les rapports complexes entre mesurabilité et matérialité du travail dans le cadre de la mondialisation néolibérale et dans le contexte de ce qu’on a appelé le « capitalisme cognitif ». Pour ce faire, il nous semble pertinent de convoquer à la fois les analyses féministes qui se développent ces dernières années dans le domaine du travail « de service » (Paola Tabet), « du care » ou du travail « considéré comme féminin » (Jules Falquet) et celles qui se rapportent plus précisément à la précarisation et la financiarisation de la production de connaissance, issues d’analyses marxistes plus traditionnelles. Le travail cognitif et le travail de service nous semblent partager, à minima, une difficulté particulière à être mesurés dans les termes habituels qui furent ceux du salariat, ainsi que des formes de précarisation similaires. Leur immesurabilité tient à la fois à leur caractère immatériel (A. Negri et C. Vercellone) et à l’impossibilité de séparer réellement les travailleur·e·s de leurs produits (malgré les brevets), qui sont eux-mêmes soit cognitifs soit relationnels. Mais elle excède cette immatérialité au sens où elle correspond aussi à des éléments d’ordre idéologique, si l’on prend en compte les analyses féministes comme celles de Christine Delphy qui montrent que toute une part du travail de service a été (et reste) considéré comme immesurable simplement parce « naturalisé » (Silvia Federici, Caliban et la sorcière), c’est-à-dire fondé sur un mythe du don et de la gratuité comme apanage proprement féminin, qui s’oppose au concept même de travail et partant, empêche ou grève considérablement tout phénomène de rétribution. Nous pourrions nous demander dans quelle mesure un mythe similaire de la « gratuité » n’augmente pas l’immesurabilité du travail cognitif, renforçant là aussi sa précarisation.

C’est donc la création de ces sphères « autres » et les enjeux de leur invisibilisation qu’il nous faut questionner. Pourquoi, dans une conjoncture de l’évaluation gestionnaire et de la mesurabilité du travail, qui règle les barèmes de salaire et se donne comme le seul cadre possible de revendications de « reconnaissance » en régime capitaliste, persiste-il, voire même prolifère-t-il des formes de travail « gratuit », « incommensurable », « immatériel » ?

Dans un premier numéro, nous proposons aux auteur·e·s d’interroger la mesurabilité et la matérialité du travail « de service », « du care » ou du travail « considéré comme féminin », en comprenant celui-ci dans un continuum depuis la figure de la nounou ou de l’aide-soignante à celle de la travailleuse du sexe. Ces figures, paradigmes de l’intersection ou de la consubstantialité (Kergoat) des problématiques classes, genres, sexes et races (Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination) permettent d’interroger la mondialisation néolibérale à travers les interdépendances multiples et les nouvelles exploitations qui se créent entre les populations et les classes autours de ce type de travail (Ibos, Hoschild, Falquet).

Le caractère dé-mesuré du « care » ou du travail de service est un élément ambivalent. Tantôt revendiqué comme obstacle à la rationalité gestionnaire, notamment par Pascale Molinier (Le travail du care, p. 72) qui y voit le concept de travail inestimable chez Jean Oury, il semble pourtant pouvoir être la source de l’exploitation des travailleur·e·s (Caroline Ibos). Un des objectifs de ce numéro est d’encourager les ponts entre les références féministes et les épistémologies produisant une critique de la technique ou de la mesure comprise dans son actuel sens restrictif (e. a. Alain Supiot, Emmanuel Didier, Isabelle Bruno). Ces travaux devraient permettre, d’une part, de préciser les formes existantes d’évaluation et de contrôle des métiers de service dans un contexte de rationalisation. Les techniques de benchmarking, le passage d’une logique de subordination à une logique de programmation (Supiot) par des indicateurs de résultats chiffrés constituent autant de « mesure » de la démesure du soin qu’il serait intéressant de questionner. D’autre part, ces travaux ouvrent également sur ce qui pourrait constituer un usage émancipateur de la mesure de ces formes de travail. L’ouvrage Statactivisme, comment lutter avec des nombres, examine ainsi différentes pratiques « statactivistes » qui permettraient de défaire la « logique hégémonique de quantification ». Comment l’articulation de la mesure et la démesure dans le travail de service – dont la sociologie du travail social a montré que sa résolution était genrée, les assistants sociaux valorisant les actes professionnels objectivables, tandis que davantage d’assistantes sociales valoriseraient « des savoirs-être qui, eux, ne se mesurent pas » (M. Modak) – participe-t-elle aux logiques de précarisation du travail ?

Le second numéro invite des contributions qui rapprocheraient ces problématiques de celles rencontrées dans l’étude du travail cognitif. Ne peut-on pas élargir les figures du « care » ou du « service » à d’autres sphères de travailleur·e·s, comme les intellectuel·le·s, les artistes, les graphistes ou encore la masse de jeunes stagiaires perpétuellement maintenue dans l’antichambre du « vrai » travail, dont le marqueur de sa « sociabilité » est l’attribution d’un salaire ? Le travail cognitif, dont la définition s’étend des métiers ancrés dans la communication à celles qui produisent des savoirs, rend lui aussi inséparables son agent de son produit.

Nous proposons d’examiner entre autres les travaux portant sur le travail immatériel (A. Gorz) et-ou le travail cognitif (Y. Moulier-Boutang), où une tension similaire entre mesure et démesure du travail se donne à voir dans l’état de fait d’une production collective du travail, « distribué » sur un réseau d’acteur (cfr l’économie de la contribution, etc.). Il doit être compris comme coopération, comme une « force collective » qui est difficilement appréhendable dans les catégories d’un travail mesurable.

Moulier Boutang distingue deux niveaux du travail immatériel. L’immatériel 1. qui est codifiable et l’immatériel 2. qui « concerne tout ce qui dans la connaissance ou les services immatériels n’est pas codifiable ni répétable mais est singularisé chaque fois (…) autrement dit l’intelligence cognitive comme activité ou processus, beaucoup plus que de la cognition comme produit ou résultat » (L’abeille et l’économiste, p. 149). Y aurait-il donc un travail cognitif mesurable et un autre travail cognitif non mesurable ? Un fond d’intelligence collective qui déborderait l’intelligence capitalisée ? La financiarisation de ce type de travail, à travers la cotation en bourse des entreprises mais aussi le brevetage des connaissances produites (au profit d’entreprises) peut-elle être comprise comme la conquête d’un nouveau continent en proie à l’accumulation primitive toujours relancée, tout comme le sont, d’après Jules Falquet, les femmes des pays en voie de développement ?

Qu’est-ce que ces réflexions contemporaines sur le travail nous révèlent de la logique capitaliste ? Comment s’articulent capitalisme productif, capitalisme immatériel et cognitif, quelles sont leurs conséquences sur les partages classes, sexes/genres, races ? Ces nouveaux phénomènes manifestent-ils plutôt le rapport intrinsèquement ambivalent du capital à l’égard du travail ? Est-ce que cette ambigüité de la matérialité à la mesurabilité du travail n’est pas au cœur du capitalisme, celui-ci ayant tout à la fois besoin du travail et de la matérialité, tant productif que reproductif, et voulant s’en autonomiser ?

Pour finir, notre espoir dans la conception de ces deux numéros est de montrer que la richesse des travaux féministes qui seront évoqués, bien loin d’être cantonnée à l’analyse d’une problématique seulement régionale (la femme ou bien « les subalternes » postcoloniales pour le dire vite) portent en réalité sur le cœur même des antinomies capitalistes et offrent en ce sens des grilles conceptuelles de premier ordre pour saisir les mutations violentes que subit le travail salarié à l’heure actuelle.

Les contributions pour le premier numéro, à paraître au mois de décembre 2016, sont à envoyer au comité de coordination pour le 15 octobre 2016. Le calendrier concernant le second numéro sera communiqué ultérieurement, mais les contributions sont dès à présent bienvenues.

Contact : jessica.borotto@ulg.ac.be; alainloute@gmail.com; opetteni@ulg.ac.be; s.wustefeld@ulg.ac.be


Laisser un commentaire