Parution Cahier 10 | 2016 : Travail immatériel et immesurable ?

Travail immatériel et immesurable ?

Perspectives féministes et nouvelles antinomies du capitalisme contemporain

Sous la direction de Jessica Borotto, Alain Loute, Oriane Petteni et Sophie Wustefeld

L’hypothèse de ce numéro est que les analyses des féministes matérialistes comme celles de Silvia Federici – et de la plus méconnue, mais néanmoins importante Leopoldina Fortunati, sa « compagnonne de route » dans l’écriture de Il grande Calibano2 – offrent, et ce depuis les années 1970-1980, de précieux outils pour penser les antinomies du capitalisme contemporain. Les figures nourricières que nous avons convoquées à l’orée de cette introduction font en effet directement signe vers les analyses de la célèbre philosophe italienne à propos de la naturalisation du travail domestique. Le marxisme orthodoxe de l’époque peinait à intégrer cette sphère prétendument « autre », « anachronique », qu’il percevait comme un résidu de féodalisme, dans une compréhension globale des mécanismes du système capitaliste. Les analyses pionnières de Maria Dalla Costa, Selma James, Leopoldina Fortunati et Silvia Federici ont permis de montrer que le travail domestique devait tout d’abord impérativement être « dénaturalisé », débarrassé de toute idéologie de l’instinct féminin – idéologie construite à travers le temps et participant des enjeux politico-économique du système capitaliste – puis devait être réintégré dans une compréhension dialectique de ses liens avec le système économique dominant. Ces auteures ont compris le travail invisibilisé comme sphère de reproduction de la force travail (travail reproductif) et sphère de « reconstitution » de la force travail (travail domestique et émotionnel), la plupart du temps masculine jusqu’à l’ouverture du marché du travail au « groupe des femmes » pour parler comme J. Falquet.
ISSN  électronique 1775-3902

Numéro intégral disponible  sur : http://grm.revues.org/824

cahier-grm-10


Laisser un commentaire