GRM – 2e année 2008-2009

 

ANALYSES DES CONJONCTURES ROUGES

Le séminaire de la 2e année du GRM a été consacré à l’étude des écrits de conjonctures révolutionnaires du 19e et du 20e siécle : 1848, la Commune, l’après-guerre en Allemagne et en Italie (1918-1920), la guerre civile espagnole.

 

Séance de problématisation

LA CONJONCTURE 1848 (Septembre-Novembre 2008)
 LA CONJONCTURE COMMUNE (Novembre 2008-Janvier 2009).
 LA CONJONCTURE 1918-1921 ALLEMAGNE-ITALIE (Février-Mars 2009)
LA CONJONCTURE ESPAGNE 36 (avril-mai 2009)
  • Patrick Marcolini, «Espagne 36-37, guerre ou révolution : comment penser la conjoncture ? »
  • Note de travail : Rappels chronologiques Espagne 1936-1938
  • Guillaume Sibertin-Blanc, « Front populaire, néo-bonapartisme, fascisme : dialectique des formes de l’extrême crise dans la guerre civile-révolutionnaire espagnole. »
  • Nicolas Eyguesier, « La petite-bourgeoisie dans la révolution espagnole, ou : fallait-il collectiviser les salons de coiffure de Madrid ? »
1e FORUM INTERNATIONAL DE PHILOSOPHIE POLITIQUE ET SOCIALE
7 juillet 2009 GRM – séance plénière / « Penser (dans) la conjoncture » / présentation collective Lieu : Salle Osète (Ville de Toulouse)
  • Argumentaire : Comment penser la conjoncture dans laquelle on est pris ? Comment parvenir à prendre pour « objet » la situation actuelle, dans un contexte d’instabilité extrême (émeutes, mobilisations insurrectionnelles, révolutions) qui rend justement cette situation même singulièrement difficile à objectiver ? Quelles opérations d’écriture et d’analyse, quels aveuglements et quelles illusions aussi, suscitent ces événements qui nous interpellent au présent, et qui s’imposent d’autant plus à la pensée qu’ils déstabilisent nos instruments de compréhension de ce qui est en train de se passer ? Sur la base de quelques cas concrets empruntés à l’histoire des luttes populaires de masses des XIXe et XXe siècles, on interrogera les difficultés que soulève une posture si inconfortable. Problèmes de simple « théorie » ? À condition de rappeler que le « champ théorique » a lui aussi ses crises, qu’en lui aussi se répercutent les conflits sociaux, politiques, économiques, et qu’en lui les « masses » et leurs luttes travaillent encore. À charge de revanche : demander « Comment penser (dans) la conjoncture ? », c’est relancer le problème des prises pratiques que peut apporter l’analyse pour intervenir dans le présent, et aider à en orienter, tant qu’on peut, l’imprévisible cours.

10 juillet 2009 Atelier GRM n°2 /« Mémoires des luttes : l’expérience Allende et le cinéma politique de Patricio Guzman » par Patrick Marcolini, Marco Rampazzo Bazzan et Stéphane Pihet : / Salle Osète (Ville de Toulouse) Vendredi 10 juillet 9h00-11h00 : GRM –

  • Les mémoires de luttes passées – une histoire sans cesse à reprendre – réfléchissent une lutte présente dans une temporalité complexe, et figurent comme des conditions de possibilité pour la rendre révolutionnairement active et pour en déterminer les formes organisationnelles. Dans ce deuxième atelier du GRM, nous proposons des réflexions sur les mémoires de luttes et leurs significations dans l’actualité à partir de certaines séquences des derniers documentaires de Patricio Guzman (La mémoire obstinée et Salvador Allende). Le cinéaste y interroge sa mémoire personnelle, celle de témoin direct du gouvernement Allende et d’exilé, lorsqu’après le retour du Chili à la démocratie il rencontre sur sa terre natale des anciens militants de l’Union populaire filmés dans la Bataille du Chili, d’autres ayant survécus à la répression, et de jeunes étudiants ayant grandis sous la dictature de Pinochet.
  • « Mémoires des luttes : l’expérience Allende et le cinéma politique de Patricio Guzman »

Laisser un commentaire

Activités et actualités du groupe de recherches matérialistes