Archives de catégorie : Cahiers du GRM

Parution Cahier 10 | 2016 : Travail immatériel et immesurable ?

Travail immatériel et immesurable ?

Perspectives féministes et nouvelles antinomies du capitalisme contemporain

Sous la direction de Jessica Borotto, Alain Loute, Oriane Petteni et Sophie Wustefeld

L’hypothèse de ce numéro est que les analyses des féministes matérialistes comme celles de Silvia Federici – et de la plus méconnue, mais néanmoins importante Leopoldina Fortunati, sa « compagnonne de route » dans l’écriture de Il grande Calibano2 – offrent, et ce depuis les années 1970-1980, de précieux outils pour penser les antinomies du capitalisme contemporain. Les figures nourricières que nous avons convoquées à l’orée de cette introduction font en effet directement signe vers les analyses de la célèbre philosophe italienne à propos de la naturalisation du travail domestique. Le marxisme orthodoxe de l’époque peinait à intégrer cette sphère prétendument « autre », « anachronique », qu’il percevait comme un résidu de féodalisme, dans une compréhension globale des mécanismes du système capitaliste. Les analyses pionnières de Maria Dalla Costa, Selma James, Leopoldina Fortunati et Silvia Federici ont permis de montrer que le travail domestique devait tout d’abord impérativement être « dénaturalisé », débarrassé de toute idéologie de l’instinct féminin – idéologie construite à travers le temps et participant des enjeux politico-économique du système capitaliste – puis devait être réintégré dans une compréhension dialectique de ses liens avec le système économique dominant. Ces auteures ont compris le travail invisibilisé comme sphère de reproduction de la force travail (travail reproductif) et sphère de « reconstitution » de la force travail (travail domestique et émotionnel), la plupart du temps masculine jusqu’à l’ouverture du marché du travail au « groupe des femmes » pour parler comme J. Falquet.
ISSN  électronique 1775-3902

Numéro intégral disponible  sur : http://grm.revues.org/824

cahier-grm-10

Parution Cahier 9 | 2016 : Trajectoires de l’opéraïsme

Cahier 9 : Trajectoires de l’opéraïsme

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Fabrizio Carlino

 L’opéraïsme italien représente une réappropriation politique et théorique de l’horizon marxiste qui reste irréductible tant à l’orthodoxie tiers-internationaliste qu’à ses différentes hérésies, et dont l’enjeu fondamental est la possibilité d’élaborer une analyse et une stratégie adéquates à la structure du capitalisme avancé qui caractérisait, après 1945, les pays d’Europe occidentale et les Etats-Unis.
Au moment où la séquence néo-libérale triomphante elle-même semble déboucher sur quelque chose qui reste à découvrir et à interroger, ce Dossier vise à faire confronter une série – nécessairement incomplète – de recherches actuelles qui réinvestissent à de titres différents les concepts et les champs explorés par l’opéraïsme, en évoluant entre l’étude critique de sa généalogie et l’appréciation de sa fécondité contemporaine.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro intégral disponible  sur : http://grm.revues.org/748

Cahier 9

 

Table des matières

Appel à contributions pour les prochains Cahiers du GRM

Travail « de service » et travail cognitif, immatériels et immesurables ?
Des nouvelles antinomies du capitalisme contemporain.

Coordination :
Jessica Borotto, Alain Loute, Oriane Petteni et Sophie Wustefeld

Cahiers-logo.png

Nous proposons de problématiser dans deux numéros des Cahiers du GRM les rapports complexes entre mesurabilité et matérialité du travail dans le cadre de la mondialisation néolibérale et dans le contexte de ce qu’on a appelé le « capitalisme cognitif ». Pour ce faire, il nous semble pertinent de convoquer à la fois les analyses féministes qui se développent ces dernières années dans le domaine du travail « de service » (Paola Tabet), « du care » ou du travail « considéré comme féminin » (Jules Falquet) et celles qui se rapportent plus précisément à la précarisation et la financiarisation de la production de connaissance, issues d’analyses marxistes plus traditionnelles. Le travail cognitif et le travail de service nous semblent partager, à minima, une difficulté particulière à être mesurés dans les termes habituels qui furent ceux du salariat, ainsi que des formes de précarisation similaires. Leur immesurabilité tient à la fois à leur caractère immatériel (A. Negri et C. Vercellone) et à l’impossibilité de séparer réellement les travailleur·e·s de leurs produits (malgré les brevets), qui sont eux-mêmes soit cognitifs soit relationnels. Mais elle excède cette immatérialité au sens où elle correspond aussi à des éléments d’ordre idéologique, si l’on prend en compte les analyses féministes comme celles de Christine Delphy qui montrent que toute une part du travail de service a été (et reste) considéré comme immesurable simplement parce « naturalisé » (Silvia Federici, Caliban et la sorcière), c’est-à-dire fondé sur un mythe du don et de la gratuité comme apanage proprement féminin, qui s’oppose au concept même de travail et partant, empêche ou grève considérablement tout phénomène de rétribution. Nous pourrions nous demander dans quelle mesure un mythe similaire de la « gratuité » n’augmente pas l’immesurabilité du travail cognitif, renforçant là aussi sa précarisation.

C’est donc la création de ces sphères « autres » et les enjeux de leur invisibilisation qu’il nous faut questionner. Pourquoi, dans une conjoncture de l’évaluation gestionnaire et de la mesurabilité du travail, qui règle les barèmes de salaire et se donne comme le seul cadre possible de revendications de « reconnaissance » en régime capitaliste, persiste-il, voire même prolifère-t-il des formes de travail « gratuit », « incommensurable », « immatériel » ?

Continuer la lecture de Appel à contributions pour les prochains Cahiers du GRM

Parution – 8e Cahier du GRM Althusser : Politique et Subjectivité (II)

Sous la direction de Fabio Bruschi et Eva Mancuso

Capture Cahiers 8

Résumé :  Ce huitième numéro des Cahiers du GRM contient la deuxième partie d’un double dossier thématique consacré à la pensée de Louis Althusser. L’œuvre d’Althusser sera abordée à partir du problème de la pratique politique et des formes subjectives qu’elle induit, afin d’interroger le rôle d’analyseur qu’Althusser a joué vis-à-vis du marxisme et qu’il peut encore jouer vis-à-vis de notre actualité.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro disponible  sur : http://grm.revues.org/677

Table des matières :

Parution – 7e Cahier du GRM : Althusser : politique et subjectivité (I)

Sous la direction de Fabio Bruschi et Eva Mancuso

Cahier 7

 

Résumé : Ce septième numéro des Cahiers du GRM contient la première partie d’un double dossier thématique consacré à la pensée de Louis Althusser dont la deuxième partie sera publiée dans le huitième numéro.
L’œuvre d’Althusser sera abordée à partir du problème de la pratique politique et des formes subjectives qu’elle induit, afin d’interroger le rôle d’analyseur qu’Althusser a joué vis-à-vis du marxisme et qu’il peut encore jouer vis-à-vis de notre actualité.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro disponible  sur : http://grm.revues.org/581

Table des matières :

Parution – 6 Cahier du GRM

Cahiers-logo.pngLes intellectuels dans la guerre civile européenne. Enjeux philosophiques d’une histoire à écrire

Coordonné par Antoine Janvier et Gabor Tverdota
Contributions de :

Thomas Bolmain, Fabio Bruschi, Andrea Cavazzini, Fabrizio Carlino, György Lukács, Károly Mannheim Oriane Petteni, Jonathan Soskin,  Gabor Tverdota…

Présentation :

Le dossier thématique du sixième numéro des Cahiers du GRM se propose de contribuer à une nouvelle articulation de la période 1914-1945, qui est celle – suivant l’expression de l’historien Enzo Traverso – de la « guerre civile européenne ». Les articles de ce numéro sont autant d’applications d’une hypothèse spécifique : dans la mesure où les intellectuels aux origines et attaches sociales les plus diverses avaient parmi tous les autres acteurs socio-politiques l’intérêt le plus brûlant à un examen approfondi et circonstancié du corps social et politique, ainsi que de la dynamique de l’histoire, l’étude des documents du devenir-conscient de leur être-social peut contribuer grandement à la construction d’une image adéquate et équilibrée de l’époque en question. En se concentrant sur le cas de l’intelligentsia centre-européenne progressiste à la fin de la Grande Guerre et dans la période révolutionnaire qui l’a suivie, les traductions qui clôturent le dossier thématique offrent un regard sur les voies possibles de ce devenir-conscient des intellectuels dans la « guerre civile européenne ».

Numéro entièrement disponible sur : http://grm.revues.org/477

ISSN : 1775-3902

Louis Althusser : Politique et Subjectivité – Appel à contributions pour le 7e Cahier du GRM

Cahiers-logo.png

A l’occasion du cinquantenaire de la publication de Pour Marx et Lire Le Capital, le septième numéro des Cahiers du GRM sera consacré à la pensée de Louis Althusser, plus exactement à sa conception de la pratique politique en tant qu’elle est indissociable du type d’intervention qu’il s’est efforcé de théoriser et de pratiquer.

Ce problème soulève une série de questions demeurées en arrière-plan des recherches menées, ces dernières années, sur l’œuvre d’Althusser – réévaluant l’ontologie esquissée dans ses écrits des années 1980, sa lecture de Marx et des philosophes classiques ou encore l’influence qu’il a exercée sur des théoriciens qui s’emploient aujourd’hui à repenser l’émancipation. Il s’agira de déployer pour elles-mêmes ces questions qui constituent pour la pensée d’Althusser tout à la fois des points focaux et des points-limite, c’est-à-dire des points où elle tend à se résumer tout en échouant à se maîtriser : du problème de la conjoncture à ceux de la transition et du communisme, du statut du sujet à celui de l’intervention intellectuelle.

On suivra les deux axes de réflexion suivants :

1. Pratique politique et conjoncture.

De Pour Marx (1965) à « Le marxisme aujourd’hui » (1978), Althusser n’a cessé à la fois d’intervenir dans sa conjoncture et de problématiser son propre geste par le biais d’un travail sur le concept de conjoncture – ce double mouvement constituant une manière de produire une pensée de et pour la pratique politique. On privilégiera donc un double questionnement :

  1. un questionnement de la théorisation althussérienne de cette notion en se penchant sur son articulation avec le concept de structure, ainsi que sur le rapport entre surdétermination et sous-détermination, afin de comprendre dans quelle mesure ces couples conceptuels donnent accès à la modalité spécifiquement althussérienne d’intelligibilité du politique, laquelle gouverne à son tour la pratique et la théorie de l’intervention en conjoncture. Il s’agira en d’autres termes de se demander ce qu’on peut apprendre sur la reformulation althussérienne du matérialisme historique à partir de la question de la pratique politique.
  2. un questionnement de « l’idée du communisme » telle qu’elle travaille les analyses althussériennes de la politique communiste, en l’inscrivant tout particulièrement dans le cadre des débats et des textes qu’a provoqués la conjoncture du 22e congrès du PCF – où Althusser, essayant de penser la crise du marxisme, revient notamment sur la notion de « Dictature du prolétariat ».

Dans cette double perspective, on interrogera les points de rupture et de continuité entre les soubassements politiques de la pensée qu’Althusser établit au cours des années 1960 et les enjeux politiques explicites de l’intervention en conjoncture des années 1970. Sur cette base, il s’agira d’élargir la réflexion au rapport que la pensée althussérienne a entretenu ou est susceptible d’entretenir avec les autres réflexions qui, dans ces différentes périodes, ont tenté pour leur compte de poser ces problèmes à partir d’une perspective marxiste et communiste.

2. Idéologie et subjectivité.

Plusieurs travaux ont montré que la conception althussérienne de la pratique politique enveloppe une certaine problématisation du sujet politique, plutôt que l’affirmation péremptoire de sa pure et simple disparition. Si la constitution du sujet est une opération éminemment idéologique et si l’idéologie possède une efficacité propre qui est constitutive de toute pratique, y compris de la pratique politique, la question cardinale chez Althusser devient de ce point de vue celle des modalités de la transformation de l’idéologie, en particulier par les formes de son rapport au savoir. Dans ce cadre, il s’agira de construire d’autres grilles de lecture que celles qui opposent traditionnellement « critiques » et « défenseurs » de la posture du « philosophe-éducateur » impliquée par la théorie de la coupure entre science et idéologie des années 1960 et reniée (ou, selon les lecteurs, réitérée) par les reformulations de cette théorie lors de l’autocritique.

  1. D’un côté, on explorera les ressources données par les pratiques de recherche collective organisée par Althusser et les « althussériens » dans les années 1960 restées théoriquement sous-exploitées : dans quelle mesure ces pratiques permettent de ressaisir la pratique théorique en tant que forme spécifique d’action politique ? De quelle manière nous instruisent-elles sur le rôle de la médiation théorique vis-à-vis de l’idéologie ?
  2. D’un autre côté, on reviendra sur la question théorique et pratique de la maîtrise (plutôt que d’en faire l’évidence d’une apologie ou d’une accusation), en rapportant la pratique théorique à d’autres pratiques qui engagent la question du sujet de la manière la plus directe, comme la pratique analytique (mais l’on pourrait également mentionner la pratique artistique). Comment le parallèle entre le philosophe matérialiste et l’analyste permet-il d’élucider le rapport que l’idéologie et le savoir entretiennent avec la forme-sujet ? Comment permet-il d’envisager à nouveaux frais les questions formulées par la pratique politique dans un horizon communiste ?

Il s’agit de parier que cette perspective jette une lumière nouvelle sur la théorie althussérienne du « sujet idéologique » et sur la présence relevée par Badiou d’une conception du « subjectif sans sujet », en tant qu’elles constituent une voie d’accès privilégiée à la pensée de ce qui distingue une politique communiste d’autres pratiques de la politique. De cette manière, on s’emploiera à situer l’actualité de la pensée althussérienne vis-à-vis, d’un côté, des pensées qui s’efforcent de reformuler une théorie du sujet (Badiou, Balibar, Zizek, Butler), et de l’autre côté, des théories qui réservent une attention particulière à la productivité du lien social (Negri et Hardt).

 Les contributions au dossier peuvent être envoyées aux adresses suivantes: bruschif@gmail.com et eva.mancuso@ulg.ac.be jusqu’au 15 février 2015.

Parution : 5 Cahier du GRM

 

Cahiers-logo.pngLes temps et les formes. Sur la dialectique entre esthétique et politique  (5, 2014)

  • Sous la direction d’Andrea Cavazzini
  • Présentation : Les textes réunis dans ce Cahier sont des plus hétérogènes. La première section présente une traduction inédite et un commentaire de fragments posthumes de Hans-Jürgen Krahl, dans la perspective de la théorisation de la fonction dialectique de l’esthétique qui traverse le marxisme occidental depuis Lukács jusqu’aux mouvements des années 1960. La deuxième section est consacrée à deux figures de la culture est-allemande – Heiner Müller et Carlfriedrich Claus – qui ont mené, avec les moyens de l’art, de la littérature et du théâtre, une réflexion singulière sur la perspective communiste. La troisième section étudie le cinéma « engagé » ou « critique » né dans les années 1960 et ses implications politiques et philosophiques. Enfin, la quatrième section porte sur la manière dont les œuvres de Clarice Lispector (littérature) et d’Abdellatif Kechiche (cinéma) explorent les questions existentielles que traduisent et affrontent à la fois les positions affectives de la subjectivité.

Table des matières :

DOSSIER : 

VARIA : 

NOTE DE LECTURE : 

ISSN électronique : 1775-3902

 

Parution: 4 Cahier du GRM

Cahiers-logo.png

Des luttes étudiantes en Europe Occidentale (2) 4, 2013

  • Sous la direction de Stéphane Pihet et Fabrizio Carlino
  • Le dossier thématique de ce quatrième Cahier reprend et prolonge les analyses du troisième sur les processus de politisation des milieux étudiants

Table des matières :

DOSSIER

VARIA :

NOTES DE LECTURE :

 ISSN électronique : 1775-3902