Archives de catégorie : Appel à contributions en cours

Appel à contributions pour les prochains Cahiers du GRM

Travail « de service » et travail cognitif, immatériels et immesurables ?
Des nouvelles antinomies du capitalisme contemporain.

Coordination :
Jessica Borotto, Alain Loute, Oriane Petteni et Sophie Wustefeld

Cahiers-logo.png

Nous proposons de problématiser dans deux numéros des Cahiers du GRM les rapports complexes entre mesurabilité et matérialité du travail dans le cadre de la mondialisation néolibérale et dans le contexte de ce qu’on a appelé le « capitalisme cognitif ». Pour ce faire, il nous semble pertinent de convoquer à la fois les analyses féministes qui se développent ces dernières années dans le domaine du travail « de service » (Paola Tabet), « du care » ou du travail « considéré comme féminin » (Jules Falquet) et celles qui se rapportent plus précisément à la précarisation et la financiarisation de la production de connaissance, issues d’analyses marxistes plus traditionnelles. Le travail cognitif et le travail de service nous semblent partager, à minima, une difficulté particulière à être mesurés dans les termes habituels qui furent ceux du salariat, ainsi que des formes de précarisation similaires. Leur immesurabilité tient à la fois à leur caractère immatériel (A. Negri et C. Vercellone) et à l’impossibilité de séparer réellement les travailleur·e·s de leurs produits (malgré les brevets), qui sont eux-mêmes soit cognitifs soit relationnels. Mais elle excède cette immatérialité au sens où elle correspond aussi à des éléments d’ordre idéologique, si l’on prend en compte les analyses féministes comme celles de Christine Delphy qui montrent que toute une part du travail de service a été (et reste) considéré comme immesurable simplement parce « naturalisé » (Silvia Federici, Caliban et la sorcière), c’est-à-dire fondé sur un mythe du don et de la gratuité comme apanage proprement féminin, qui s’oppose au concept même de travail et partant, empêche ou grève considérablement tout phénomène de rétribution. Nous pourrions nous demander dans quelle mesure un mythe similaire de la « gratuité » n’augmente pas l’immesurabilité du travail cognitif, renforçant là aussi sa précarisation.

C’est donc la création de ces sphères « autres » et les enjeux de leur invisibilisation qu’il nous faut questionner. Pourquoi, dans une conjoncture de l’évaluation gestionnaire et de la mesurabilité du travail, qui règle les barèmes de salaire et se donne comme le seul cadre possible de revendications de « reconnaissance » en régime capitaliste, persiste-il, voire même prolifère-t-il des formes de travail « gratuit », « incommensurable », « immatériel » ?

Continuer la lecture de Appel à contributions pour les prochains Cahiers du GRM