Archives par mot-clé : Louis Althusser

20.02.2016 – Paris Science et Idéologie dans le marxisme: enjeux épistémologiques et politiques

Séance 3 du GRM 9e année

Science et idéologie dans le marxisme : enjeux épistémologiques et politiques

Journée d’étude

Samedi 20 février 2016

Org. Patrick Marcolini, Marco Rampazzo Bazzan

9h-18h

Lieu : Salle Beckett, ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e

Poster-Metropolis_101

Présentation : Le marxisme s’est défini, dès la fin du XIXe siècle, comme un socialisme « scientifique ». Pour ses représentants, il ne s’agissait pas seulement de tracer une ligne de démarcation nette avec le socialisme originel des Fourier, Saint-Simon, Cabet ou Owen. Par ses connotations rationalistes et pragmatiques, le terme avait aussi pour vocation de dénoncer l’imprégnation religieuse et l’irréalisme politique des adversaires du courant marxiste, aussi bien dans le camp des socialistes associationnistes ou coopérateurs que du côté des anarchistes partisans d’un passage immédiat et révolutionnaire au communisme, sans médiation étatique ou partidaire ni phase de transition historique. Implicitement, le socialisme scientifique se concevait comme une méthode calquée sur les sciences expérimentales, basée comme elles sur des moyens rigoureux d’observation et d’enquête, et mettant comme elles au centre de sa démarche un matérialisme de la praxis, qui recherche dans l’action historique (la lutte de classes) la vérification de ses hypothèses.

Après 1930, les enjeux de cette autodéfinition du marxisme comme socialisme scientifique ont été quelque peu modifiés sous le coup de trois événements : la découverte des textes du jeune Marx et du rôle central qu’ils confèrent à la catégorie d’idéologie, l’ossification de la théorie marxiste et sa déliaison d’avec la pratique dans la conjoncture contre-révolutionnaire mondiale, ainsi que l’émergence d’un « marxisme occidental » réagissant à cette ossification en se focalisant sur l’analyse des superstructures idéologiques de la société capitaliste. Ce débat a trouvé son prolongement jusque dans le débat politico-philosophique des années 68 en France, à travers la réactivation de la catégorie d’idéologie chez les hégélo-marxistes à la française (Goldmann, Lefebvre, Gabel, Debord, etc.), comme dans le camp adverse de l’althussérisme, qui a voulu tracer une ligne de partage la plus claire possible, y compris au sein de l’œuvre marxienne, entre science et idéologie.

Ce sont ces débats, comme cette riche tradition, que nous souhaitons interroger : en revenant aux sources épistémologiques du concept de science tel qu’il est utilisé par le marxisme ; en posant la question du relativisme (qui procède du démasquage généralisé des idéologies) et celle, connexe, des rapports possibles à l’idéologie comprise comme forme indépassable du lien de l’homme à son monde ; enfin, en se demandant si le concept de science tel qu’il est pratiqué par la tradition marxiste n’est pas lui-même idéologique, soit comme déclinaison prolétarienne du scientisme bourgeois du XIXe siècle, soit comme idéologie de la nouvelle classe ascendante qu’une tradition dissidente de la théorie sociale identifiera comme technobureaucratie.

Programme :

Matin 9h -12h30

Guillaume Carnino (UTC, Laboratoire COSTECH – Connaissance, Organisation et Systèmes Techniques) : La science comme idéologie et l’épistémologie comme théologie. Retour sur les débuts de l’eschatologie industrialiste

Fabrizio Carlino (GRM) : « Cogito prolétarien » et épistémologie historique : origines et dérives de la doctrine de « deux sciences ».

Yohann Douet (ENS-Ulm) : La science est-elle une idéologie comme une autre ? Gramsci et la critique de la science et du progrès

14h-18h

Guido Grassadonio (EHESS, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux) : Visions du monde, structures significatives et pari : l’épistémologie humaniste de Lucien Goldmann

15h Patrick Marcolini (GRM) : Science, idéologie et technobureaucratie. Quelques réflexions autour des œuvres de Jan Waclav Makhaïski, Bruno Rizzi et Louis Mercier-Vega

Marco Rampazzo Bazzan (GRM/Padoue) : Althusser et le statut de la philosophie politique entre science et idéologie

Jean Matthys (GRM/ UCL) : Finitude de la théorie et théorie de la finitude. La question de la limite entre science et idéologie chez Althusser

Parution – 7e Cahier du GRM : Althusser : politique et subjectivité (I)

Sous la direction de Fabio Bruschi et Eva Mancuso

Cahier 7

 

Résumé : Ce septième numéro des Cahiers du GRM contient la première partie d’un double dossier thématique consacré à la pensée de Louis Althusser dont la deuxième partie sera publiée dans le huitième numéro.
L’œuvre d’Althusser sera abordée à partir du problème de la pratique politique et des formes subjectives qu’elle induit, afin d’interroger le rôle d’analyseur qu’Althusser a joué vis-à-vis du marxisme et qu’il peut encore jouer vis-à-vis de notre actualité.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro disponible  sur : http://grm.revues.org/581

Table des matières :

Parution – Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste

 

MISÈRE DE LA THÉORIE. CONTRE ALTHUSSER ET LE MARXISME ANTI-HUMANISTE

EDWARD P. THOMPSON

Une critique énergique envers le dogmatisme du théoricien marxiste Althusser et ses disciples qui occupent aujourd’hui encore le devant de la scène intellectuelle.
____________________________________
Misere de la theorie

ARGUMENTAIRE:

Un penseur a joué un grand rôle dans la formation des intellectuelles critiques qui sont aujourd’hui en vogue : Louis Althusser. Dans les années 1960 et 1970, ce philosophe marxiste, figure de proue du structuralisme, membre du Parti communiste mais adulé par les étudiants maoïstes, est considéré comme une référence par Alain Badiou, Jacques Rancière, Étienne Balibar, Manuel Castells ou Nicolas Poulantzas.

Dans ce livre énergique et drôle écrit en 1978, l’historien britannique Edward P. Thompson ridiculise la prétention des althussériens à hisser le marxisme au rang de science, le caractère réductionniste et mécanique de leur approche de l’histoire ou de la société, ainsi que le parfum de stalinisme qui entour leur positions. Pour lui, ce marxisme académique n’est rien d’autre que l’opium d’une bourgeoisie intellectuelle venue d’encanailler à l’extrême gauche.

En contrepoint, E. P. Thompson propose sa propre conception du marxisme nourrie de sa pratique d’historien, qui se fonde sur un dialogue avec les faits et accorde une place centrale à la capacité des femmes et des hommes à faire leur propre histoire. Partisan de ce qu’il appelle un « communisme libertaire », il appelle à relever le drapeau de l’humanisme pour élaborer une critique du capitalisme qui rejoigne les valeurs morales des classes populaires.
____________________________________

COLLECTION
VERSUS

Contre les idéologies pseudo-critiques qui ne font qu’accompagner le déploiement du technolibéralisme – élimination de la question sociale, déconstruction à tous crins, relativisme généralisé, artificialisme forcené, fascination pour la technoscience… –, la collection Versus entend retrouver l’énergie qui a animé par le passé les courants intellectuels les plus hostiles au Capital et aux machines. Pas pour la figer dans un museum de la théorie, mais pour la prolonger dans l’époque actuelle, et redonner des armes à ceux qui n’acceptent pas le monde tel qu’il est.

Versus, du latin vertere, « tourner, changer, convertir ». Versus : « en direction de », mais aussi, en anglais : « contre ». L’inverse, l’adversaire, la controverse. Pour aller au-delà.

Collection dirigée par Patrick Marcolini



Traduit de l’anglais par
Alexia Blin, Antony Burlaud
Yohann Douet, Alexandre Feron


390 pages * 14 x 20,5 cm
isbn 978-29158309-3-4
19 euros

Site de l’éditeur
___________________________

L’AUTEUR

Historien renommé, Edward P. Thompson (1924-1993) fut aussi un intellectuel engagé, l’un des fondateurs de la New Left, la nouvelle gauche marxiste britannique. Son chef d’oeuvre La Formation de la classe ouvrière anglaise, de même que ses travaux  sur les cultures populaires, ont connu une diffusion internationale. Ils continuent d’exercer une influence déterminante sur nombre de chercheurs et de militants.

 

25/04/2015 6e séance GRM 8e année – Althusser et la politique (2) Journée d’étude – Paris

Althusser et la politique (2)
Idéologie et sujet

Lieu : Paris, ENS, 29, rue d’Ulm, salle 235 A

11h -17h00 (Pause 12h30 – 14h)

Interventions :

  • Eva Mancuso, Les appareils idéologiques du Prince. Une lecture de “Machiavel et nous” (Althusser)

  • Marco Rampazzo Bazzan, La normativité des concepts de la science politique moderne au prisme de la notion d’idéologie (d’Althusser)
  • Jessica Borotto, Subjectivation et assujettissement : Butler lectrice d’Althusser

Louis Althusser : Politique et Subjectivité – Appel à contributions pour le 7e Cahier du GRM

Cahiers-logo.png

A l’occasion du cinquantenaire de la publication de Pour Marx et Lire Le Capital, le septième numéro des Cahiers du GRM sera consacré à la pensée de Louis Althusser, plus exactement à sa conception de la pratique politique en tant qu’elle est indissociable du type d’intervention qu’il s’est efforcé de théoriser et de pratiquer.

Ce problème soulève une série de questions demeurées en arrière-plan des recherches menées, ces dernières années, sur l’œuvre d’Althusser – réévaluant l’ontologie esquissée dans ses écrits des années 1980, sa lecture de Marx et des philosophes classiques ou encore l’influence qu’il a exercée sur des théoriciens qui s’emploient aujourd’hui à repenser l’émancipation. Il s’agira de déployer pour elles-mêmes ces questions qui constituent pour la pensée d’Althusser tout à la fois des points focaux et des points-limite, c’est-à-dire des points où elle tend à se résumer tout en échouant à se maîtriser : du problème de la conjoncture à ceux de la transition et du communisme, du statut du sujet à celui de l’intervention intellectuelle.

On suivra les deux axes de réflexion suivants :

1. Pratique politique et conjoncture.

De Pour Marx (1965) à « Le marxisme aujourd’hui » (1978), Althusser n’a cessé à la fois d’intervenir dans sa conjoncture et de problématiser son propre geste par le biais d’un travail sur le concept de conjoncture – ce double mouvement constituant une manière de produire une pensée de et pour la pratique politique. On privilégiera donc un double questionnement :

  1. un questionnement de la théorisation althussérienne de cette notion en se penchant sur son articulation avec le concept de structure, ainsi que sur le rapport entre surdétermination et sous-détermination, afin de comprendre dans quelle mesure ces couples conceptuels donnent accès à la modalité spécifiquement althussérienne d’intelligibilité du politique, laquelle gouverne à son tour la pratique et la théorie de l’intervention en conjoncture. Il s’agira en d’autres termes de se demander ce qu’on peut apprendre sur la reformulation althussérienne du matérialisme historique à partir de la question de la pratique politique.
  2. un questionnement de « l’idée du communisme » telle qu’elle travaille les analyses althussériennes de la politique communiste, en l’inscrivant tout particulièrement dans le cadre des débats et des textes qu’a provoqués la conjoncture du 22e congrès du PCF – où Althusser, essayant de penser la crise du marxisme, revient notamment sur la notion de « Dictature du prolétariat ».

Dans cette double perspective, on interrogera les points de rupture et de continuité entre les soubassements politiques de la pensée qu’Althusser établit au cours des années 1960 et les enjeux politiques explicites de l’intervention en conjoncture des années 1970. Sur cette base, il s’agira d’élargir la réflexion au rapport que la pensée althussérienne a entretenu ou est susceptible d’entretenir avec les autres réflexions qui, dans ces différentes périodes, ont tenté pour leur compte de poser ces problèmes à partir d’une perspective marxiste et communiste.

2. Idéologie et subjectivité.

Plusieurs travaux ont montré que la conception althussérienne de la pratique politique enveloppe une certaine problématisation du sujet politique, plutôt que l’affirmation péremptoire de sa pure et simple disparition. Si la constitution du sujet est une opération éminemment idéologique et si l’idéologie possède une efficacité propre qui est constitutive de toute pratique, y compris de la pratique politique, la question cardinale chez Althusser devient de ce point de vue celle des modalités de la transformation de l’idéologie, en particulier par les formes de son rapport au savoir. Dans ce cadre, il s’agira de construire d’autres grilles de lecture que celles qui opposent traditionnellement « critiques » et « défenseurs » de la posture du « philosophe-éducateur » impliquée par la théorie de la coupure entre science et idéologie des années 1960 et reniée (ou, selon les lecteurs, réitérée) par les reformulations de cette théorie lors de l’autocritique.

  1. D’un côté, on explorera les ressources données par les pratiques de recherche collective organisée par Althusser et les « althussériens » dans les années 1960 restées théoriquement sous-exploitées : dans quelle mesure ces pratiques permettent de ressaisir la pratique théorique en tant que forme spécifique d’action politique ? De quelle manière nous instruisent-elles sur le rôle de la médiation théorique vis-à-vis de l’idéologie ?
  2. D’un autre côté, on reviendra sur la question théorique et pratique de la maîtrise (plutôt que d’en faire l’évidence d’une apologie ou d’une accusation), en rapportant la pratique théorique à d’autres pratiques qui engagent la question du sujet de la manière la plus directe, comme la pratique analytique (mais l’on pourrait également mentionner la pratique artistique). Comment le parallèle entre le philosophe matérialiste et l’analyste permet-il d’élucider le rapport que l’idéologie et le savoir entretiennent avec la forme-sujet ? Comment permet-il d’envisager à nouveaux frais les questions formulées par la pratique politique dans un horizon communiste ?

Il s’agit de parier que cette perspective jette une lumière nouvelle sur la théorie althussérienne du « sujet idéologique » et sur la présence relevée par Badiou d’une conception du « subjectif sans sujet », en tant qu’elles constituent une voie d’accès privilégiée à la pensée de ce qui distingue une politique communiste d’autres pratiques de la politique. De cette manière, on s’emploiera à situer l’actualité de la pensée althussérienne vis-à-vis, d’un côté, des pensées qui s’efforcent de reformuler une théorie du sujet (Badiou, Balibar, Zizek, Butler), et de l’autre côté, des théories qui réservent une attention particulière à la productivité du lien social (Negri et Hardt).

 Les contributions au dossier peuvent être envoyées aux adresses suivantes: bruschif@gmail.com et eva.mancuso@ulg.ac.be jusqu’au 15 février 2015.

11/10/2014- Paris 1e séance GRM 8e année

Thème :
Althusser et la politique (1)  
Lutte des classes, sujet et idéologie

 

Horaire : 14h-17h

Interventions :

  • Jean Matthys, Science, sujet et intervention philosophique : enjeux et questions.

  • Fabrizio Carlino, Althusser et Tronti entre Front populaire et « classe contre classe ».

  • Fabio Bruschi, Reconnaissance et idéologie prolétarienne chez Althusser.

Lieu : Paris, ENS 29, rue d’Ulm Salle  235 A

Parution – Althusser et l’opéraïsme. Notes pour l’étude d’une « rencontre manquée »

Article en ligne de Fabrizio Carlino e Andrea Cavazzini

Présentation  : L’althussérisme et l’opéraïsme de Tronti représentent deux des tendances les plus marquantes du marxisme des années 1960. Pourtant, malgré certaines similarités, ces deux expériences théoriques se sont mutuellement ignorées, et il aura fallu attendre les élaborations postopéraïstes de Negri pour qu’elles commencent à dialoguer. C’est cependant sur un tout autre terrain que Fabrizio Carlino et Andrea Cavazzini esquissent ici un rapprochement entre Althusser et Tronti : celui du rapport entre la théorie et la pratique, dont la problématisation culmine dans la double thèse du primat des classes sur leur lutte et du caractère intrinsèquement politique de l’économie.

Texte intégral in : Périodes, revue en ligne marxiste, Septembre 2014

GRM 8 année 2014-2015 Programme

copy-cropped-cropped-GRM-Logo-site2.png

Activités 2014-2015

Programme

 

1e séance 11 octobre 2014
Thème :
Althusser et la politique (1)  
Lutte des classes, sujet et idéologie

 

Lieu : Paris ENS 29 rue d’Ulm, Salle 235 A

14h-17h

Interventions :

  • Jean Matthys, Science, sujet et intervention philosophique : enjeux et questions.

  • Fabrizio Carlino, Althusser et Tronti entre Front populaire et « classe contre classe ».

  • Fabio Bruschi, Reconnaissance et idéologie prolétarienne chez Althusser.

2e séance 29 novembre 2014
Thème :
Critiques de l’économie politique (1)
Analyses matérialistes de la reproduction sociale

 

Lieu :  Salle de conférence de Bruxelles Laïque (1er étage), 18-20 avenue de Stalingrad 1000 Bruxelles

14h-17h

Interventions :

  • Andrea Cavazzini, Accumulation sociale et socialisation : Marx, Ogilvie, Jameson.

  • Sophie Wustefeld, Approches métapsychanalytiques et politiques du néolibéralisme.

  • Marco Rampazzo Bazzan, Arrighi lecteur d’Adam Smith.

3e séance : 17 janvier 2015
Thème :
Critiques de l’économie politique (2)
Les politiques du capital : système, temporalité et historicité

 

Lieu : Salle de conférence de Bruxelles Laïque (1er étage), 18-20 avenue de Stalingrad, 1000 Bruxelles

14h-17h

Interventions :

  • Fabrizio Carlino, Au-delà de l’expropriation initiale et en-deçà de l’histoire : à propos du rapport entre la structure du temps et sa forme capitaliste.

  • Oriane Petteni, Otto Neurath, planification urbaine et projet encyclopédique. Une voie de l’austromarxisme

  • Alain Loute, Le concept de cartographie cognitive chez Frédéric Jameson : un projet d’herméneutique marxiste.

4e séance 20 février 2015

Journée d’études

Thème :
 La question intellectuelle au 20ème siècle (1)
La question intellectuelle en horizon communiste : intellectuels d’État et groupes intellectuels.

 

Lieu : Liège, ULg – Espace du département de philosophie (Place du XX Août, Bât. A1, 3ème étage)

10h30-18h00

Interventions :

  • Gabor Tverdota, Mannheim : État et Planification ou Konràd et Szelényi : intellectuels, technocrates et État.

  • Andrea Cavazzini, La fonction intellectuelle dans la structure sociale du socialisme réel : Rita di Leo et Rudolf Bahro.

  • Caroline Glorie, Walter Benjamin et le surréalisme. Une organisation du pessimisme : l’illumination surréaliste du point de vue d’un observateur allemand.

  • Sophie Wustefed, Lefort et Castoriadis : penser et agir après Socialisme ou Barbarie.

 

5e séance 25 avril 2015

Journée d’études

Thème :
Althusser et la politique (2)
Idéologie et sujet

Lieu : Paris, ENS, 29, rue d’Ulm, salle 235 A

10h30-17h00

Interventions :

  • Eva Mancuso, Les appareils idéologiques du Prince. Une lecture de « Machiavel et nous » (Althusser)

  • Jessica Borotto, Subjectivation et assujettissement : Butler lectrice d’Althusser.

  • Marco Rampazzo Bazzan, Idéologie, hégémonie et interpellation.

  • Fabio Bruschi, Le Parti et l’Église chez Althusser : une idée du communisme.

  • Hervé Oulchen, L’idéologie dans le structuralisme de la pratique. Réflexions à partir d’Althusser.