Archives par mot-clé : science

20.02.2016 – Paris Science et Idéologie dans le marxisme: enjeux épistémologiques et politiques

Séance 3 du GRM 9e année

Science et idéologie dans le marxisme : enjeux épistémologiques et politiques

Journée d’étude

Samedi 20 février 2016

Org. Patrick Marcolini, Marco Rampazzo Bazzan

9h-18h

Lieu : Salle Beckett, ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e

Poster-Metropolis_101

Présentation : Le marxisme s’est défini, dès la fin du XIXe siècle, comme un socialisme « scientifique ». Pour ses représentants, il ne s’agissait pas seulement de tracer une ligne de démarcation nette avec le socialisme originel des Fourier, Saint-Simon, Cabet ou Owen. Par ses connotations rationalistes et pragmatiques, le terme avait aussi pour vocation de dénoncer l’imprégnation religieuse et l’irréalisme politique des adversaires du courant marxiste, aussi bien dans le camp des socialistes associationnistes ou coopérateurs que du côté des anarchistes partisans d’un passage immédiat et révolutionnaire au communisme, sans médiation étatique ou partidaire ni phase de transition historique. Implicitement, le socialisme scientifique se concevait comme une méthode calquée sur les sciences expérimentales, basée comme elles sur des moyens rigoureux d’observation et d’enquête, et mettant comme elles au centre de sa démarche un matérialisme de la praxis, qui recherche dans l’action historique (la lutte de classes) la vérification de ses hypothèses.

Après 1930, les enjeux de cette autodéfinition du marxisme comme socialisme scientifique ont été quelque peu modifiés sous le coup de trois événements : la découverte des textes du jeune Marx et du rôle central qu’ils confèrent à la catégorie d’idéologie, l’ossification de la théorie marxiste et sa déliaison d’avec la pratique dans la conjoncture contre-révolutionnaire mondiale, ainsi que l’émergence d’un « marxisme occidental » réagissant à cette ossification en se focalisant sur l’analyse des superstructures idéologiques de la société capitaliste. Ce débat a trouvé son prolongement jusque dans le débat politico-philosophique des années 68 en France, à travers la réactivation de la catégorie d’idéologie chez les hégélo-marxistes à la française (Goldmann, Lefebvre, Gabel, Debord, etc.), comme dans le camp adverse de l’althussérisme, qui a voulu tracer une ligne de partage la plus claire possible, y compris au sein de l’œuvre marxienne, entre science et idéologie.

Ce sont ces débats, comme cette riche tradition, que nous souhaitons interroger : en revenant aux sources épistémologiques du concept de science tel qu’il est utilisé par le marxisme ; en posant la question du relativisme (qui procède du démasquage généralisé des idéologies) et celle, connexe, des rapports possibles à l’idéologie comprise comme forme indépassable du lien de l’homme à son monde ; enfin, en se demandant si le concept de science tel qu’il est pratiqué par la tradition marxiste n’est pas lui-même idéologique, soit comme déclinaison prolétarienne du scientisme bourgeois du XIXe siècle, soit comme idéologie de la nouvelle classe ascendante qu’une tradition dissidente de la théorie sociale identifiera comme technobureaucratie.

Programme :

Matin 9h -12h30

Guillaume Carnino (UTC, Laboratoire COSTECH – Connaissance, Organisation et Systèmes Techniques) : La science comme idéologie et l’épistémologie comme théologie. Retour sur les débuts de l’eschatologie industrialiste

Fabrizio Carlino (GRM) : « Cogito prolétarien » et épistémologie historique : origines et dérives de la doctrine de « deux sciences ».

Yohann Douet (ENS-Ulm) : La science est-elle une idéologie comme une autre ? Gramsci et la critique de la science et du progrès

14h-18h

Guido Grassadonio (EHESS, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux) : Visions du monde, structures significatives et pari : l’épistémologie humaniste de Lucien Goldmann

15h Patrick Marcolini (GRM) : Science, idéologie et technobureaucratie. Quelques réflexions autour des œuvres de Jan Waclav Makhaïski, Bruno Rizzi et Louis Mercier-Vega

Marco Rampazzo Bazzan (GRM/Padoue) : Althusser et le statut de la philosophie politique entre science et idéologie

Jean Matthys (GRM/ UCL) : Finitude de la théorie et théorie de la finitude. La question de la limite entre science et idéologie chez Althusser