Archives par mot-clé : Tronti

11.06.2015 Paris X-Nanterre Actualités de « Ouvriers et Capital »

Actualités d’Ouvriers et capital

Journée d’étude organisée le 11 juin 2016
à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Auditorium du bâtiment W (Max Weber), 9h15-18h
Cette journée est organisée par Vincent Chanson, Davide Gallo Lassere, Frédéric Monferrand, Le Groupe de Recherches Matérialistes et les éditions Entremonde à l’occasion de la réédition par Entremonde de la traduction française d’Ouvriers et capital

OC

Présentation: À l’occasion de son cinquantième anniversaire et de sa republication en français aux éditions Entremonde, nous nous proposons dans cette journée d’étude de revenir sur l’ouvrage fondateur de Mario Tronti : Ouvriers et capital.

Fondateur, l’ouvrage l’est d’abord par les thèses qu’il énonce et dans lesquelles se réfléchit le cycle de luttes ouvrières de la première moitié des années 1960 : l’unité de la théorie et de la pratique sous la forme d’une politisation de toutes les questions théoriques, la revendication d’un point de vue partiel et partial dans la théorie, seul à même d’ouvrir un accès à la compréhension de la totalité des rapports sociaux capitalistes et de favoriser leur transformation radicale, la critique de toute vision progressiste de l’histoire au profit de la valorisation de l’auto-activité de la classe ouvrière.

C’est l’actualité, ou l’inactualité, de ces thèses qui ont fournies à l’opéraïsme sa grammaire théorique que nous voudrions explorer à l’occasion de cette journée d’étude. Il s’agira de revenir sur la trajectoire intellectuelle et politique de Mario Tronti (des Quaderni Rossi à Classe operaia jusqu’à son réengagement au sein du PCI et à ses réflexions sur l’autonomie du politique) et sur les devenirs de l’opéraïsme, ainsi que sur la spécificité de ce courant par rapport aux différentes figures du « marxisme occidental » (Lukács, Gramsci, Althusser, l’école de Francfort) ou aux innovations philosophiques qui ont marqué la seconde moitié du XX° siècle (Deleuze et Guattari, Foucault). Mais il s’agira aussi d’interroger l’usage qu’il est possible de faire, aujourd’hui, des thèses développées dans Ouvriers et capital.

La conjoncture dans laquelle intervenait Mario Tronti a en effet été suivie par une véritable restauration, couramment identifiée dans les sciences sociales à un « tournant néolibéral ». Le passage qui a conduit à cette nouvelle configuration sociohistorique s’est opéré à travers deux processus d’érosion quasiment contemporains : d’un côté, des luttes sociales très fortes et très disséminées qui ont remis en cause, par le bas, les rapports sociaux de l’époque, en revendiquant davantage d’autonomie et une plus grande possibilité d’autoréalisation de soi dans et, surtout, au-delà du travail. De l’autre, une réponse d’en haut à cette ingouvernabilité progressive de la société, destinée à rétablir le commandement sur le processus économique et à relancer la valorisation du capital. Les différentes transformations socio-historiques apparues au tournant des années 1960-1970 (mondialisation financière des régimes d’accumulation, modification de la forme-État, changement des processus productifs, mutation des subjectivités mises au travail, etc.) concourent à rendre problématiques certains des axiomes centraux de l’opéraïsme trontien : que faire, par exemple, de l’idée selon laquelle le développement capitaliste répond à l’initiative ouvrière lorsqu’en occident du moins, la catégorie d’ « ouvriers » ne semble plus désigner un sujet politique identifiable et lorsque les classes dominantes ont manifestement fait preuve de leur capacité à reprendre l’initiative historique ? Que peut signifier la revendication du « refus du travail » dans un contexte marqué par le chômage de masse et la précarisation du marché du travail ? Comment actualiser la relation entre expérience pratique, recherche savante et organisation politique, – l’articulation militante entre « composition technique » et « composition politique » de la classe ouvrière – caractéristique de l’opéraïsme ? Enfin, quelles formes pourrait prendre aujourd’hui l’organisation de l’autonomie des opprimés ?

 

Programme

Continuer la lecture de 11.06.2015 Paris X-Nanterre Actualités de « Ouvriers et Capital »

Devenirs de l’operaïsme Situations, postérités et dérives d’une théorie critique – ULB Bruxelles 27-28/11/2014

avec la collaboration
 MAP  (Matérialités de la politique — Unité de recherches en philosophie politique) de l’Ulg  et le soutien du FNRS
Comité organisateur:
Thomas Berns, Andrea Cavazzini, Florence Caeymaex, Louis Carré, Jean ­François Gava

Jeudi 27 novembre

  • 10 h 30 – Accueil et ouverture
  • 11 h 00 – Andrea Cavazzini (Groupe de Recherches Matérialistes) : Constellation de l’opéraïsme
  • 12 h 00 – Fabrizio Carlino (Università del Salento/Sorbonne, Groupe de Recherches Matérialistes): Acte et puissance comme forces autonomes : sur quelques effets de la disjonction de structure et conjoncture
  • 13 h 00 – Pause midi
  • 14 h 30 – Eva Mancuso (FNRS/Université de Liège, Groupe de Recherches Matérialistes) : Machiavel :Utopie et désutopie. Althusser et Negri
  • 15 h 30 – Diego Melegari (Centro Studi per la Stagione dei Movimenti-Parma) : Socialisation et dépendance. Théories de l’imperialisme chez Luciano Ferrari Bravo et Giovanni Arrighi
  • 16 h 30– Pause café
  • 17 h 00 – Sergio Bologna (consultant, chercheur indépendant): Un opéraïsme sans ouvriers(-masse) est-il possible? Prospérités et infortunes de l’opéraïsme dans le post-fordisme
  • 18 h 30 – échanges libres

Vendredi 28 novembre

  • 9 h 30 – Jean-François Gava (PHI, Université Libre de Bruxelles) : Le triomphe contemporain de l’apostasie comme anomie normée. Crépuscule impérial du katechon et nostalgie eschatologique dans la dernière théologie politique de Massimo Cacciari
  • 10 h 30 – Frédéric Monferrand (Université de Nanterre/Sophiapol-ATER à l’université de Rouen) : Du jeune-hégélianisme au post-opéraïsme? L’idée de critique ontologique du capitalisme de Marx à Negri
  • 11 h 30 – Pause café
  • 11 h 50 – Vincent Chanson (Université de Nanterre/Sophiapol) : Théorie critique « francfortoise » et opéraïsme : retour sur deux paradigmes
  • 12 h 50 – Pause midi
  • 14 h 30 – Werner Bonefeld (University of York) : The neoliberal theory of the state: Political theology and class struggle
  • 15 h 30 – Jean-Claude Paye (chercheur indépendant) : Le rapport capital/classe ouvrière au sein des Quaderni Rossi : l’opposition Panzieri/Tronti
  • 16 h 30 – Pause café
  • 17 h 00 – Salomé Frémineur (Université Libre de Bruxelles): Opéraïsme XXIe siècle : work in progress ?

Plus d’informations sur le site de l’ULB

Lieu : Campus du Solbosch
50 av. Franklin Roosevelt 1050 Bruxelles
NA 4.302 (bâtiment NA, 4e étage, local 302)

 

 

 

 

8 Mars 2013 – L’inchiesta operaia negli anni ’60 e ’70/ L’enquête ouvrière dans les années 1960-1970

Séance organisée dans le cadre du Cours d’Histoire du travail et du mouvement ouvrier 

  • Lieu: Università di Venezia “Ca’ Foscari”, Sede universitaria San Basilio
  • Horaire : 14.45-17.1 
  • Affiche Séminaire

Programme

Maria Turchetto (Università Ca’ Foscari) : 

  • Introduzione

Andrea Cavazzini (Université de Liège – GRM) : 

  • Centralità operaia e neo-capitalismo. Dalla conricerca ai «Quaderni Rossi».

Résumé/ Riassunto : Le inchieste operaie teorizzate e praticate dai “Quaderni Rossi” all’inizio degli anni ’60 articolano un’analisi delle specificità del “neo-capitalismo” – il capitalismo fordista – alla proposta di una linea politica incentrata sull’antagonismo irriducibile della classe operaia della grande industria. Tale articolazione rappresenta una rottura con le ideologie dominanti della sinistra politica e sindacale dell’epoca: il reinvestimento politico delle condizioni immediate della vita di fabbrica rompe con la concentrazione esclusiva sulla sfera autonoma delle istanze politiche e ideologiche; l’affermazione di una conflittualità immanente alla vita di fabbrica rompe con i miti sociologici di un progresso tecnico e sociale che avrebbe riassorbito ogni contraddizione nell’ordine totale della “società opulenta”. Ma i “Quaderni Rossi”, benché il loro apporto sia stato indubbiamente originale, possono difficilmente essere concepiti senza il vasto e complesso movimento di “ritorno” di intellettuali e militanti nel corso degli anni ’50 ai dati concreti dell’esistenza delle classi subalterne: dalle inchieste d Danilo Montaldi sulle culture politiche e sui marginali del Nord proto-industriale e industriale, alle ricerche sul mondo rurale del Sud di Ernesto de Martino, fino alla “scoperta” della condizione alienata dei nuovi ceti nati dal “miracolo economico”.     

Fabrizio Carlino (Paris Sorbonne/Università del Salento – GRM) : 

  • Tendenza movimentista e inchiesta biopolitica negli anni ’70: elementi per una discussione sulla conricerca post-operaista.

Résumé/ Riassunto : Lotta continua traduce in una nuova fase storica, simbolicamente aperta dal biennio ’68-’69, le categorie attraverso le quali l’operaismo, nel corso del decennio precedente, aveva elaborato la propria rottura con il marxismo terzinternazionalista. Riattivate in una congiuntura che vede già il declino della figura dell’operaio-massa, le tesi operaiste legate alla « centralità operaia » e al « punto di vista parziale » vengono riarticolate sulle nuove pratiche di lotta introdotte dalla contestazione antiautoritaria. L’inchiesta militante, condotta fuori dai luoghi di produzione, tenderà a sciogliere, nel corso degli anni ’70, quell’unità di conoscenza e opposizione sulla quale si era basato il metodo insieme analitico e politico dell’operaismo. La declinazione lottacontinuista della conricerca, nello scindere i processi di soggettivazione politica dall’indagine obiettiva sulle forme di sfruttamento, re-incontra le stesse difficoltà che l’operaismo intendeva superare e che costituivano il punto cieco dei marxismi tradizionali. D’altro canto, l’attivismo di Lotta continua, attraverso l’investimento del corpo e la politizzazione della vita quotidiana, sperimenta nelle lotte quel dislocamento del conflitto nella sfera della circolazione del quale proprio Tronti e Negri forniscono la teoria, con la divisione tra forza-lavoro (oggetto del marxismo come scienza) e classe operaia (soggetto del marxismo come rivoluzione) e con la crisi della legge del valore-lavoro. 

Discussants : Alessandro Casellato, Matteo Ermacora, Gilda Zazzara (Università “Ca’ Foscari”)

GRM 1e année 2007-2008

RELECTURES ET REINTERPRETATIONS DU MARXISME EN FRANCE ET EN ITALIE DANS LES ANNEES 1960

L’année 2007-2008 du Séminaire a été consacrée à un corpus produit dans les années soixante en France et en Italie, pays dont les partis communistes, sans doute les deux plus puissants en « Europe de l’Ouest », et les théoriciens marxistes eux-mêmes, ont été marqués par une conjoncture historico-politique critique à la fois liée aux retombées du XXe Congrès du PCUS, de la répression de l’insurrection hongroise de 1956, de la victoire de la révolution cubaine…, et traversée par des événements tels que la révolution culturelle chinoise ou le printemps de Prague. Le premier semestre a tourné principalement autour de la figure d’Althusser, le second, de l’opéraïsme italien. On trouvera ci-dessous les principaux résultats de ce double parcours.

1ère Séance : samedi 22 septembre 2007

2ème Séance : samedi 6 octobre 2007

3ème Séance du samedi 20 octobre 2007

4ème Séance : samedi 3 novembre 2007

5ème Séance : samedi 3 novembre 2007

  • Etienne Balibar : Althusser et Derrida : téléologie et eschatologie (La base de l’intervention d’Etienne Balibar a fait l’objet d’une publication dans la revue Lignes en 2007).

6ème Séance : samedi 1 décembre 2007

7ème Séance : samedi 15 décembre 2007

8ème Séance : samedi 5 janvier 2008

9ème Séance : samedi 19 janvier 2008

Séance collective : Recherches sur l’esthétique matérialiste (ou comment faire travailler les « Notes sur un théâtre matérialiste » d’Althusser) .

10ème Séance : samedi 2 février 2008

11ème Séance : samedi 16 février 2008

12ème séance : samedi 1 mars 2008

  • Séance collective : Le GRM jette un œil sur le chemin effectué, et trace quelques perspectives pour l’avenir…

13ème séance : samedi 15 mars 2008

  • G. Sibertin-Blanc : Le sens des priorités selon Ouvriers et Capital de Tronti.

14ème séance : samedi 29 mars 2008

  • S. Legrand : Autour d’Ouvriers et Capital de Tronti.

15ème séance : samedi 12 avril 2008

Séance annulée

16ème séance : samedi 26 avril 2008

17ème séance : 10 mai 2008

18ème séance : 24 mai 2008

  • S. Legrand : Présentation de La Classe ouvrière contre l’Etat de Toni Negri.

19ème séance : 7 juin

20ème séance : 14 juin

  • Livio Boni : Les relectures opéraïstes de Gramsci.

21ème séance : 21 juin 2008

  • Bilan et perspective.