En passant

7.10.2017 Un travail cognitif en « excès » ?

Journée d’études sur le capitalisme cognitif

Lieu Salle Jeanne, 15e du bâtiment S,Université Libre de Bruxelles
avenue Jeanne 44
1050 Bruxelles

Programme

 9h15 : introduction

9h30 : Andrea Cavazzini et Alain Loute, Le capitalisme cognitif : un stade du capitalisme pur ?

10h30 : Fabrizio Carlino, Mesure, valeur et reproduction de la force de travail : quelques remarques sur « le nouveau rapport capital/travail » 

11h30 : pause

11h45 : Tyler Reigeluth, Aliénation, travail et culture technique chez Simondon.

12h45 : déjeuner

14h : Nathalie Grandjean, Transplanter André Gorz chez Donna Haraway : vers une permaculture des savoirs.

15h : atelier de lecture autour du « fragment sur les machines » de Marx et de sa réception.

17h : Informations diverses

17h30 : fin des travaux

Argumentaire

Le dernier numéro des Cahiers du Groupe de Recherches Matérialistes, intitulé « Travail immatériel et immesurable ? Perspectives féministes et nouvelles antinomies du capitalisme contemporain », avait pour objectif d’investiguer les rapports complexes entre mesurabilité et matérialité du travail dans le capitalisme contemporain, en mobilisant les ressources du féminisme matérialiste (S. Federici et L. Fortunati), des travaux portant sur le travail « de service » (Paola Tabet), le « travail de care » (Pascale Molinier), ou encore sur le travail « considéré comme féminin » (Jules Falquet). Il s’y agissait entre autres de saisir l’oscillation, propre à certaines activités et pratiques qualifiées d’« affectives », de « soin » ou de « domestiques », entre leur inscription dans le processus de valorisation du capital et l’excès qu’elles semblent incarner face à toute norme « objective » de la production de valeur.

Un travail cognitif en « excès »                                                                                                      

Nous voudrions poursuivre ce chantier de réflexion sur les antinomies du capitalisme contemporain, à partir des travaux portant sur le « travail immatériel » (A. Gorz), sur le « capitalisme cognitif » (Y. Moulier-Boutang), ou encore sur l’« économie de l’attention » (Yves Citton, Bernard Stiegler). Ces diverses théories pointent vers une tension similaire entre mesure et démesure du travail, repérée à la fois dans l’idée d’un excès « ontologique » de la connaissance par rapport à la forme-marchandise des activités humaines et/ou dans le phénomène contemporain d’un travail « distribué » sur un réseau d’acteurs collectifs disséminé dans l’ensemble de la société.

A lire plusieurs de ces auteurs, ce travail, en sa nature profonde, devrait être compris d’emblée comme de la « coopération » (Moulier-Boutang, L’abeille et l’économiste, p. 121), un « savoir transindividuel implicite » (Citton, Pour une écologie de l’attention, p. 250), une « force collective » qui dépasse les catégories du travail mesurable à l’aune de la réalisation capitaliste de la valeur et du profit. Pour un auteur comme Yves Citton, notre « attention » sur internet constitue une « puissance énorme d’intelligence commune diffuse » (Pour une écologie de l’attention, p. 101) que certains algorithmes peuvent rendre productive, tout en la canalisant et la pré-formatant. Bernard Stiegler, quant à lui, distingue entre l’« économie générale de l’attention » rapportant des dynamiques de formation de l’attention et de co-individuation propres aux modes d’éducation des sociétés humaines, et l’« économie restreinte de l’attention » qui vise à rendre calculable et sommable notre attention. Pour Yann Moulier-Boutang, dans « l’économie contributive de production de connaissance » (p. 128), il y a du « non mécanisable », du « non machinique », à savoir la confiance, la coopération volontaire, la mobilisation des affects, la coopération en réseau, autant d’éléments qui relèvent d’une économie de « pollinisation » et de contribution, plutôt que de l’économie de l’échange et de la production. Enfin, pour André Gorz, dans le capitalisme cognitif, la « force productive principale, la connaissance, est un produit qui, en grande partie, résulte d’une activité collective non rémunérée » (L’immatériel, Connaissance, valeur et capital, pp. 45-46). Il s’agit dès lors pour le capital de s’approprier la connaissance et de la faire fonctionner comme du « capital immatériel ».

Le capitalisme cognitif : un stade du capitalisme « pur » ?

Il y aurait donc dans ces formes contemporaines du travail un fond d’intelligence collective qui déborderait l’intelligence « capitalisée ». Le statut de cette « intelligence collective » s’avère pourtant difficile à cerner : force-travail collective organisée par le capital, résultat involontaire – presque providentiel – des rapports capitalistes, ou encore processus commun de la reproduction vitale, quasi-biologique, extérieur à ces rapports ? Ces oscillations sont le symptôme d’une certaine indétermination quant au sens des phénomènes que ces théories essayent d’interpréter. Qu’est-ce que ces réflexions contemporaines nous révèlent de la logique capitaliste ? Selon Moulier-Boutang, le capitalisme cognitif marque une discontinuité radicale dans l’histoire du capital ? « Le capitalisme cognitif est, au fond, le fossoyeur du capitalisme industriel » (p. 171), affirme-t-il. Et Gorz n’écrivait-il pas que « le ″capitalisme cognitif″ est la crise du capitalisme tout court (p. 47) » ?

Il se pourrait pourtant que le capitalisme cognitif ou immatériel ne renvoie à rien d’autre qu’à la logique contradictoire même du rapport du capital au travail, telle qu’elle a traversé l’histoire tout entière du mode de production capitaliste. Peut-être même nous donne-t-elle à voir celle-ci sous un jour plus clair encore. Fredric Jameson écrit, en s’appuyant sur les travaux d’Ernest Mandel (Le troisième âge du capitalisme), que ce que certains appellent « la société postindustrielle », la société de consommation, la société de l’information, etc. constitue bien un moment du capitalisme, mais qu’en plus, il « constitue en fait un stade du capitalisme plus pur qu’aucun des moments qui l’ont précédé » (Jameson, Le postmodernisme, p. 35). Appliqué au capitalisme, cet adjectif de « pur » pourrait s’entendre de différentes façons. On peut tout d’abord considérer que le capitalisme cognitif constitue de fait une forme d’expansion prodigieuse du capital dans des domaines non marchandisés jusque-là. On pourrait faire nôtres les mots de Jameson et parler « de pénétration et de colonisation nouvelles et historiquement inédites de la Nature et de l’Inconscient » (pp. 79-80). En effet, le capitalisme cognitif ne cherche-t-il pas à faire fonctionner comme « capital immatériel » (Gorz) des formes inédites de sociabilité et d’intelligence collective, à repousser toujours davantage le seuil du sommeil (Jonathan Crary, Le capitalisme à l’assaut du sommeil) ?

Le rapport contradictoire du capital au travail : le travail sans les travailleurs

Mais cette idée de pureté, ne renvoie-t-elle pas au fait que dans le capitalisme cognitif se manifeste aussi avec force ce rapport contradictoire du capital au travail tel que Marx a pu le thématiser, à savoir que le capital souhaite obtenir le travail sans les travailleurs ? Comme Marx le rappelle dans les Grundrisse, « L’association des travailleurs (…) apparaît (…) comme force productive du capital. La force collective du travail, son caractère de travail social, est donc la force collective du capital » (Marx, Grundrisse, p. 543).   L’investissement capitaliste de la connaissance, du langage et de toute forme de relation sociale ne renvoie-t-il pas au rêve éternel du capital qui consiste à annuler l’écart entre le travail et la force-travail, à réduire entièrement l’un à l’autre en effaçant ainsi toute matérialité indocile du travail humain ? Les phénomènes technologiques, organisationnels, institutionnels, financiers etc., dont parlent les théories du travail immatériel et du capitalisme cognitif, ne manifestent-ils pas plutôt le rapport structurel, et intrinsèquement ambivalent du capital à l’égard du travail ? Est-ce que cette ambigüité de la matérialité à la mesurabilité du travail n’est pas au cœur du capitalisme dès le début de son histoire, celui-ci ayant tout à la fois besoin du travail et de la matérialité, tant productive que reproductive, tout en voulant s’en autonomiser ? Le capitalisme cognitif et le travail immatériel ne seraient-ils pas les formes, partiellement fantasmatiques, dans lesquelles se réalise la tendance structurelle du capital à faire coïncider l’activité humaine avec son processus de valorisation ?

Quelle philosophie politique du travail cognitif ?

Mais les discours autour du capitalisme cognitif et de l’immatérialisation du travail soulèvent aussi des questions politiques. Le travail intellectuel et cognitif rend-il réellement possible de dessiner les contours d’une praxis collective et autonome ? Et sous quelles conditions ? Les conséquences politiques tirées des analyses contemporaines semblent difficiles à situer, entre une réactualisation, si ce n’est une reproduction, de débats anciens, rejouant en quelque sorte à l’époque contemporaine une partie du débat entre Proudhon et Marx et une révélation providentielle d’une ligne de fuite du capitalisme. Sur ce point, les travaux de Pierre Dardot et Christian Laval représentent un intérêt certain, en ce qu’ils proposent de développer « une pensée nouvelle du commun » (Commun, p. 225) : chercher une sorte de troisième voie entre Proudhon et Marx en abordant de front « la question fondamentale de savoir quelles sont les formes concrètes à travers lesquelles se produit ou se reproduit aujourd’hui le commun » (p. 227). Il s’agit pour eux de penser l’activité collective sans s’en tenir « aux postulats sociologiques ou économiques qui voudraient que le commun naisse « naturellement » soit de la vie sociale, soit de l’accumulation du capital » (Ibid.). Néanmoins on pourrait se demander si le simple repérage de cette phénoménologie contemporaine du travail suffit pour tirer des indications politiques de cette ampleur. Avant de poser des « propositions politiques » (p. 459 et suivantes), ne faut-il pas d’abord creuser davantage cette fonction du capitalisme cognitif comme révélateur du rapport ambivalent du capitalisme face au travail ?

C’est au champ ouvert par ces questions que cette journée d’études entend se consacrer. D’une part, en partant de la conviction d’une nécessité épistémologique de les réinvestir à partir d’un retour critique sur les différentes lectures de textes marxiens, dont le célèbre « fragment sur les machines », souvent mobilisés. D’autre part, en s’appuyant sur la philosophie des techniques pour élucider plus finement le rapport ambivalent du capitalisme face au travail dans le capitalisme cognitif.

Atelier de lecture               

Un atelier de lecture est prévu de 15h à 17h. Il portera sur

  • des passages des Grundrisse de Marx correspondant au texte connu sous le nom de « Fragment sur les machines » (Marx, Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundrisse », édité sous la responsabilité de J.-P. Lefebvre, Paris, Editions Sociales, 2011, 650 à 655 et pp. 660 à 662) ;
  • l’article « Marx et les limites du capitalisme : relire le « fragment sur les machines » de Riccardo Bellofiore et Massimiliano Tomba publié dans la revue période et accessible à l’adresse suivante : http://revueperiode.net/marx-et-les-limites-du-capitalisme-relire-le-fragment-sur-les-machines/

 

11.02.2017 Liège Journée d’études GRM/ ARC « Genach »

INSTITUTIONS DE PRODUCTION ET DE TRANSMISSION DES SAVOIRS : POUR UNE APPROCHE MATÉRIALISTE

Journée d’études du GRM
(Groupe de Recherches Matérialistes)
En collaboration avec l’ARC « Genach »
(Genèse et actualité des humanités critiques — France-Allemagne, 1945-1980)

Samedi 11 février 2016
Université de Liège

Lieu : Université de Liège,
Place du XX-Août, 7,
Bâtiment A1, 3ème étage.
Contact : antoine.janvier@ulg.ac.be /
caroline.glorie@ulg.ac.be

Programme :

9h30
Introduction et présentation des publications récentes du GRM
10h
Fabio Bruschi :
Lutte des classes dans l’école et lutte des classes au sujet de 
l’école. Sur la critique althussérienne de la forme scolaire.
11h
Marco Rampazzo Bazzan :
Imaginaire du politique autour du sujet de droit (Kant, Derrida, Althusser)

12h
Pause

13h30
Mara Montanaro :
La pensée insurrectionnelle de Françoise Collin à travers les Cahiers du Grif.

14h30
Caroline Glorie :
Les Cahiers du Grif : la forme revue au féminin ?

15h30
Andrea Cavazzini :
Sur l’université
.

affiche-11-02-2017

Pour télécharger l’affiche cliquer ici

Parution Cahier 10 | 2016 : Travail immatériel et immesurable ?

Travail immatériel et immesurable ?

Perspectives féministes et nouvelles antinomies du capitalisme contemporain

Sous la direction de Jessica Borotto, Alain Loute, Oriane Petteni et Sophie Wustefeld

L’hypothèse de ce numéro est que les analyses des féministes matérialistes comme celles de Silvia Federici – et de la plus méconnue, mais néanmoins importante Leopoldina Fortunati, sa « compagnonne de route » dans l’écriture de Il grande Calibano2 – offrent, et ce depuis les années 1970-1980, de précieux outils pour penser les antinomies du capitalisme contemporain. Les figures nourricières que nous avons convoquées à l’orée de cette introduction font en effet directement signe vers les analyses de la célèbre philosophe italienne à propos de la naturalisation du travail domestique. Le marxisme orthodoxe de l’époque peinait à intégrer cette sphère prétendument « autre », « anachronique », qu’il percevait comme un résidu de féodalisme, dans une compréhension globale des mécanismes du système capitaliste. Les analyses pionnières de Maria Dalla Costa, Selma James, Leopoldina Fortunati et Silvia Federici ont permis de montrer que le travail domestique devait tout d’abord impérativement être « dénaturalisé », débarrassé de toute idéologie de l’instinct féminin – idéologie construite à travers le temps et participant des enjeux politico-économique du système capitaliste – puis devait être réintégré dans une compréhension dialectique de ses liens avec le système économique dominant. Ces auteures ont compris le travail invisibilisé comme sphère de reproduction de la force travail (travail reproductif) et sphère de « reconstitution » de la force travail (travail domestique et émotionnel), la plupart du temps masculine jusqu’à l’ouverture du marché du travail au « groupe des femmes » pour parler comme J. Falquet.
ISSN  électronique 1775-3902

Numéro intégral disponible  sur : http://grm.revues.org/824

cahier-grm-10

Parution Cahier 9 | 2016 : Trajectoires de l’opéraïsme

Cahier 9 : Trajectoires de l’opéraïsme

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Fabrizio Carlino

 L’opéraïsme italien représente une réappropriation politique et théorique de l’horizon marxiste qui reste irréductible tant à l’orthodoxie tiers-internationaliste qu’à ses différentes hérésies, et dont l’enjeu fondamental est la possibilité d’élaborer une analyse et une stratégie adéquates à la structure du capitalisme avancé qui caractérisait, après 1945, les pays d’Europe occidentale et les Etats-Unis.
Au moment où la séquence néo-libérale triomphante elle-même semble déboucher sur quelque chose qui reste à découvrir et à interroger, ce Dossier vise à faire confronter une série – nécessairement incomplète – de recherches actuelles qui réinvestissent à de titres différents les concepts et les champs explorés par l’opéraïsme, en évoluant entre l’étude critique de sa généalogie et l’appréciation de sa fécondité contemporaine.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro intégral disponible  sur : http://grm.revues.org/748

Cahier 9

 

Table des matières

11.06.2015 Paris X-Nanterre Actualités de « Ouvriers et Capital »

Actualités d’Ouvriers et capital

Journée d’étude organisée le 11 juin 2016
à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Auditorium du bâtiment W (Max Weber), 9h15-18h
Cette journée est organisée par Vincent Chanson, Davide Gallo Lassere, Frédéric Monferrand, Le Groupe de Recherches Matérialistes et les éditions Entremonde à l’occasion de la réédition par Entremonde de la traduction française d’Ouvriers et capital

OC

Présentation: À l’occasion de son cinquantième anniversaire et de sa republication en français aux éditions Entremonde, nous nous proposons dans cette journée d’étude de revenir sur l’ouvrage fondateur de Mario Tronti : Ouvriers et capital.

Fondateur, l’ouvrage l’est d’abord par les thèses qu’il énonce et dans lesquelles se réfléchit le cycle de luttes ouvrières de la première moitié des années 1960 : l’unité de la théorie et de la pratique sous la forme d’une politisation de toutes les questions théoriques, la revendication d’un point de vue partiel et partial dans la théorie, seul à même d’ouvrir un accès à la compréhension de la totalité des rapports sociaux capitalistes et de favoriser leur transformation radicale, la critique de toute vision progressiste de l’histoire au profit de la valorisation de l’auto-activité de la classe ouvrière.

C’est l’actualité, ou l’inactualité, de ces thèses qui ont fournies à l’opéraïsme sa grammaire théorique que nous voudrions explorer à l’occasion de cette journée d’étude. Il s’agira de revenir sur la trajectoire intellectuelle et politique de Mario Tronti (des Quaderni Rossi à Classe operaia jusqu’à son réengagement au sein du PCI et à ses réflexions sur l’autonomie du politique) et sur les devenirs de l’opéraïsme, ainsi que sur la spécificité de ce courant par rapport aux différentes figures du « marxisme occidental » (Lukács, Gramsci, Althusser, l’école de Francfort) ou aux innovations philosophiques qui ont marqué la seconde moitié du XX° siècle (Deleuze et Guattari, Foucault). Mais il s’agira aussi d’interroger l’usage qu’il est possible de faire, aujourd’hui, des thèses développées dans Ouvriers et capital.

La conjoncture dans laquelle intervenait Mario Tronti a en effet été suivie par une véritable restauration, couramment identifiée dans les sciences sociales à un « tournant néolibéral ». Le passage qui a conduit à cette nouvelle configuration sociohistorique s’est opéré à travers deux processus d’érosion quasiment contemporains : d’un côté, des luttes sociales très fortes et très disséminées qui ont remis en cause, par le bas, les rapports sociaux de l’époque, en revendiquant davantage d’autonomie et une plus grande possibilité d’autoréalisation de soi dans et, surtout, au-delà du travail. De l’autre, une réponse d’en haut à cette ingouvernabilité progressive de la société, destinée à rétablir le commandement sur le processus économique et à relancer la valorisation du capital. Les différentes transformations socio-historiques apparues au tournant des années 1960-1970 (mondialisation financière des régimes d’accumulation, modification de la forme-État, changement des processus productifs, mutation des subjectivités mises au travail, etc.) concourent à rendre problématiques certains des axiomes centraux de l’opéraïsme trontien : que faire, par exemple, de l’idée selon laquelle le développement capitaliste répond à l’initiative ouvrière lorsqu’en occident du moins, la catégorie d’ « ouvriers » ne semble plus désigner un sujet politique identifiable et lorsque les classes dominantes ont manifestement fait preuve de leur capacité à reprendre l’initiative historique ? Que peut signifier la revendication du « refus du travail » dans un contexte marqué par le chômage de masse et la précarisation du marché du travail ? Comment actualiser la relation entre expérience pratique, recherche savante et organisation politique, – l’articulation militante entre « composition technique » et « composition politique » de la classe ouvrière – caractéristique de l’opéraïsme ? Enfin, quelles formes pourrait prendre aujourd’hui l’organisation de l’autonomie des opprimés ?

 

Programme

Continuer la lecture de 11.06.2015 Paris X-Nanterre Actualités de « Ouvriers et Capital »

Parution- Mario Tronti, Ouvriers et capital, Entremonde, 2016

Capture Ouvriers et Capital Entre Mondes

Mario Tronti, Ouvriers et capital
Editions Entremondes

Essai traduit de l’Italien par Yann Moulier-Boutang
avec la collaboration de Giuseppe Bezza

Préface de Andrea Cavazzini et Fabrizio Carlino

24 € / 28.8 CHF
14 avril 2016
432 p. / 14×21 cm
IBAN 978-2-940426-32-4
ISSN 1662-3231

Le grand livre de Mario Tronti est le texte phi­lo­so­phi­que le plus ambi­tieux pro­duit par la « séquence rouge » ita­lienne. Ouvriers et capi­tal for­mule les posi­tions de l’opé­raïsme, en par­ti­cu­lier la cen­tra­lité ouvrière incar­née durant le cycle de lutte qui secouè­rent l’Italie des années soixante par la figure de l’ouvrier-masse. L’auteur pro­cède à une appro­pria­tion cri­ti­que de Marx pour conce­voir une théo­rie du capi­ta­lisme avancé. Il y affirme le primat des luttes ouvriè­res sur l’his­toire du déve­lop­pe­ment capi­ta­liste, l’irré­duc­ti­bi­lité de la Classe ouvrière aux struc­tu­res socia­les pro­pres au capi­ta­lisme moderne, la par­tia­lité assu­mée du « point de vue » ouvrier qui, seule, rend pos­si­ble d’appré­hen­der le sys­tème social du point de vue de son ren­ver­se­ment.

Alors qu’aujourd’hui advient le pas­sage de la cen­tra­lité à la mar­gi­na­lité il reste de cet ouvrage emblé­ma­ti­que une véri­ta­ble pensée de l’action dans le conflit, une « poli­ti­que du conflit ».

Plus d’informations et la préface sont disponibles sur le site de l’éditeur

13.5.2016 Paris – La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique aux XXe et XXIe siècles

La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique aux XXe et XXIe siècles

Journée d’étude du GRM
Organisateurs : Alain Loute et Patrick Marcolini
  • Date : 13 mai 2016
  • Lieu : Ent’revues/IMEC – 4, avenue Marceau 75008 Paris – métro ligne 9 Alma-Marceau
  • Horaire: 9h-18h
les surréalistes au désert de retz (1)

Argumentaire : Dans la continuité de ses réflexions sur la politique des groupes ou, plus récemment, sur l’histoire politique des intellectuels, le Groupe de Recherches Matérialistes (GRM) organise une journée d’études sur le thème de la forme-revue comme praxis intellectuelle et politique aux XXe et XXIe siècles. L’hypothèse qui sous-tend cette journée est qu’une revue est, selon le mot célèbre, un « organisateur collectif » : elle contribue à la constitution et à la reproduction de modalités collectives de pensée, de travail et d’action. Loin de ne constituer qu’un simple artefact technique, un support logistique de propagande ou de communication, la revue doit donc être appréhendée elle-même comme une forme de praxis intellectuelle et politique. Elle peut ouvrir un espace à l’expérimentation intellectuelle et à l’intervention en conjoncture, contribuer à des échanges entre groupes, opérer des transferts et des déplacements culturels, etc. De plus, la « forme » revue n’est pas qu’une addition de textes qui existe de manière autosuffisante. Elle crée et produit quelque chose à travers le rassemblement de textes porté par un projet éditorial et politique.

La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique sera abordée à travers plusieurs thématiques. Tout d’abord, il s’agira de préciser la forme spécifique de la revue. Comment la définir ? Quelle est son originalité par rapport à d’autres imprimés politiques comme le tract ou le livre ? Une autre question visera à questionner les liens et interactions entre revues : que produisent les échanges et dialogues entre elles ? Enfin, il nous semble essentiel de questionner l’historicité de cette forme-revue. L’enjeu sera tout à la fois de retracer son histoire, ancrée dans des conjonctures culturelles et politiques spécifiques, tout en suivant les mutations que cette forme revue a subies dans le monde contemporain. Il s’agira de prendre la mesure de cette évolution entre, d’un côté, démocratisation et potentialisation et, de l’autre, l’horizon possible – et menaçant – d’une disparition de la forme revue par la lecture discontinue et fragmentée qu’induit le monde numérique.

Ce programme sera abordé sous un angle disciplinaire résolument pluraliste. Cette journée d’études entend croiser les approches de tous les champs des sciences sociales concernés par l’histoire et la vie contemporaine des revues, en particulier les historiens de l’édition, les spécialistes en histoire sociale et histoire des idées, et les philosophes préoccupés par la théorie sociale et politique.

Programme

9h – Introduction de la journée

Continuer la lecture de 13.5.2016 Paris – La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique aux XXe et XXIe siècles

20.02.2016 – Paris Science et Idéologie dans le marxisme: enjeux épistémologiques et politiques

Séance 3 du GRM 9e année

Science et idéologie dans le marxisme : enjeux épistémologiques et politiques

Journée d’étude

Samedi 20 février 2016

Org. Patrick Marcolini, Marco Rampazzo Bazzan

9h-18h

Lieu : Salle Beckett, ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e

Poster-Metropolis_101

Présentation : Le marxisme s’est défini, dès la fin du XIXe siècle, comme un socialisme « scientifique ». Pour ses représentants, il ne s’agissait pas seulement de tracer une ligne de démarcation nette avec le socialisme originel des Fourier, Saint-Simon, Cabet ou Owen. Par ses connotations rationalistes et pragmatiques, le terme avait aussi pour vocation de dénoncer l’imprégnation religieuse et l’irréalisme politique des adversaires du courant marxiste, aussi bien dans le camp des socialistes associationnistes ou coopérateurs que du côté des anarchistes partisans d’un passage immédiat et révolutionnaire au communisme, sans médiation étatique ou partidaire ni phase de transition historique. Implicitement, le socialisme scientifique se concevait comme une méthode calquée sur les sciences expérimentales, basée comme elles sur des moyens rigoureux d’observation et d’enquête, et mettant comme elles au centre de sa démarche un matérialisme de la praxis, qui recherche dans l’action historique (la lutte de classes) la vérification de ses hypothèses.

Après 1930, les enjeux de cette autodéfinition du marxisme comme socialisme scientifique ont été quelque peu modifiés sous le coup de trois événements : la découverte des textes du jeune Marx et du rôle central qu’ils confèrent à la catégorie d’idéologie, l’ossification de la théorie marxiste et sa déliaison d’avec la pratique dans la conjoncture contre-révolutionnaire mondiale, ainsi que l’émergence d’un « marxisme occidental » réagissant à cette ossification en se focalisant sur l’analyse des superstructures idéologiques de la société capitaliste. Ce débat a trouvé son prolongement jusque dans le débat politico-philosophique des années 68 en France, à travers la réactivation de la catégorie d’idéologie chez les hégélo-marxistes à la française (Goldmann, Lefebvre, Gabel, Debord, etc.), comme dans le camp adverse de l’althussérisme, qui a voulu tracer une ligne de partage la plus claire possible, y compris au sein de l’œuvre marxienne, entre science et idéologie.

Ce sont ces débats, comme cette riche tradition, que nous souhaitons interroger : en revenant aux sources épistémologiques du concept de science tel qu’il est utilisé par le marxisme ; en posant la question du relativisme (qui procède du démasquage généralisé des idéologies) et celle, connexe, des rapports possibles à l’idéologie comprise comme forme indépassable du lien de l’homme à son monde ; enfin, en se demandant si le concept de science tel qu’il est pratiqué par la tradition marxiste n’est pas lui-même idéologique, soit comme déclinaison prolétarienne du scientisme bourgeois du XIXe siècle, soit comme idéologie de la nouvelle classe ascendante qu’une tradition dissidente de la théorie sociale identifiera comme technobureaucratie.

Programme :

Matin 9h -12h30

Guillaume Carnino (UTC, Laboratoire COSTECH – Connaissance, Organisation et Systèmes Techniques) : La science comme idéologie et l’épistémologie comme théologie. Retour sur les débuts de l’eschatologie industrialiste

Fabrizio Carlino (GRM) : « Cogito prolétarien » et épistémologie historique : origines et dérives de la doctrine de « deux sciences ».

Yohann Douet (ENS-Ulm) : La science est-elle une idéologie comme une autre ? Gramsci et la critique de la science et du progrès

14h-18h

Guido Grassadonio (EHESS, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux) : Visions du monde, structures significatives et pari : l’épistémologie humaniste de Lucien Goldmann

15h Patrick Marcolini (GRM) : Science, idéologie et technobureaucratie. Quelques réflexions autour des œuvres de Jan Waclav Makhaïski, Bruno Rizzi et Louis Mercier-Vega

Marco Rampazzo Bazzan (GRM/Padoue) : Althusser et le statut de la philosophie politique entre science et idéologie

Jean Matthys (GRM/ UCL) : Finitude de la théorie et théorie de la finitude. La question de la limite entre science et idéologie chez Althusser