Parution: Carlino|morra: le traiettorie dell’operaismo…

 

Prefazione

Il volume che presentiamo raccoglie le relazioni del convegno su “Le traiettorie dell’operaismo nel lungo ‘68 italiano”, che si svolse tra il 20 e il
21 dicembre 2018 all’Università di Napoli “Federico II”, in occasione del
cinquantenario del Sessantotto. Il convegno nacque dall’incontro tra due
realtà di ricerca, l’area napoletana di docenti, studenti, intellettuali legati,
formalmente o meno, alla facoltà di Filosofia della “Federico II” e il Groupe de Recherches Matérialistes, rappresentato per l’occasione in particolare da Marco Rampazzo Bazzan, Fabrizio Carlino e Andrea Cavazzini. Queste due“reti” erano, e sono tuttora, accomunate da un interesse “di parte” nel riappropriarsi della tradizione marxista nei suoi sviluppi storici e della storia dei movimenti di emancipazione del Novecento, in una prospettiva attualizzante, tesa a interrogare il presente.

In particolare l’organizzazione del convegno fu curata da Alessandro Arienzo, Fabrizio Carlino e Marco Morra, con il contributo importante di Giuseppe Antonio Di Marco che coinvolse, per l’occasione, un gruppodi studio sull’operaismo e il post-operaismo da lui stesso animato, e frequentato, tra gli altri, dallo stesso Fabrizio Carlino e da Irene Viparelli, che avrebbero poi preso parte ai lavori, nonché da numerosi studenti e giovani ricercatori formatisi alla cattedra di Filosofia della Storia.

Questo volume, quindi, è indirettamente il frutto di un percorso collettivo, nato dalla convergenza di diverse traiettorie ed esperienze di ricerca; e, di questo percorso, è soltanto un risultato parziale, non definitivo, un primo momento di confronto.

I curatori

Cahier du grm 16\2020

Pratiques et expériences de l’enquête

Edited by Andrea Cavazzini

Du XIXe siècle à aujourd’hui, l’enquête militante a souvent joué le rôle d’un retour au réel par-delà les paradigmes théoriques et politiques figés en autoreproduction idéologique : à la fois confrontation des programmes politiques et des paradigmes théoriques à la matérialité des rapports sociaux, voire à la composition économique, idéologique et politique des classes exploitées et processus de transformation mutuelle des enquêteurs et des enquêtés par la recherche commune d’une connaissance plus riche et d’une orientation plus efficace, l’enquête représente la sortie de la pensée et de l’action de l’auto-enfermement dans le toujours-identique des ordres discursifs et des pratiques réduites à rituels.

Ainsi, l’enquête peut apparaître comme la tentative de se réapproprier une capacité d’autonomie et d’autodétermination et comme une entreprise de connaissance indissociable de cette réappropriation – expression d’une demande de savoir et de la recherche d’une plus grande puissance d’agir, l’enquête est une pratique dont l’étude peut éventuellement fournir un contre-poison à la méditation nostalgique ou morose des vestiges du passé et des constructions intellectuelles. Autrement dit, l’enquête est le lieu où l’étude du passé révolutionnaire peut devenir autre chose que la contemplation d’une image et s’ouvrir à la réappropriation de la pensée par le réel.

parution 15 Cahier du grm

15 | 2019
Archéologie du passé, mélancolie du présent – II

Deuxième partie

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Antoine Janvier

La problématique des séquences politiques émancipatrices est aujourd’hui structurellement et durablement inscrite dans un geste d’exploration du passé. Le souci de la politique d’émancipation, de ses conditions et de ses limites, parvient de moins en moins à se formuler autrement que sous la forme d’un discours sur le passé. Tout se passe, autrement dit, comme si la confrontation avec les mémoires et les reconstructions, les bilans rétrospectifs et les archives, était la seule condition de possibilité d’une telle formulation. De quoi cette situation est donc le symptôme ? Que révèle-t-elle de l’économie subjective du présent ?

L’hypothèse de ce Dossier des Cahiers du GRM est que cette condition relève d’une impasse de la subjectivité « militante » ou « engagée » contemporaine, vue à la fois dans sa continuité « impossible » à l’égard de la séquence politique qui se referme catastrophiquement dans les années 1970 et dans l’échec d’une nouvelle séquence de mobilisations déclenchée par la crise de 2007.

Ce Dossier monographique essaie de se confronter au champ subjectif de la « mélancolie de gauche » que structure cette double impasse, et d’en contourner les pièges : il s’agit d’explorer les manières dont des expériences et des consciences « militantes » ou « engagées » ont, entre les années 1980 et aujourd’hui, essayé d’élaborer et de surmonter les impasses du présent, les traumatismes du passé et les ruptures brutales qui surviennent entre les temps historiques. Le Dossier vise ainsi à esquisser l’amorce d’une enquête sur des manières de survivre, en tant que subjectivité « engagée » ou « critique », par-delà le clivage qui nous sépare à la fois de la réconciliation avec le passé et de l’efficacité dans le présent.

Teoria e prassi tra università e movimenti. Napoli 19-20 dicembre 2019

Università di Napoli “Federico II”

19-20 dicembre 2019

Teoria e prassi tra Università e Movimenti

A cura di:
Marco R. Bazzan, Fabrizio Carlino, Andrea Cavazzini, Giuseppe A. Di Marco, Marco Morra, Anna Pia Ruoppo, Irene Viparelli

 

RELATORI

Marco R. Bazzan (Universidade Federal do Espirito Santo; Groupe de Recherches Matérialistes), Fabrizio Carlino (Groupe de Recherches Matérialistes), Viola Carofalo (Univ. degli Studi di Napoli L’Orientale), Andrea Cavazzini (Associazione “Louis Althusser”; Groupe de Recherches Matérialistes), Elena Cennini (Univ. Suor Orsola Benincasa; URiT), Carlotta Cossutta (Università del Piemonte Orientale), Anna D’Ascenzio (Univ. Suor Orsola Benincasa; URiT), Roberto Evangelista (Ispf-Cnr), Strefania Ferraro (Univ. degli studi Suor Orsola Benincasa; URiT), Matteo Giardiello (Dottorando presso l’Univ. di Napoli Federico II), Fabrizio Greco (Univ. Suor Orsola Benincasa; URiT), Valentina Greco (Università di Bologna), Luca Lendaro (Dottorando presso l’Univ. degli Studi di Padova), Antonello Petrillo (Univ. Suor Orsola Benincasa; URiT), Luca Scafoglio (Univ. degli Studi di Salerno), Irene Viparelli (Universidade de Évora), Emiliano Zanelli (collettivo Catai).

Parution du 13e CAHIER DU GRM /Archéologie du passé, mélancolie du présent – I

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Antoine Janvier

 

La problématique des séquences politiques émancipatrices est aujourd’hui structurellement et durablement inscrite dans un geste d’exploration du passé. Le souci de la politique d’émancipation, de ses conditions et de ses limites, parvient de moins en moins à se formuler autrement que sous la forme d’un discours sur le passé. Tout se passe, autrement dit, comme si la confrontation avec les mémoires et les reconstructions, les bilans rétrospectifs et les archives, était la seule condition de possibilité d’une telle formulation. De quoi cette situation est donc le symptôme ? Que révèle-t-elle de l’économie subjective du présent ?

L’hypothèse de ce Dossier des Cahiers du GRM est que cette condition relève d’une impasse de la subjectivité « militante » ou « engagée » contemporaine, vue à la fois dans sa continuité « impossible » à l’égard de la séquence politique qui se referme catastrophiquement dans les années 1970 et dans l’échec d’une nouvelle séquence de mobilisations déclenchée par la crise de 2007.

Ce Dossier monographique essaie de se confronter au champ subjectif de la « mélancolie de gauche » que structure cette double impasse, et d’en contourner les pièges : il s’agit d’explorer les manières dont des expériences et des consciences « militantes » ou « engagées » ont, entre les années 1980 et aujourd’hui, essayé d’élaborer et de surmonter les impasses du présent, les traumatismes du passé et les ruptures brutales qui surviennent entre les temps historiques. Le Dossier vise ainsi à esquisser l’amorce d’une enquête sur des manières de survivre, en tant que subjectivité « engagée » ou « critique », par-delà le clivage qui nous sépare à la fois de la réconciliation avec le passé et de l’efficacité dans le présent.

20-21.12.2018 le traiettorie dell operaismo nel lungo 68 italiano. Università Federico II Napoli

Università di Napoli Federico II

20-21 dicembre 2018

 

LE TRAIETTORIE DELL’OPERAISMO NEL “LUNGO ’68” ITALIANO

COMITATO ORGANIZZATIVO

Alessandro Arienzo (Univ. Federico II), Giuseppe A. Di Marco (Univ. Federico II), Marco Morra (Univ. Federico II), con la collaborazione del Groupe de Recherches Matérialistes

COMITATO SCIENTIFICO

Alessandro Arienzo (Univ. Federico II), Marco Bazzan (Pontificia Universidade Catolica do Paranà; Groupe de Recherches Matérialistes), Fabrizio Carlino (Groupe de Recherches Matérialistes), Andrea Cavazzini (Associazione “Louis Althusser”; Groupe de Recherches Matérialistes), Giuseppe A. Di Marco (Univ. Federico II), Giovanni Sgrò (Università degli Studi eCampus Novredate/Como)

 

RELATORI

 

Marco BAZZAN (Pontificia Universidade Catolica do Paranà, Groupe de Recherches Matérialistes), Cristiana BOSCARELLI (Centro Studi Fortini Masi), Fabrizio CARLINO (Groupe de Recherches Matérialistes), Andrea CAVAZZINI (Associazione “Louis Althusser”, Groupe de Recherches Matérialistes), Michele FILIPPINI (Università di Bologna), Marco GRISPIGNI (ricercatore indipendente),  Giovanni LA GUARDIA (Centro Studi Fortini Masi), Diego MELEGARI (Centro Studi Movimenti di Parma), Mariamargherita SCOTTI (Istituto Ernesto De Martino, Sesto Fiorentino), Irene VIPARELLI (Universidade de Évora), Gilda ZAZZARA (Università Ca’ Foscari Venezia).

STRUTTURA DEL CONVEGNO

PRIMO GIORNO

20 dicembre 2018

9.30
Introduce

Marco Morra

10.00

Inizio prima sezione

ALL’ORIGINE DELLA NUOVA SINISTRA

Modera

Alessandro Arienzo

Relazioni

Mariamargherita Scotti, Il dibattito sull’autonomia nel Partito socialista italiano

Cristiana Boscarelli, Raniero Panzieri e i “Quaderni rossi”

Giovanni La Guardia, Franco Fortini: le ingratitudini dell’ospite

12.00

Pausa caffè

12.15

Discussione

13.30

Pausa pranzo

15.00

Inizio seconda sezione

TRAIETTORIE OPERAISTE

Modera

Giovanni Sgrò

Relazioni

Michele Filippini, Mario Tronti e il lungo ’68: dalla filiazione alla critica

Irene Viparelli, La ricezione del pensiero di Mario Tronti nell’opera di Toni Negri

16.15

Pausa caffè

16.30

Relazioni

Andrea Cavazzini, Fabrizio Carlino, Sull’inchiesta operaia, tra teoria, organizzazione e soggettività

17.00

Discussione

SECONDO GIORNO

21 dicembre 2018

10.00

Inizio terza sessione

OPERAISMO E MOVIMENTI

Modera

Giuseppe Antonio Di Marco

Relazioni

Marco Grispigni, Elogio dell’estremismo. Caratteristiche storiche

Diego Melegari, Marco Melotti e la critica della crisi della politica

11.00

Pausa caffè

11.15

Relazioni

Gilda Zazzara, Traiettorie operaiste a Porto Marghera

Marco Rampazzo Bazzan, Un seminario leninista. Padova 1972

12.15

Discussione

13.00

Conclusioni

Giuseppe Antonio Di Marco

 

 



Téléchar39 348 552 74 77ger

20.03.2018 Les Cahiers du GRIF Liège/ Journée d’études

  • Lieux:  Université de Liège, ,salle de l’Horloge  (pl. du 20-Août, bât. A1, 2ème entresol)/ Salle Gothot (pl. du 20-Août, bât. A1, 1er étage)
  • Horaire: 13h30  – 21h
  • Déroulement: Ce sera l’occasion de présenter nos récentes recherches sur cette revue. Nous accueillerons également Audrey Lasserre, spécialiste de l’histoire littéraire féminine et féministe. L’après-midi sera suivie d’une présentation de revues féministes des “années mouvement” à travers la plate-forme de ressources numériques Bobines féministes. (http://cinevideo.labex-arts-h2h.fr/content/bobines-féministes).
  • Contact: caroline.gloire@uliege.be

Parution Cahier 12 | 2017 Matérialités et actualité de la forme revue

Sous la direction de Thomas Franck, Caroline Glorie et Alain Loute

Tous les textes sont consultables en libre accès sur http://journals.openedition.org/grm/908

Parution Cahier 11 | 2017 Capitalisme cognitif et travail en “excès”: un parcours critique

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Alain Loute

 De nombreux auteurs inscrivent aujourd’hui leur réflexion sur le capitalisme dans l’horizon de ce qu’ils nomment le « capitalisme cognitif », nouvelle étape d’évolution du capitalisme. Ces auteurs insistent également sur la présence actuelle d’un excès intrinsèque aux rapports sociaux contemporain. Ces auteurs repèrent une tension entre mesure et démesure du travail à la fois dans l’idée d’un excès ontologique de la connaissance par rapport à la forme-marchandise des activités humaines et dans le phénomène contemporain d’un travail distribué sur un réseau d’acteurs collectifs disséminés dans l’ensemble de la société. Un tel travail cognitif en « excès » conduirait même certains à parler du capitalisme comme la « crise du capitalisme tout court ». Au-delà des formes contemporaines du travail qu’une phénoménologie immédiate de la société contemporaine met à jour, il s’agit dans ce cahier de reconstruire/déconstruire la généalogie conceptuelle et historico-politique de cette figure d’un travail cognitif en « excès ». L’enjeu, en questionnant notamment certaines réappropriations de textes comme le célèbre « Fragment sur les machines » de Marx, est de questionner la croyance qu’un devenir-cognitif du capitalisme engendrerait un rapport de forces favorable au travail.

Activités et actualités du groupe de recherches matérialistes