Cahier du grm 16\2020

Pratiques et expériences de l’enquête

Edited by Andrea Cavazzini

Du XIXe siècle à aujourd’hui, l’enquête militante a souvent joué le rôle d’un retour au réel par-delà les paradigmes théoriques et politiques figés en autoreproduction idéologique : à la fois confrontation des programmes politiques et des paradigmes théoriques à la matérialité des rapports sociaux, voire à la composition économique, idéologique et politique des classes exploitées et processus de transformation mutuelle des enquêteurs et des enquêtés par la recherche commune d’une connaissance plus riche et d’une orientation plus efficace, l’enquête représente la sortie de la pensée et de l’action de l’auto-enfermement dans le toujours-identique des ordres discursifs et des pratiques réduites à rituels.

Ainsi, l’enquête peut apparaître comme la tentative de se réapproprier une capacité d’autonomie et d’autodétermination et comme une entreprise de connaissance indissociable de cette réappropriation – expression d’une demande de savoir et de la recherche d’une plus grande puissance d’agir, l’enquête est une pratique dont l’étude peut éventuellement fournir un contre-poison à la méditation nostalgique ou morose des vestiges du passé et des constructions intellectuelles. Autrement dit, l’enquête est le lieu où l’étude du passé révolutionnaire peut devenir autre chose que la contemplation d’une image et s’ouvrir à la réappropriation de la pensée par le réel.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
GRM (23 juillet 2020). Cahier du grm 16\2020. GRM. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p7y2


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.