Archives de catégorie : Actualités / News

Appel à contribution – Cahiers du GRM, n° 4

Argumentaire : Le quatrième numéro des Cahiers du GRM entend poursuivre les analyses du précédent numéro, consacré aux processus de politisation des milieux étudiants dans les années soixante en Europe Occidentale. Il s’agira de rendre compte des effets produits par la conjoncture sur des mobilisations singulières, tout en portant une attention particulière aux propositions organisationnelles et théoriques qui en découlent. Le but est d’analyser les pratiques théoriques « sous conjoncture », c’est-à-dire de rendre compte non seulement de la force pratique qu’une théorie peut engager dans une bataille politique, de l’impact des formes de pensée et de vie sur des luttes concrètes, mais aussi des effets réciproques, dialectiques, de la conjoncture sur l’élaboration théorique elle-même ; ce qui signifie aussi cerner les formes de contestation en tant que réponses concrètes – élaborées dans des contextes spécifiques – à des problèmes imposés par la dynamique de la contestation et par la confrontation que les militants engagent avec les autorités publiques.

En l’occurrence, ce quatrième numéro cherchera à restituer la spécificité du mouvement étudiant tant dans le cycle de contestation de la « saison rouge » – la macro-conjoncture qui s’ouvre avec le 20ème congrès du PCUS en 1956 et qui se clôture au moment de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République Française en 1981 – qu’à partir des formes organisationnelles forgées au sein des sociétés du capitalisme avancé (ou « tardif »), des formes qui constituent un laboratoire pour de nouvelles subjectivations politiques, au-delà des seules enceintes universitaires. De ce point de vue, on sera tout particulièrement attentif à la politisation des mouvements étudiants, qui demandent une double analyse : d’une part, une analyse de l’inscription des luttes étudiantes dans un cadre mondial, tant sur le plan subjectif que sur le plan objectif, tant du point de vue symbolique que du point de vue matériel ; d’autre part une analyse des problématisations pratiques et théoriques de la condition étudiante que les mobilisations étudiantes ont imposées. Ce numéro tentera donc d’explorer aussi bien :

  1. les types de reprises/déplacements/traductions, dans les luttes étudiantes, des mots d’ordres et des formes de lutte à l’échelle mondiale
  2. que la manière dont ces luttes se sont situées entre l’affirmation de la singularité radicale de la condition étudiante et son inscription dans les conflits de la sphère socio-économique, posant ainsi la question de l’alliance entre étudiants et ouvriers
  3. et l’héritage problématique des formes de production de cette rencontre étudiants/ouvriers, c’est-à-dire à la fois leur refoulement dans la mémoire historique, les différents retours et dénégations qu’elles ont connu depuis, et les conditions et les modalités d’un travail de remémoration vivante ou de reconstruction active de l’histoire.
  • Soumission : Les articles (max. 40000 signes) doivent parvenir à la rédaction (groupe.recherches.materialistes@gmail.com) avant le 30 octobre 2012

GRM

Le carnet du GRM présente et publie les activités du groupe de recherches matérialistes (GRM)et de son réseau. Le GRM s’inscrit dans un partenariat entre la plateforme de formation et de recherche EuroPhilosophie (Toulouse le Mirail), le Centre International d’Etudes de la Philosophie Française Contemporaine (ENS Paris)et l’Unité de recherches en philosophie politique et philosophie critique des normes de l’Université de Liège. S’y rassemblent des étudiants, chercheurs, doctorants et post-doctorants, autour d’un travail collectif portant sur les corpus anarchistes, socialistes, communistes et les pratiques politiques qui s’en sont inspirées. Ce travail comporte plusieurs dimensions :

a/ Une dimension épistémologique, concernant les rapports du matérialisme historique (ses hypothèses et ses catégories théoriques, comme ses études empiriques) avec le champ des sciences humaines et sociales du XXe siècle (historiographie, anthropologie, linguistique, psychanalyse, sociologie, géographie, etc.) – rapports de transformation mutuelle, d’opposition et de conflit, d’intégration partielle… ;

b/ Une dimension philosophique, portant sur les enjeux d’une détermination spécifiquement matérialiste du travail du concept, en particulier du point de vue des conflictualités internes aux pratiques théoriques, ou des « luttes de tendances philosophiques » au sein des énoncés tant scientifiques qu’idéologiques ;

c/ Une dimension sociopolitique, qui touche aux effets historiques des discours politiques, donc aussi bien à l’histoire de leur incorporation dans les mouvements sociaux (ouvriers et autres, révolutionnaires ou non) qu’à l’histoire de la transformation des théories et des concepts à travers l’histoire sociale et politique des XIX et XXe siècles.

Présentation

copy-cropped-cropped-GRM-Logo-site2.pngNé en 2007 comme groupe informel le Groupe de Recherches Matérialistes s’est constitué en Association 1901 en 2012. Cette association réunit à présent des étudiants, chercheurs, doctorants et post-doctorants, autour d’un travail collectif portant sur les corpus anarchistes, socialistes, communistes et les pratiques politiques qui s’en sont inspirées. Ce travail collectif comporte plusieurs dimensions : a/ Une dimension épistémologique, concernant les rapports du matérialisme historique avec le champ des sciences humaines et sociales du XXe siècle, b/ Une dimension philosophique, portant sur les enjeux d’une détermination spécifiquement matérialiste du travail du concept, en particulier du point de vue des conflictualités internes aux pratiques théoriques, ou des « luttes de tendances philosophiques » au sein des énoncés tant scientifiques qu’idéologiques ; c/ Une dimension sociopolitique, qui touche aux effets historiques des discours politiques, donc aussi bien à l’histoire de leur incorporation dans les mouvements sociaux qu’à l’histoire de la transformation des théories et des concepts à travers l’histoire sociale et politique des XIX et XXe siècles.

Programme 6e année

Les travaux de recherche de la 6e année du GRM porteront en général sur l’accumulation originaire et le capitalisme, et s’articuleront en deux volets :

  • Séminaire ENS-Paris : « Capitalisme, Accumulation et Lutte de Classes »
  • Journées d’étude sur la critique de l’économie politique à l’Université de Liège.

 

 

Séminaire ENS-Paris : « Capitalisme, Accumulation et Lutte de Classes »

  • Argumentaire Séminaire
  • Les séances du séminaire de la 6e année du GRM se déroulent à l’E.N.S. 45 rue d’Ulm, Paris, salle Info, de 14h à 17h.

Calendrier des séances :

1e Séance : 13 octobre : Présentation : Capitalisme, accumulation et lutte de classes

2e Séance : 8 décembre : L’Accumulation en Union soviétique
  • Stéphane Pihet : Accumulation « sociale » et stalinisme dans les années 30 en URSS (Partie 1)
  •  Andrea Cavazzini : Autour des travaux de Rita di Leo

3e Séance : 12 janvier 2013 Lectures contemporaines de l’accumulation et critique de l’opéraisme idéologique

La séance du Séminaire sera précédée d’une matinée, de 10 h 30 à 13 h 00, où le GRM inaugurera le chantier des rapports entre histoire, politique, philosophie et pratiques esthétiques:

  • Constanze Fritzsch : Autour de Carl-Friedrich Claus;
  • Grégory Cormann et Jérémy Hamers : Autour de Alexander Kluge.

 4e Séance : 1. juin 2013 Indépendance,  socialisme et sous-développement

  • Patrick Marcolini : Socialisme et lutte pour l’indépendance : l’indépendance jusqu’où ? Autonomie, autogestion et autarchie.
  • Marco Rampazzo Bazzan : La dimension idéologique de la notion de « sous-développement » (Amin, Arrighi, Franck). 

Bibliographie  :

Samir Amin, Le développement inégal, Editions de Minuit, 1973.

Giovanni Arrighi, Sviluppo economico e sovrastrutture in Africa, Einaudi, Torino, 1969

André Gudrun Franck, Capitalisme et sous-développement en Amérique Latine, édition Maspero, 1968.

Julius Nyerere, Socialisme, démocratie et unité africaine, éditions Présence Africaine, 1970.

André Prudhommeaux, Le Principe d’autonomie, éditions Spartacus, 1978.

Revue Autogestion et socialisme, numéro « Afrique Noire : des communautés de base au socialisme autogestionnaire », éditions Anthropos, n°39, septembre 1977.

François Partant, La Ligne d’horizon. Essai sur l’après-développement, éditions La Découverte, 2007.

Gilbert Rist, Le Développement. Histoire d’une croyance occidentale, Presses de Sciences Po, 2012.

Jean-Jacques Rousseau, Projet de constitution pour la Corse, éditions Nautilus, 2000.

Journées d’étude sur la critique de l’économie politique

Organisées à l’initiative de  l’Unité de recherches en philosophie politique et philosophie critique des normes

Contact : Andrea Cavazzini : cavazz.a@tin.it et [Antoine Janvier : Antoine.Janvier@ulg.ac.be

 

 1e Journée 29 Novembre 2012 :

ACCUMULATION ET RAPPORTS SOCIAUX DANS LA CRITIQUE DE L’ECONOMIE POLITIQUE : PRODUCTION, REPRODUCTION, EXPROPRIATION

Lieu : Espace du département de philosophie, Place du 20 Août, 7, Bâtiment A1, 3ème étage.

Programme : 

Matinée : Table ronde autour de Marx

Bibliographie :

  • Le Capital, Livre I, trad. J.-P. Lefebvre, Paris, PUF, Quadrige, chapitres XXIII et XXIV.
  • Le Chapitre VI. Manuscrits de 1863-1867, trad. G. Cornillat, L. Prost et L. Sève, Paris, Editions Sociales/La dispute
  •  Critique du programme de Gotha, Paris, Editions sociales/La dispute
  •  Manuscrits de 1857-1858, dit {Grundrisse}, Paris, Editions Sociales/La dispute, p. 650-667

Après-midi : Table ronde autour de David Harvey

Bibliographie :

  • Le nouvel impérialisme, trad. J. Batou et C. Georgiou, Paris, Les prairies ordinaires, 2010
Contributions :

2e Journée 21 Mars 2013

CRISES FINANCIERES ET SAVOIRS ECONOMIQUES : QUELLE CRITIQUE DE L’ECONOMIE POLITIQUE AUJOURD’HUI ?

  • Table ronde autour de Frédéric Lordon en présence de l’auteur.