Archives de catégorie : Parution

Parution – Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste

 

MISÈRE DE LA THÉORIE. CONTRE ALTHUSSER ET LE MARXISME ANTI-HUMANISTE

EDWARD P. THOMPSON

Une critique énergique envers le dogmatisme du théoricien marxiste Althusser et ses disciples qui occupent aujourd’hui encore le devant de la scène intellectuelle.
____________________________________
Misere de la theorie

ARGUMENTAIRE:

Un penseur a joué un grand rôle dans la formation des intellectuelles critiques qui sont aujourd’hui en vogue : Louis Althusser. Dans les années 1960 et 1970, ce philosophe marxiste, figure de proue du structuralisme, membre du Parti communiste mais adulé par les étudiants maoïstes, est considéré comme une référence par Alain Badiou, Jacques Rancière, Étienne Balibar, Manuel Castells ou Nicolas Poulantzas.

Dans ce livre énergique et drôle écrit en 1978, l’historien britannique Edward P. Thompson ridiculise la prétention des althussériens à hisser le marxisme au rang de science, le caractère réductionniste et mécanique de leur approche de l’histoire ou de la société, ainsi que le parfum de stalinisme qui entour leur positions. Pour lui, ce marxisme académique n’est rien d’autre que l’opium d’une bourgeoisie intellectuelle venue d’encanailler à l’extrême gauche.

En contrepoint, E. P. Thompson propose sa propre conception du marxisme nourrie de sa pratique d’historien, qui se fonde sur un dialogue avec les faits et accorde une place centrale à la capacité des femmes et des hommes à faire leur propre histoire. Partisan de ce qu’il appelle un « communisme libertaire », il appelle à relever le drapeau de l’humanisme pour élaborer une critique du capitalisme qui rejoigne les valeurs morales des classes populaires.
____________________________________

COLLECTION
VERSUS

Contre les idéologies pseudo-critiques qui ne font qu’accompagner le déploiement du technolibéralisme – élimination de la question sociale, déconstruction à tous crins, relativisme généralisé, artificialisme forcené, fascination pour la technoscience… –, la collection Versus entend retrouver l’énergie qui a animé par le passé les courants intellectuels les plus hostiles au Capital et aux machines. Pas pour la figer dans un museum de la théorie, mais pour la prolonger dans l’époque actuelle, et redonner des armes à ceux qui n’acceptent pas le monde tel qu’il est.

Versus, du latin vertere, « tourner, changer, convertir ». Versus : « en direction de », mais aussi, en anglais : « contre ». L’inverse, l’adversaire, la controverse. Pour aller au-delà.

Collection dirigée par Patrick Marcolini



Traduit de l’anglais par
Alexia Blin, Antony Burlaud
Yohann Douet, Alexandre Feron


390 pages * 14 x 20,5 cm
isbn 978-29158309-3-4
19 euros

Site de l’éditeur
___________________________

L’AUTEUR

Historien renommé, Edward P. Thompson (1924-1993) fut aussi un intellectuel engagé, l’un des fondateurs de la New Left, la nouvelle gauche marxiste britannique. Son chef d’oeuvre La Formation de la classe ouvrière anglaise, de même que ses travaux  sur les cultures populaires, ont connu une diffusion internationale. Ils continuent d’exercer une influence déterminante sur nombre de chercheurs et de militants.

 

Parution – 6 Cahier du GRM

Cahiers-logo.pngLes intellectuels dans la guerre civile européenne. Enjeux philosophiques d’une histoire à écrire

Coordonné par Antoine Janvier et Gabor Tverdota
Contributions de :

Thomas Bolmain, Fabio Bruschi, Andrea Cavazzini, Fabrizio Carlino, György Lukács, Károly Mannheim Oriane Petteni, Jonathan Soskin,  Gabor Tverdota…

Présentation :

Le dossier thématique du sixième numéro des Cahiers du GRM se propose de contribuer à une nouvelle articulation de la période 1914-1945, qui est celle – suivant l’expression de l’historien Enzo Traverso – de la « guerre civile européenne ». Les articles de ce numéro sont autant d’applications d’une hypothèse spécifique : dans la mesure où les intellectuels aux origines et attaches sociales les plus diverses avaient parmi tous les autres acteurs socio-politiques l’intérêt le plus brûlant à un examen approfondi et circonstancié du corps social et politique, ainsi que de la dynamique de l’histoire, l’étude des documents du devenir-conscient de leur être-social peut contribuer grandement à la construction d’une image adéquate et équilibrée de l’époque en question. En se concentrant sur le cas de l’intelligentsia centre-européenne progressiste à la fin de la Grande Guerre et dans la période révolutionnaire qui l’a suivie, les traductions qui clôturent le dossier thématique offrent un regard sur les voies possibles de ce devenir-conscient des intellectuels dans la « guerre civile européenne ».

Numéro entièrement disponible sur : http://grm.revues.org/477

ISSN : 1775-3902

Parution – Althusser et l’opéraïsme. Notes pour l’étude d’une « rencontre manquée »

Article en ligne de Fabrizio Carlino e Andrea Cavazzini

Présentation  : L’althussérisme et l’opéraïsme de Tronti représentent deux des tendances les plus marquantes du marxisme des années 1960. Pourtant, malgré certaines similarités, ces deux expériences théoriques se sont mutuellement ignorées, et il aura fallu attendre les élaborations postopéraïstes de Negri pour qu’elles commencent à dialoguer. C’est cependant sur un tout autre terrain que Fabrizio Carlino et Andrea Cavazzini esquissent ici un rapprochement entre Althusser et Tronti : celui du rapport entre la théorie et la pratique, dont la problématisation culmine dans la double thèse du primat des classes sur leur lutte et du caractère intrinsèquement politique de l’économie.

Texte intégral in : Périodes, revue en ligne marxiste, Septembre 2014

Parution / Silvia Federici : Caliban et la Sorcière

Federici

  • FEMMES, CORPS ET ACCUMULATION PRIMITIVE
  • Essai, traduction de l’anglais (États-Unis) par le collectif Senonevero, revue et complétée par Julien Guazzini
  • Co-édition Entremonde et Senonevero
  • Silvia Federici (née en 1942 à Parme en Italie) est une universitaire américaine, enseignante et militante féministe radicale. Elle est professeure émérite et chercheuse à l’Université Hofstra à New York.

Présentation (à partir du site des Editions Entremonde)

Silvia Federici revisite ce moment particulier de l’histoire qu’est la transition entre le féodalisme et le capitalisme, en y introduisant la perspective particulière de l’histoire des femmes.

Elle nous invite à réfléchir aux rapports d’exploitation et de domination, à la lumière des bouleversements introduits à l’issue du Moyen Âge. Un monde nouveau naissait, privatisant les biens autrefois collectifs, transformant les rapports de travail et les relations de genre. Ce nouveau monde, où des millions d’esclaves ont posé les fondations du capitalisme moderne, est aussi le résultat d’un asservissement systématique des femmes. Par la chasse aux sorcières et l’esclavage, la transition vers le capitalisme faisait de la modernité une affaire de discipline. Discipline des corps féminins dévolus à la reproduction, consumés sur les bûchers comme autant de signaux terrifiants, torturés pour laisser voir leur mécanique intime, anéantis socialement. Discipline des corps d’esclaves, servis à la machine sociale dans un formidable mouvement d’accaparement des ressources du Nouveau Monde pour la fortune de l’ancien.

Le capitalisme contemporain présente des similitudes avec son passé le plus violent. Ce qu’on a décrit comme barbarie et dont aurait su triompher le siècle de la raison est constitutif de ce mode de production : l’esclavage et l’anéantissement des femmes n’étaient pas des processus fortuits, mais des nécessités de l’accumulation de richesse. L’auteur nous invite à partager son son regard d’historienne et de féministe sur la situation actuelle et sur ses mécanismes.

Parution : 5 Cahier du GRM

 

Cahiers-logo.pngLes temps et les formes. Sur la dialectique entre esthétique et politique  (5, 2014)

  • Sous la direction d’Andrea Cavazzini
  • Présentation : Les textes réunis dans ce Cahier sont des plus hétérogènes. La première section présente une traduction inédite et un commentaire de fragments posthumes de Hans-Jürgen Krahl, dans la perspective de la théorisation de la fonction dialectique de l’esthétique qui traverse le marxisme occidental depuis Lukács jusqu’aux mouvements des années 1960. La deuxième section est consacrée à deux figures de la culture est-allemande – Heiner Müller et Carlfriedrich Claus – qui ont mené, avec les moyens de l’art, de la littérature et du théâtre, une réflexion singulière sur la perspective communiste. La troisième section étudie le cinéma « engagé » ou « critique » né dans les années 1960 et ses implications politiques et philosophiques. Enfin, la quatrième section porte sur la manière dont les œuvres de Clarice Lispector (littérature) et d’Abdellatif Kechiche (cinéma) explorent les questions existentielles que traduisent et affrontent à la fois les positions affectives de la subjectivité.

Table des matières :

DOSSIER : 

VARIA : 

NOTE DE LECTURE : 

ISSN électronique : 1775-3902

 

Parution: FAILLES N° 3 Existence / Inexistence

 FAILLES N°3
Existence / Inexistence

failles
Revue dirigée par Alexandre Costanzo et Daniel Costanzo

ISBN 978-2-913549-92-0

Editions Nous

Présentation du numéro :

Existence, inexistence : ces deux notions permettent de tracer une transversale entre des problématiques, des lignes ou des démarches philosophiques contemporaines, en envisageant aussi bien ce qu’il en est des puissances d’inventions de la politique et de l’art.

Sommaire :  

  • Alain Badiou : « Vers un nouveau concept de l’existence »
  • Bruno Bosteels : « Du potentiel à l’inexistant »
  • Quentin Meillassoux : « L’inexistence divine »
  • Giorgio Agamben : « Art, désœuvrement, politique »
  • Alexandre Costanzo : « Les grimaces de la philosophie »
  • René Schérer : « Les boussoles de l’utopie »
  • Bernard Aspe : « Ce qui ne périra jamais »
  • Antoine Janvier, Benoît Toussaint : « Pédagogie nomade »
  • Sidi Mohammed Barkat : « La déraison dans l’État de droit »
  • Livio Boni : « Guerre, deuil hyperbolique, nécro-logie. Derrida avec Butler ? »
  • Véronique Bergen : « Descends en moi, Créon »
  • Andrea Cavazzini : « Portrait de Franco Fortini »
  • Manuel Joseph : « Corps de grève »
  • Alexandre Costanzo, Daniel Costanzo : « La possibilité d’un monde»
  • Jacques Rancière : « Une existence peut en cacher une autre »

plus d’informations ICI

Parution: 4 Cahier du GRM

Cahiers-logo.png

Des luttes étudiantes en Europe Occidentale (2) 4, 2013

  • Sous la direction de Stéphane Pihet et Fabrizio Carlino
  • Le dossier thématique de ce quatrième Cahier reprend et prolonge les analyses du troisième sur les processus de politisation des milieux étudiants

Table des matières :

DOSSIER

VARIA :

NOTES DE LECTURE :

 ISSN électronique : 1775-3902

Parution : Marxismo e Psicoanalisi – Quaderni materialisti (10,2012)

QM-10-150x180

 

Table des matières :

  • Premessa par Luca Pinzolo
  • Su Psicoanalisi e Marxismo par Fulvio Papi
  • I quattro discorsi – che sono cinque – di Jacques Lacan: una critica dell’economia non solo politica par Juan Domingo Sánchez Estop
  • L’articolazione dell’ideologico e dell’inconscio in Althusser par Vittorio Morfino
  • Žizek e Althusser. Vita e morte della lettura sintomale par Mariana de Gainza
  • Freud e Kelsen. L’invenzione del Super-Io par Etienne Balibar
  • L’albero e il rizoma. Immagini dell’individuazione tra Carl Gustav Jung e Gilles Deleuze par Luca Pinzolo
  • Corpo e mente nel Postfordismo. La trappola del «General Intellect» par Roberto Finelli

Archivio :

  • A proposito della Posaune di Bruno Bauer par Mario Cingoli
  • Assenza e struttura: la ricerca della dialettica materialista in Althusser  par Fabrizio Carlino
  • Il secondo trattato sul governo e l’antropologia coloniale di John Locke par Mauro Scalercio

Recensioni :

  •  Franca D’Agostini, Verità avvelenata. Buoni e cattivi argomenti nel dibattito pubblico par Antonella Limonta
  • José Chasin, Marx. Ontologia e metodo par Giovanni Sgrò
  • Hans Georg Backhaus, Dialettica della forma di valore. Elementi critici per la ricostruzione della teoria marxiana del valore par Giorgio Cesarale

Numéro téléchargeable sur le site de Quaderni Materialisti

 

 

Parution : Rita di Leo/ L’expérience profane/ éditions de l’éclat, 2013

dileo covertureRita di Leo
L’expérience profane
Du capitalisme au socialisme et retour

  • éditions de l’éclat, 2013
  • Traduit de l’italien par Patricia Farazzi
  • ISBN 978-2-84162-332-7
  • Préface de Mario Tronti

Présentation : Plus de vingt ans après la fin de l’Union soviétique, il semble que le temps soit venu pour que l’histoire de cette expérience, autour de laquelle a tourné la plus grande partie du vingtième siècle, puisse être faite non plus seulement pour la combattre ou pour la pour glorifier, mais pour mieux la comprendre, et mieux comprendre aussi cette Europe hémiplégique qui nous est restée en héritage.
L’expérience profane de Rita di Leo remonte à contre-courant le fleuve d’une histoire refoulée, et éclaire en retour le très actuel affrontement entre politique et économie auquel fait face aujourd’hui notre planète globalisée. Elle inaugure une parole nouvelle sur l’expérience soviétique, par-delà les tabous et les stratégies respectives de ses protagonistes et de ses ennemis. «Si on ne comprend pas ce qui s’est passé là », écrit Mario Tronti dans sa préface, « on ne comprend pas ce qui se passe ici.»

  • Rita di Leo est professeur émérite des Relations internationales à l’Université « La Sapienza » de Rome. Elle a publié de nombreux ouvrages depuis Ouvriers et système soviétique (Laterza, 1970) à Anciens cadres et nouveaux politiciens. Qui commande vraiment dans l’ex-Urss ? (Il Mulino, 1992) et récemment Le retour des élites (Manifestolibri, 2012).

Pour commander ce livre cliquez ici