Parution – 7e Cahier du GRM : Althusser : politique et subjectivité (I)

Sous la direction de Fabio Bruschi et Eva Mancuso

Cahier 7

 

Résumé : Ce septième numéro des Cahiers du GRM contient la première partie d’un double dossier thématique consacré à la pensée de Louis Althusser dont la deuxième partie sera publiée dans le huitième numéro.
L’œuvre d’Althusser sera abordée à partir du problème de la pratique politique et des formes subjectives qu’elle induit, afin d’interroger le rôle d’analyseur qu’Althusser a joué vis-à-vis du marxisme et qu’il peut encore jouer vis-à-vis de notre actualité.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro disponible  sur : http://grm.revues.org/581

Table des matières :

Parution – Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste

 

MISÈRE DE LA THÉORIE. CONTRE ALTHUSSER ET LE MARXISME ANTI-HUMANISTE

EDWARD P. THOMPSON

Une critique énergique envers le dogmatisme du théoricien marxiste Althusser et ses disciples qui occupent aujourd’hui encore le devant de la scène intellectuelle.
____________________________________
Misere de la theorie

ARGUMENTAIRE:

Un penseur a joué un grand rôle dans la formation des intellectuelles critiques qui sont aujourd’hui en vogue : Louis Althusser. Dans les années 1960 et 1970, ce philosophe marxiste, figure de proue du structuralisme, membre du Parti communiste mais adulé par les étudiants maoïstes, est considéré comme une référence par Alain Badiou, Jacques Rancière, Étienne Balibar, Manuel Castells ou Nicolas Poulantzas.

Dans ce livre énergique et drôle écrit en 1978, l’historien britannique Edward P. Thompson ridiculise la prétention des althussériens à hisser le marxisme au rang de science, le caractère réductionniste et mécanique de leur approche de l’histoire ou de la société, ainsi que le parfum de stalinisme qui entour leur positions. Pour lui, ce marxisme académique n’est rien d’autre que l’opium d’une bourgeoisie intellectuelle venue d’encanailler à l’extrême gauche.

En contrepoint, E. P. Thompson propose sa propre conception du marxisme nourrie de sa pratique d’historien, qui se fonde sur un dialogue avec les faits et accorde une place centrale à la capacité des femmes et des hommes à faire leur propre histoire. Partisan de ce qu’il appelle un « communisme libertaire », il appelle à relever le drapeau de l’humanisme pour élaborer une critique du capitalisme qui rejoigne les valeurs morales des classes populaires.
____________________________________

COLLECTION
VERSUS

Contre les idéologies pseudo-critiques qui ne font qu’accompagner le déploiement du technolibéralisme – élimination de la question sociale, déconstruction à tous crins, relativisme généralisé, artificialisme forcené, fascination pour la technoscience… –, la collection Versus entend retrouver l’énergie qui a animé par le passé les courants intellectuels les plus hostiles au Capital et aux machines. Pas pour la figer dans un museum de la théorie, mais pour la prolonger dans l’époque actuelle, et redonner des armes à ceux qui n’acceptent pas le monde tel qu’il est.

Versus, du latin vertere, « tourner, changer, convertir ». Versus : « en direction de », mais aussi, en anglais : « contre ». L’inverse, l’adversaire, la controverse. Pour aller au-delà.

Collection dirigée par Patrick Marcolini



Traduit de l’anglais par
Alexia Blin, Antony Burlaud
Yohann Douet, Alexandre Feron


390 pages * 14 x 20,5 cm
isbn 978-29158309-3-4
19 euros

Site de l’éditeur
___________________________

L’AUTEUR

Historien renommé, Edward P. Thompson (1924-1993) fut aussi un intellectuel engagé, l’un des fondateurs de la New Left, la nouvelle gauche marxiste britannique. Son chef d’oeuvre La Formation de la classe ouvrière anglaise, de même que ses travaux  sur les cultures populaires, ont connu une diffusion internationale. Ils continuent d’exercer une influence déterminante sur nombre de chercheurs et de militants.

 

25/04/2015 6e séance GRM 8e année – Althusser et la politique (2) Journée d’étude – Paris

Althusser et la politique (2)
Idéologie et sujet

Lieu : Paris, ENS, 29, rue d’Ulm, salle 235 A

11h -17h00 (Pause 12h30 – 14h)

Interventions :

  • Eva Mancuso, Les appareils idéologiques du Prince. Une lecture de “Machiavel et nous” (Althusser)

  • Marco Rampazzo Bazzan, La normativité des concepts de la science politique moderne au prisme de la notion d’idéologie (d’Althusser)
  • Jessica Borotto, Subjectivation et assujettissement : Butler lectrice d’Althusser

Padoue 23-25/03/2015 – Ateliers de recherche

Ateliers de recherche en philosophie politique

“La question de l’intellectuel au 20ème siècle entre université et politique”

23-25 mars 2015

Département FISPPA (Piazza Capitaniato), Padoue

Organisés en collaboration entre le projet de recherche Politiques de la philosophie et le Groupe de Recherches Matérialistes
ces ateliers réunissent des jeunes chercheurs en philosophie politique afin de questionner le statut, la fonction et la conceptualisation de plusieurs figures de l’intellectuel européen au fil du 20e siècle.

Organisateurs: Pierpaolo Cesaroni (Chercheur Univ. de Padoue) / Marco Rampazzo Bazzan (Piscopia Marie Curie)

 

Pour le télécharger cliquer sur  Programme

Lundi 23 mars

Après-midi (13h15-19h15) – Aula Giacon

 Ouverture Présentation des journées (13h15- 13h30)

Présentation des actes du séminaire politiques de la philosophie (13h30 -16h15)
Intervenants :

Pierpaolo Cesaroni (Chercheur Univ. de Padoue), Mauro Farnesi Camellone (Post-doc, Univ. de Padoue), Lorenzo Rustighi (Post-doc, Univ. de Padoue)

Pause (16h15-16h45)

 Présentation du 6e Cahier du GRM (16h45-19h15)
Intervenants :

 Antoine Janvier (Chercheur Univ. de Liège), Fabrizio Carlino (GRM)
Oriane Petteni (Chercheuse FRFC Univ. de Liège):  La figure de l’intellectuel comme conscience malheureuse au tournant du siècle. Du subjectivisme wébérien au pragmatisme musilien

  • Le numéro est disponible ICI

Mardi 24 mars

Matin (8h30 -13h) – Aula Giacon

Atelier Bourdieu (8h30-10h30)
Thomas Bolmain (Chargé de recherche FNRS Univ. de Liège): Qu’il meure ou qu’il ressuscite, mais qu’il bouge ! Note bourdieusienne sur l’état actuel du champ intellectuel et de la figure de l’intellectuel
Clara Mogno (Doctorante Univ. Padoue) : Lire Bourdieu avec Macherey : La parole universitaire et Geometria dello spazio sociale

Pause (10h30-11h)

 Atelier Althusser et Lefort (11h-13h)

Fabio Bruschi (Assistant Univ. de Louvain La Neuve) : Althusser et l’intellectuel collectif
Eva Mancuso (Aspirante FNRS Univ. de Liège): Expliciter les ″éléments épars″, interpréter la politique. Figure(s) de l’intellectuel chez Cl. Lefort

Pause Midi (13h-14h30)

Après-midi (14h30-19h) – Sala Seminari

 Atelier Sartre I (14h30-16h30)
Jonathan Soskin (Boursier Non-FRIA Univ. de Liège): L’engagement des clercs. Sartre et le Collège de Sociologie
Chiara Collamati (Doctorante Univ. de Padoue): La norme éthique à l’épreuve de l’histoire. Sartre à l’Institut Gramsci

Pause (16h30-17h)

 Atelier Sartre II (17h-19h)

Hervé Oulchen (Post-doc Univ. de Liège) : L’intellectuel total face à la question coloniale: réflexions à partir de Sartre

Luca Basso (Chercheur Univ. de Padoue) : Sartre et le marxisme au prisme de Questions de méthode

Mercredi 25 mars

Matin (8h30-13h) – Aula Giacon

Atelier Butler (8h30-10h30)
Attilio Bragantini (Doctorant Univ. de Padoue) : Entre la critique et les corps. L’espace intellectuel chez Judith Butler
Jessica Borotto (Doctorante Univ. de Liège): Défaire et refaire les sujets: articuler pensée critique et exigences politiques avec Judith Butler

Pause (10h30-11h)

Atelier Debord et Pasolini (11h-13h )
Patrick Marcolini (GRM) : Debord, style tardif
Matteo Bortolini (Chercheur Univ. de Padoue) : Pasolini, une parole luthérienne. Chronique d’un intellectuel religieux

Contact:

  • Pierpaolo Cesaroni : pierpaolo.cesaroni@unipd.it
  • Marco Rampazzo Bazzan : marco.rampazzo.bazzan@gmail.com

20/02/2015 – 4e séance GRM 8e année – Liège

GROUPE DE RECHERCHES MATÉRIALISTES
&
U.R. MAP – MATÉRIALITÉS DE LA POLITIQUE (ULG)

La question intellectuelle sous hypothèses communistes :
groupes, appareils d’État et mouvements sociaux.

Journée d’études

Université de Liège – Espace du département de philosophie
Place du XX Août, Bât. A1, 3ème étage
10h30-13h00

 

Matin 10h30-13h

  • Andrea Cavazzini, La fonction intellectuelle dans la structure sociale du socialisme réel. Des philosophes-rois aux dissidents.
  • Caroline Glorie, Walter Benjamin et le surréalisme. Une organisation du pessimisme : l’illumination surréaliste du point de vue d’un observateur allemand.

Après-midi : 14h30-18h00

  • Sophie Wustefed, Lefort et Castoriadis : penser et agir après Socialisme ou Barbarie.
  • Thomas Bolmain, La question intellectuelle et la critique d’Althusser dans le séminaire Surl’État de Bourdieu
  • Gabor Tverdota, La marche au pouvoir des intellectuels : considérations actuelles sur un classique de la sociologie de l’intelligentsia

 

17/01/2015 – 3e séance GRM 8e année

Thème :
Critiques de l’économie politique (2)
Analyses matérialistes de la reproduction sociale

Interventions :

  • Fabrizio Carlino, Au-delà de l’expropriation initiale et en-deçà de l’histoire : à propos du rapport entre la structure du temps et sa forme capitaliste.

  • Oriane Petteni, Otto Neurath, planification urbaine et projet encyclopédique. Une voie de l’austromarxisme

Lieu : Salle de conférence de Bruxelles Laïque (1er étage), 18-20 avenue de Stalingrad, 1000 Bruxelles

Horaire : 14h-17h

Parution – 6 Cahier du GRM

Cahiers-logo.pngLes intellectuels dans la guerre civile européenne. Enjeux philosophiques d’une histoire à écrire

Coordonné par Antoine Janvier et Gabor Tverdota
Contributions de :

Thomas Bolmain, Fabio Bruschi, Andrea Cavazzini, Fabrizio Carlino, György Lukács, Károly Mannheim Oriane Petteni, Jonathan Soskin,  Gabor Tverdota…

Présentation :

Le dossier thématique du sixième numéro des Cahiers du GRM se propose de contribuer à une nouvelle articulation de la période 1914-1945, qui est celle – suivant l’expression de l’historien Enzo Traverso – de la « guerre civile européenne ». Les articles de ce numéro sont autant d’applications d’une hypothèse spécifique : dans la mesure où les intellectuels aux origines et attaches sociales les plus diverses avaient parmi tous les autres acteurs socio-politiques l’intérêt le plus brûlant à un examen approfondi et circonstancié du corps social et politique, ainsi que de la dynamique de l’histoire, l’étude des documents du devenir-conscient de leur être-social peut contribuer grandement à la construction d’une image adéquate et équilibrée de l’époque en question. En se concentrant sur le cas de l’intelligentsia centre-européenne progressiste à la fin de la Grande Guerre et dans la période révolutionnaire qui l’a suivie, les traductions qui clôturent le dossier thématique offrent un regard sur les voies possibles de ce devenir-conscient des intellectuels dans la « guerre civile européenne ».

Numéro entièrement disponible sur : http://grm.revues.org/477

ISSN : 1775-3902

Louis Althusser : Politique et Subjectivité – Appel à contributions pour le 7e Cahier du GRM

Cahiers-logo.png

A l’occasion du cinquantenaire de la publication de Pour Marx et Lire Le Capital, le septième numéro des Cahiers du GRM sera consacré à la pensée de Louis Althusser, plus exactement à sa conception de la pratique politique en tant qu’elle est indissociable du type d’intervention qu’il s’est efforcé de théoriser et de pratiquer.

Ce problème soulève une série de questions demeurées en arrière-plan des recherches menées, ces dernières années, sur l’œuvre d’Althusser – réévaluant l’ontologie esquissée dans ses écrits des années 1980, sa lecture de Marx et des philosophes classiques ou encore l’influence qu’il a exercée sur des théoriciens qui s’emploient aujourd’hui à repenser l’émancipation. Il s’agira de déployer pour elles-mêmes ces questions qui constituent pour la pensée d’Althusser tout à la fois des points focaux et des points-limite, c’est-à-dire des points où elle tend à se résumer tout en échouant à se maîtriser : du problème de la conjoncture à ceux de la transition et du communisme, du statut du sujet à celui de l’intervention intellectuelle.

On suivra les deux axes de réflexion suivants :

1. Pratique politique et conjoncture.

De Pour Marx (1965) à « Le marxisme aujourd’hui » (1978), Althusser n’a cessé à la fois d’intervenir dans sa conjoncture et de problématiser son propre geste par le biais d’un travail sur le concept de conjoncture – ce double mouvement constituant une manière de produire une pensée de et pour la pratique politique. On privilégiera donc un double questionnement :

  1. un questionnement de la théorisation althussérienne de cette notion en se penchant sur son articulation avec le concept de structure, ainsi que sur le rapport entre surdétermination et sous-détermination, afin de comprendre dans quelle mesure ces couples conceptuels donnent accès à la modalité spécifiquement althussérienne d’intelligibilité du politique, laquelle gouverne à son tour la pratique et la théorie de l’intervention en conjoncture. Il s’agira en d’autres termes de se demander ce qu’on peut apprendre sur la reformulation althussérienne du matérialisme historique à partir de la question de la pratique politique.
  2. un questionnement de « l’idée du communisme » telle qu’elle travaille les analyses althussériennes de la politique communiste, en l’inscrivant tout particulièrement dans le cadre des débats et des textes qu’a provoqués la conjoncture du 22e congrès du PCF – où Althusser, essayant de penser la crise du marxisme, revient notamment sur la notion de « Dictature du prolétariat ».

Dans cette double perspective, on interrogera les points de rupture et de continuité entre les soubassements politiques de la pensée qu’Althusser établit au cours des années 1960 et les enjeux politiques explicites de l’intervention en conjoncture des années 1970. Sur cette base, il s’agira d’élargir la réflexion au rapport que la pensée althussérienne a entretenu ou est susceptible d’entretenir avec les autres réflexions qui, dans ces différentes périodes, ont tenté pour leur compte de poser ces problèmes à partir d’une perspective marxiste et communiste.

2. Idéologie et subjectivité.

Plusieurs travaux ont montré que la conception althussérienne de la pratique politique enveloppe une certaine problématisation du sujet politique, plutôt que l’affirmation péremptoire de sa pure et simple disparition. Si la constitution du sujet est une opération éminemment idéologique et si l’idéologie possède une efficacité propre qui est constitutive de toute pratique, y compris de la pratique politique, la question cardinale chez Althusser devient de ce point de vue celle des modalités de la transformation de l’idéologie, en particulier par les formes de son rapport au savoir. Dans ce cadre, il s’agira de construire d’autres grilles de lecture que celles qui opposent traditionnellement « critiques » et « défenseurs » de la posture du « philosophe-éducateur » impliquée par la théorie de la coupure entre science et idéologie des années 1960 et reniée (ou, selon les lecteurs, réitérée) par les reformulations de cette théorie lors de l’autocritique.

  1. D’un côté, on explorera les ressources données par les pratiques de recherche collective organisée par Althusser et les « althussériens » dans les années 1960 restées théoriquement sous-exploitées : dans quelle mesure ces pratiques permettent de ressaisir la pratique théorique en tant que forme spécifique d’action politique ? De quelle manière nous instruisent-elles sur le rôle de la médiation théorique vis-à-vis de l’idéologie ?
  2. D’un autre côté, on reviendra sur la question théorique et pratique de la maîtrise (plutôt que d’en faire l’évidence d’une apologie ou d’une accusation), en rapportant la pratique théorique à d’autres pratiques qui engagent la question du sujet de la manière la plus directe, comme la pratique analytique (mais l’on pourrait également mentionner la pratique artistique). Comment le parallèle entre le philosophe matérialiste et l’analyste permet-il d’élucider le rapport que l’idéologie et le savoir entretiennent avec la forme-sujet ? Comment permet-il d’envisager à nouveaux frais les questions formulées par la pratique politique dans un horizon communiste ?

Il s’agit de parier que cette perspective jette une lumière nouvelle sur la théorie althussérienne du « sujet idéologique » et sur la présence relevée par Badiou d’une conception du « subjectif sans sujet », en tant qu’elles constituent une voie d’accès privilégiée à la pensée de ce qui distingue une politique communiste d’autres pratiques de la politique. De cette manière, on s’emploiera à situer l’actualité de la pensée althussérienne vis-à-vis, d’un côté, des pensées qui s’efforcent de reformuler une théorie du sujet (Badiou, Balibar, Zizek, Butler), et de l’autre côté, des théories qui réservent une attention particulière à la productivité du lien social (Negri et Hardt).

 Les contributions au dossier peuvent être envoyées aux adresses suivantes: bruschif@gmail.com et eva.mancuso@ulg.ac.be jusqu’au 15 février 2015.

2e séance GRM 8 Année 29/11/2014- Bruxelles

Thème :
Critiques de l’économie politique (1)
Analyses matérialistes de la reproduction sociale

 

Interventions :

  • Andrea Cavazzini, Accumulation sociale et socialisation : Marx, Ogilvie, Jameson.

  • Sophie Wustefeld, Représentations, affects, intentions : néolibéralisme et subjectivation

Résumé : La position ambigüe de la psychanalyse vis-à-vis du fonctionnement de la société a été mise en évidence depuis longtemps (pour n’en citer qu’un, Deleuze, L’Anti-Œdipe) puisque la cure est tantôt comprise comme un outil possible d’émancipation, tantôt dénoncée comme instrument d’imposition de normes sociales. Récemment, Lordon (Capitalisme, désir, servitude) illustre comment des avatars de la psychologie comme le coaching, participent aujourd’hui directement au fonctionnement du néolibéralisme. Il me semble que ce type de travaux peuvent permettre de mettre en évidence, d’une part, les dispositifs à la fois matériels et imaginaires (au sens castoriadien de ce dernier terme) qui facilitent l’investissement des individus dans la société capitaliste, c’est-à-dire leur participation à l’économie capitaliste, et plus précisément néolibérale ; et, d’autre part, de penser quels pourraient être les ressorts politiques des ou tils offerts par la psychanalyse. Cette intervention s’approcherait plutôt d’une perspective ogilvienne (La seconde nature du politique. Essai d’anthropologie négative), et tenterait de bâtir des ponts entre  cette perspective et certains aspects de la pensée de Castoriadis (La montée de l’insignifiance).

 

  • Marco Rampazzo Bazzan: Souveraineté entre Etat et marché (Arrighi , Fichte, Smith)

Résumé :  Dans notre intervention nous tâcherons d’interroger la relation etre souverainété, Etat et marché à partir des propositions que Johann Gottlieb Fichte formula dans son Etat commercial fermé (fermeture de l’état commercial, suppression de la monnaie mondiale et introduction de la monnaire nationale). Nous étudierons l’inactualité de ces propositions à la lumière de la reception de la Richesse des nations en Allemagne  et de l’interprétation proposée par Giovanni Arrighi en Adam Smith à Pékin…

 

 

Activités et actualités du groupe de recherches matérialistes