12 janvier 2013 – 3e séance du séminaire (ENS-Paris)

Le Groupe de Recherches Matérialistes a le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance de son Séminaire “Capitalisme, Accumulation, Lutte de Classes” aura lieu le 12 janvier de 14 h à 17 h à l’Ecole Normale Supérieure, 45, rue d’Ulm, Paris, salle Info. On écoutera une intervention de Fabrizio Carlino intitulée”Lectures contemporaines de l’accumulation et critique de l’opéraisme idéologique”

La séance du Séminaire sera précédée d’une matinée, de 10 h 30 à 13 h 00, où le GRM inaugurera le chantier des rapports entre histoire, politique, philosophie et pratiques esthétiques: Constanze Fritzsch parlera de sa recherche sur l’artiste Est-Allemand Carlfriedrich Claus, et Grégory Cormann et Jérémy Hamers parleront de leur travail sur le réalisateur Alexander Kluge.

 

Appel à contribution – Cahiers du GRM, n° 4

Argumentaire : Le quatrième numéro des Cahiers du GRM entend poursuivre les analyses du précédent numéro, consacré aux processus de politisation des milieux étudiants dans les années soixante en Europe Occidentale. Il s’agira de rendre compte des effets produits par la conjoncture sur des mobilisations singulières, tout en portant une attention particulière aux propositions organisationnelles et théoriques qui en découlent. Le but est d’analyser les pratiques théoriques « sous conjoncture », c’est-à-dire de rendre compte non seulement de la force pratique qu’une théorie peut engager dans une bataille politique, de l’impact des formes de pensée et de vie sur des luttes concrètes, mais aussi des effets réciproques, dialectiques, de la conjoncture sur l’élaboration théorique elle-même ; ce qui signifie aussi cerner les formes de contestation en tant que réponses concrètes – élaborées dans des contextes spécifiques – à des problèmes imposés par la dynamique de la contestation et par la confrontation que les militants engagent avec les autorités publiques.

En l’occurrence, ce quatrième numéro cherchera à restituer la spécificité du mouvement étudiant tant dans le cycle de contestation de la « saison rouge » – la macro-conjoncture qui s’ouvre avec le 20ème congrès du PCUS en 1956 et qui se clôture au moment de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République Française en 1981 – qu’à partir des formes organisationnelles forgées au sein des sociétés du capitalisme avancé (ou « tardif »), des formes qui constituent un laboratoire pour de nouvelles subjectivations politiques, au-delà des seules enceintes universitaires. De ce point de vue, on sera tout particulièrement attentif à la politisation des mouvements étudiants, qui demandent une double analyse : d’une part, une analyse de l’inscription des luttes étudiantes dans un cadre mondial, tant sur le plan subjectif que sur le plan objectif, tant du point de vue symbolique que du point de vue matériel ; d’autre part une analyse des problématisations pratiques et théoriques de la condition étudiante que les mobilisations étudiantes ont imposées. Ce numéro tentera donc d’explorer aussi bien :

  1. les types de reprises/déplacements/traductions, dans les luttes étudiantes, des mots d’ordres et des formes de lutte à l’échelle mondiale
  2. que la manière dont ces luttes se sont situées entre l’affirmation de la singularité radicale de la condition étudiante et son inscription dans les conflits de la sphère socio-économique, posant ainsi la question de l’alliance entre étudiants et ouvriers
  3. et l’héritage problématique des formes de production de cette rencontre étudiants/ouvriers, c’est-à-dire à la fois leur refoulement dans la mémoire historique, les différents retours et dénégations qu’elles ont connu depuis, et les conditions et les modalités d’un travail de remémoration vivante ou de reconstruction active de l’histoire.
  • Soumission : Les articles (max. 40000 signes) doivent parvenir à la rédaction (groupe.recherches.materialistes@gmail.com) avant le 30 octobre 2012

GRM 4e année 2010-2011

A. 1er SEMESTRE (octobre 2010-janvier 2011) : PRESENCES DE LENINE : ACTUALITES DE LA REVOLUTION DES ANNEES 1920 AUX ANNEES 1970

Séance 1 : samedi 30 octobre Lukacs et Schmitt lecteurs de Lénine dans l’entre-deux-guerre 
 

Séance 2 : samedi 13 novembre Hans-Jürgen Krahl et Toni Negri lecteurs de Lénine dans les années soixante et soixante-dix

Séance 3 : samedi 4 décembre Les Conseils après/contre Lénine : la conjoncture 68 et la question de l’organisation révolutionnaire.

Séance 4 : samedi 8 janvier 2011 Spectres de Lénine 

B. 2ème SEMESTRE (février 2011-mai 2011). TIERS-MONDIALISATION DES LUTTES DANS LES ANNES

1950-1970. Problématique transversale pour l’approche synchronique des transferts de lutte de conjoncture : géographie et spatialisation des luttes.

Séance 5 : samedi 5 février Les matérialismes géographiques

Séance 6 : samedi 12 mars Circulation et transferts du schème de la guérilla

  • Patrick Marcolini et Marco Rampazzo Bazzan.

Séance 7 : samedi 16 avril Tiers-mondialisations des luttes

Séance 8 : samedi 14 mai La frontière comme méthode

Sandro Mezzadra : «La frontière comme méthode»

Séance 9 : samedi 11 juin : séance de programmation et bilan

GRM

Le carnet du GRM présente et publie les activités du groupe de recherches matérialistes (GRM)et de son réseau. Le GRM s’inscrit dans un partenariat entre la plateforme de formation et de recherche EuroPhilosophie (Toulouse le Mirail), le Centre International d’Etudes de la Philosophie Française Contemporaine (ENS Paris)et l’Unité de recherches en philosophie politique et philosophie critique des normes de l’Université de Liège. S’y rassemblent des étudiants, chercheurs, doctorants et post-doctorants, autour d’un travail collectif portant sur les corpus anarchistes, socialistes, communistes et les pratiques politiques qui s’en sont inspirées. Ce travail comporte plusieurs dimensions :

a/ Une dimension épistémologique, concernant les rapports du matérialisme historique (ses hypothèses et ses catégories théoriques, comme ses études empiriques) avec le champ des sciences humaines et sociales du XXe siècle (historiographie, anthropologie, linguistique, psychanalyse, sociologie, géographie, etc.) – rapports de transformation mutuelle, d’opposition et de conflit, d’intégration partielle… ;

b/ Une dimension philosophique, portant sur les enjeux d’une détermination spécifiquement matérialiste du travail du concept, en particulier du point de vue des conflictualités internes aux pratiques théoriques, ou des « luttes de tendances philosophiques » au sein des énoncés tant scientifiques qu’idéologiques ;

c/ Une dimension sociopolitique, qui touche aux effets historiques des discours politiques, donc aussi bien à l’histoire de leur incorporation dans les mouvements sociaux (ouvriers et autres, révolutionnaires ou non) qu’à l’histoire de la transformation des théories et des concepts à travers l’histoire sociale et politique des XIX et XXe siècles.

GRM 3e année 2009-2010

MOUVEMENTS ETUDIANTS ET LUTTES SOCIALES DEPUIS L’APRES GUERRE

Le Séminaire du Groupe de Recherches Matérialistes de l’année 2009-2010 a été consacré à l’étude des mobilisations étudiantes qui, pendant une période qui recouvre, avec quelques approximations, les années 1960 et 1970, ont marqué plusieurs pays européens et extra-européens (les événements de la Révolution Culturelle chinoise, bien que de toute évidence irréductibles aux seuls enjeux des luttes étudiantes, ont été caractérisés par une mobilisation décisive de la jeunesse lycéenne et universitaire)…

Séance 1 – Samedi 26 septembre 2009

SECTION I : LA RÉVOLUTION CULTURELLE
Séance 2 – Samedi 10 octobre 2009 :

Séance 3 – Samedi 24 octobre :

Séance 4 – Samedi 7 novembre :

Séance 5 – Samedi 21 novembre :

  • David Faroult : « Autour du cinéma mao ».
Séance 6 – Samedi 5 décembre :

SECTION II : ALLEMAGNE ANNÉES 1960
Séance 7 – Samedi 19 décembre 2009 : « Politisations, nouvelles formes de contestation : De l’Université libre à l’Université critique (SPUR, subversive Aktion, Commune I)

Séance 8 – Samedi 9 janvier 2010 :

Séance 9 – Samedi 23 janvier 2010 :

Matin : Atelier Amérique Latine.

  • Vladimir Safatle “L’expérience Allende comme paradigme des “gauches” latino-américaines”.

Après-midi : Le sujet révolutionnaire 2. Théorisations dans la conjoncture : pratique révolutionnaire et émergence des espaces oppositionnels. (Autour de Dutschke, Krahl et Negt).

Séance 10 – Samedi 6 février 2010 :
Mémoires de luttes, théorie marxiste et pratique révolutionnaire.

SECTION III : LA CONJONCTURE 1968 EN FRANCE
Séance 12 – Samedi 6 mars 2010 :
Mai 68 depuis la Guerre d’Algérie

Séance 13 – Samedi 20 mars 2010 :
Lacan et Mai 68

Séance 14 – Samedi 3 avril 2010 :
les marxismes de 68

  • Patrick Marcolini : “L’archipel des révisionnismes”

Séance 15 – Samedi 17 avril 2010 :
Politique et institutions dans les années 1968

SECTION IV : LA CONJONCTURE ROUGE ITALIENNE
Séance 16 – Samedi 1 mai 2010 : Introduction à la conjoncture rouge italienne

Séance 17 – Samedi 15 mai 2010 :

  • Séance de programmation des activités.
  • Préparation du FIPS 2010.

Séance 18 – Samedi 29 mai 2010 : Le problème de l’organisation et les politisations des prisons.

  • Marco Rampazzo Bazzan : “La question du léninisme ou le problème de l’organisation (autour de 33 leçons sur Lénine par Antonio Negri)” 
  • Fabrizio Carlino : “Subjectivations politiques “hors la loi”. De Lotta continua aux NAP.”

Séance 19 – Samedi 12 juin 2010 :

  • Yannick Beaulieu (Membre du comité de rédaction de la revue Dissidences ; Docteur en Histoire de l’Institut universitaire européen) : « A la recherche des “mouvements révolutionnaires” perdus. Les extrêmes gauches, les sciences sociales et la revue Dissidences. »

Séance 20 – Samedi 26 juin 2010 : Demi-journée d’études : “Le courage, l’exemplarité, le héros”Organisée par Daniel Aganciski et Laurence Blesin / Autour du livre de Thomas Berns, Laurence Blésin et Gaëlle Jeanmart, Du courage. Une histoire philosophique, réalisé dans le cadre du “Projet courage” de la Fondation Bernheim.

  • 14h : “Courage et confiance sociale”, par Laurence Blésin, Centre de philosophie du droit (UCL).
  • 15h : “Courage politique : individuel ou collectif ?”, par Thomas Berns, Centre Perelman de philosophie du droit (ULB).
  • 16h : “Figures de l’exemplarité et conceptions de l’histoire”, par Gaëlle Jeanmart, Service de philosophie morale et politique (ULg).
  • 17h : “Les ambivalences du héros et la philosophie de l’histoire”, par Daniel Agacinski, Erraphis (Toulouse – Le Mirail).


2e Forum International de Philosophie Politique et Sociale

  • 10 juillet Atelier Luttes étudiantes : mémoires et pratiques
  • Lieu : Salle Mistral, Mairie de Toulouse/ Ateliers organisé à l’initiative du Groupe de Recherches Matérialistes et de l’Inter-séminaire.
  • GRM :  GRM_Presentation_FIPS_2010
  • Inter-séminaire : Les 4, 5 et 6 juin 2010, à la Générale en Manufacture s’est tenu le premier Inter-séminaire. Il a rassemblé différents collectifs, issus des luttes politiques menées ces dernières années dans et à partir de l’Université. Pour continuer le mouvement et occuper les espaces critiques qu’il a libérés, des UFR et des séminaires autogérés, des comités et des groupes de recherche autonomes ont mis en place diverses expérimentations : structures collectives d’écriture et de production de savoir, mise en cause des frontières disciplinaires, articulations d’élaborations théoriques et de pratiques politiques. Le Comité 227 (Toulouse Mirail),l’Université Autogérée (Lyon), l’UFR 0 et le séminaire « in situ » (Paris 8), le laboratoire junior « Actualité des concepts d’aliénation et d’émancipation » (ENS Lyon), les séminaires autogérés « Emancipation » et « Propriété et Résistances » (ENS Ulm), se sont retrouvés pour mettre en commun leurs expériences. Les ateliers ont permis d’aborder quelques thèmes transversaux à ces initiatives : politisation de l’Université et de l’espace public, critique du système scolaire à partir de la notion d’errance, liens entre féminismes et révolution. A l’issue de cette rencontre, quelques pistes de travail communes ont été esquissées : comment lutter contre les stratégies d’invisibilisation à l’intérieur et hors de l’Université ? Quels modes de production de l’espace implique la constitution des collectifs ? Quelles articulations entre politique des savoirs et savoirs politiques voulons-nous ?

 

 

GRM 2e année – 2008-2009

ANALYSES DES CONJONCTURES ROUGES

Le séminaire de la 2e année du GRM a été consacré à l’étude des écrits de conjonctures révolutionnaires du 19e et du 20e siécle : 1848, la Commune, l’après-guerre en Allemagne et en Italie (1918-1920), la guerre civile espagnole.

Séance de problématisation

LA CONJONCTURE 1848 (Septembre-Novembre 2008)
 LA CONJONCTURE COMMUNE (Novembre 2008-Janvier 2009).
 LA CONJONCTURE 1918-1921 ALLEMAGNE-ITALIE (Février-Mars 2009)
LA CONJONCTURE ESPAGNE 36 (avril-mai 2009)
  • Patrick Marcolini, «Espagne 36-37, guerre ou révolution : comment penser la conjoncture ? »
  • Note de travail : Rappels chronologiques Espagne 1936-1938 
  • Guillaume Sibertin-Blanc, « Front populaire, néo-bonapartisme, fascisme : dialectique des formes de l’extrême crise dans la guerre civile-révolutionnaire espagnole. » 
  • Nicolas Eyguesier, « La petite-bourgeoisie dans la révolution espagnole, ou : fallait-il collectiviser les salons de coiffure de Madrid ? »
1e FORUM INTERNATIONAL DE PHILOSOPHIE POLITIQUE ET SOCIALE
7 juillet 2009 GRM – séance plénière / « Penser (dans) la conjoncture » / présentation collective Lieu : Salle Osète (Ville de Toulouse)
  • Argumentaire : Comment penser la conjoncture dans laquelle on est pris ? Comment parvenir à prendre pour « objet » la situation actuelle, dans un contexte d’instabilité extrême (émeutes, mobilisations insurrectionnelles, révolutions) qui rend justement cette situation même singulièrement difficile à objectiver ? Quelles opérations d’écriture et d’analyse, quels aveuglements et quelles illusions aussi, suscitent ces événements qui nous interpellent au présent, et qui s’imposent d’autant plus à la pensée qu’ils déstabilisent nos instruments de compréhension de ce qui est en train de se passer ? Sur la base de quelques cas concrets empruntés à l’histoire des luttes populaires de masses des XIXe et XXe siècles, on interrogera les difficultés que soulève une posture si inconfortable. Problèmes de simple « théorie » ? À condition de rappeler que le « champ théorique » a lui aussi ses crises, qu’en lui aussi se répercutent les conflits sociaux, politiques, économiques, et qu’en lui les « masses » et leurs luttes travaillent encore. À charge de revanche : demander « Comment penser (dans) la conjoncture ? », c’est relancer le problème des prises pratiques que peut apporter l’analyse pour intervenir dans le présent, et aider à en orienter, tant qu’on peut, l’imprévisible cours.

10 juillet 2009 Atelier GRM n°2 /« Mémoires des luttes : l’expérience Allende et le cinéma politique de Patricio Guzman » par Patrick Marcolini, Marco Rampazzo Bazzan et Stéphane Pihet : / Salle Osète (Ville de Toulouse) Vendredi 10 juillet 9h00-11h00 : GRM –

  • Les mémoires de luttes passées – une histoire sans cesse à reprendre – réfléchissent une lutte présente dans une temporalité complexe, et figurent comme des conditions de possibilité pour la rendre révolutionnairement active et pour en déterminer les formes organisationnelles. Dans ce deuxième atelier du GRM, nous proposons des réflexions sur les mémoires de luttes et leurs significations dans l’actualité à partir de certaines séquences des derniers documentaires de Patricio Guzman (La mémoire obstinée et Salvador Allende). Le cinéaste y interroge sa mémoire personnelle, celle de témoin direct du gouvernement Allende et d’exilé, lorsqu’après le retour du Chili à la démocratie il rencontre sur sa terre natale des anciens militants de l’Union populaire filmés dans la Bataille du Chili, d’autres ayant survécus à la répression, et de jeunes étudiants ayant grandis sous la dictature de Pinochet.
  • « Mémoires des luttes : l’expérience Allende et le cinéma politique de Patricio Guzman »

Présentation

copy-cropped-cropped-GRM-Logo-site2.pngNé en 2007 comme groupe informel le Groupe de Recherches Matérialistes s’est constitué en Association 1901 en 2012. Cette association réunit à présent des étudiants, chercheurs, doctorants et post-doctorants, autour d’un travail collectif portant sur les corpus anarchistes, socialistes, communistes et les pratiques politiques qui s’en sont inspirées. Ce travail collectif comporte plusieurs dimensions : a/ Une dimension épistémologique, concernant les rapports du matérialisme historique avec le champ des sciences humaines et sociales du XXe siècle, b/ Une dimension philosophique, portant sur les enjeux d’une détermination spécifiquement matérialiste du travail du concept, en particulier du point de vue des conflictualités internes aux pratiques théoriques, ou des « luttes de tendances philosophiques » au sein des énoncés tant scientifiques qu’idéologiques ; c/ Une dimension sociopolitique, qui touche aux effets historiques des discours politiques, donc aussi bien à l’histoire de leur incorporation dans les mouvements sociaux qu’à l’histoire de la transformation des théories et des concepts à travers l’histoire sociale et politique des XIX et XXe siècles.

Activités et actualités du groupe de recherches matérialistes