En passant

Parution – Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste

 

MISÈRE DE LA THÉORIE. CONTRE ALTHUSSER ET LE MARXISME ANTI-HUMANISTE

EDWARD P. THOMPSON

Une critique énergique envers le dogmatisme du théoricien marxiste Althusser et ses disciples qui occupent aujourd’hui encore le devant de la scène intellectuelle.
____________________________________
Misere de la theorie

ARGUMENTAIRE:

Un penseur a joué un grand rôle dans la formation des intellectuelles critiques qui sont aujourd’hui en vogue : Louis Althusser. Dans les années 1960 et 1970, ce philosophe marxiste, figure de proue du structuralisme, membre du Parti communiste mais adulé par les étudiants maoïstes, est considéré comme une référence par Alain Badiou, Jacques Rancière, Étienne Balibar, Manuel Castells ou Nicolas Poulantzas.

Dans ce livre énergique et drôle écrit en 1978, l’historien britannique Edward P. Thompson ridiculise la prétention des althussériens à hisser le marxisme au rang de science, le caractère réductionniste et mécanique de leur approche de l’histoire ou de la société, ainsi que le parfum de stalinisme qui entour leur positions. Pour lui, ce marxisme académique n’est rien d’autre que l’opium d’une bourgeoisie intellectuelle venue d’encanailler à l’extrême gauche.

En contrepoint, E. P. Thompson propose sa propre conception du marxisme nourrie de sa pratique d’historien, qui se fonde sur un dialogue avec les faits et accorde une place centrale à la capacité des femmes et des hommes à faire leur propre histoire. Partisan de ce qu’il appelle un « communisme libertaire », il appelle à relever le drapeau de l’humanisme pour élaborer une critique du capitalisme qui rejoigne les valeurs morales des classes populaires.
____________________________________

COLLECTION
VERSUS

Contre les idéologies pseudo-critiques qui ne font qu’accompagner le déploiement du technolibéralisme – élimination de la question sociale, déconstruction à tous crins, relativisme généralisé, artificialisme forcené, fascination pour la technoscience… –, la collection Versus entend retrouver l’énergie qui a animé par le passé les courants intellectuels les plus hostiles au Capital et aux machines. Pas pour la figer dans un museum de la théorie, mais pour la prolonger dans l’époque actuelle, et redonner des armes à ceux qui n’acceptent pas le monde tel qu’il est.

Versus, du latin vertere, « tourner, changer, convertir ». Versus : « en direction de », mais aussi, en anglais : « contre ». L’inverse, l’adversaire, la controverse. Pour aller au-delà.

Collection dirigée par Patrick Marcolini



Traduit de l’anglais par
Alexia Blin, Antony Burlaud
Yohann Douet, Alexandre Feron


390 pages * 14 x 20,5 cm
isbn 978-29158309-3-4
19 euros

Site de l’éditeur
___________________________

L’AUTEUR

Historien renommé, Edward P. Thompson (1924-1993) fut aussi un intellectuel engagé, l’un des fondateurs de la New Left, la nouvelle gauche marxiste britannique. Son chef d’oeuvre La Formation de la classe ouvrière anglaise, de même que ses travaux  sur les cultures populaires, ont connu une diffusion internationale. Ils continuent d’exercer une influence déterminante sur nombre de chercheurs et de militants.

 

25/04/2015 6e séance GRM 8e année – Althusser et la politique (2) Journée d’étude – Paris

Althusser et la politique (2)
Idéologie et sujet

Lieu : Paris, ENS, 29, rue d’Ulm, salle 235 A

11h -17h00 (Pause 12h30 – 14h)

Interventions :

  • Eva Mancuso, Les appareils idéologiques du Prince. Une lecture de “Machiavel et nous” (Althusser)

  • Marco Rampazzo Bazzan, La normativité des concepts de la science politique moderne au prisme de la notion d’idéologie (d’Althusser)
  • Jessica Borotto, Subjectivation et assujettissement : Butler lectrice d’Althusser

Padoue 23-25/03/2015 – Ateliers de recherche

Ateliers de recherche en philosophie politique

“La question de l’intellectuel au 20ème siècle entre université et politique”

23-25 mars 2015

Département FISPPA (Piazza Capitaniato), Padoue

Organisés en collaboration entre le projet de recherche Politiques de la philosophie et le Groupe de Recherches Matérialistes
ces ateliers réunissent des jeunes chercheurs en philosophie politique afin de questionner le statut, la fonction et la conceptualisation de plusieurs figures de l’intellectuel européen au fil du 20e siècle.

Organisateurs: Pierpaolo Cesaroni (Chercheur Univ. de Padoue) / Marco Rampazzo Bazzan (Piscopia Marie Curie)

 

Pour le télécharger cliquer sur  Programme

Lundi 23 mars

Après-midi (13h15-19h15) – Aula Giacon

 Ouverture Présentation des journées (13h15- 13h30)

Présentation des actes du séminaire politiques de la philosophie (13h30 -16h15)
Intervenants :

Pierpaolo Cesaroni (Chercheur Univ. de Padoue), Mauro Farnesi Camellone (Post-doc, Univ. de Padoue), Lorenzo Rustighi (Post-doc, Univ. de Padoue)

Pause (16h15-16h45)

 Présentation du 6e Cahier du GRM (16h45-19h15)
Intervenants :

 Antoine Janvier (Chercheur Univ. de Liège), Fabrizio Carlino (GRM)
Oriane Petteni (Chercheuse FRFC Univ. de Liège):  La figure de l’intellectuel comme conscience malheureuse au tournant du siècle. Du subjectivisme wébérien au pragmatisme musilien

  • Le numéro est disponible ICI

Mardi 24 mars

Matin (8h30 -13h) – Aula Giacon

Atelier Bourdieu (8h30-10h30)
Thomas Bolmain (Chargé de recherche FNRS Univ. de Liège): Qu’il meure ou qu’il ressuscite, mais qu’il bouge ! Note bourdieusienne sur l’état actuel du champ intellectuel et de la figure de l’intellectuel
Clara Mogno (Doctorante Univ. Padoue) : Lire Bourdieu avec Macherey : La parole universitaire et Geometria dello spazio sociale

Pause (10h30-11h)

 Atelier Althusser et Lefort (11h-13h)

Fabio Bruschi (Assistant Univ. de Louvain La Neuve) : Althusser et l’intellectuel collectif
Eva Mancuso (Aspirante FNRS Univ. de Liège): Expliciter les ″éléments épars″, interpréter la politique. Figure(s) de l’intellectuel chez Cl. Lefort

Pause Midi (13h-14h30)

Après-midi (14h30-19h) – Sala Seminari

 Atelier Sartre I (14h30-16h30)
Jonathan Soskin (Boursier Non-FRIA Univ. de Liège): L’engagement des clercs. Sartre et le Collège de Sociologie
Chiara Collamati (Doctorante Univ. de Padoue): La norme éthique à l’épreuve de l’histoire. Sartre à l’Institut Gramsci

Pause (16h30-17h)

 Atelier Sartre II (17h-19h)

Hervé Oulchen (Post-doc Univ. de Liège) : L’intellectuel total face à la question coloniale: réflexions à partir de Sartre

Luca Basso (Chercheur Univ. de Padoue) : Sartre et le marxisme au prisme de Questions de méthode

Mercredi 25 mars

Matin (8h30-13h) – Aula Giacon

Atelier Butler (8h30-10h30)
Attilio Bragantini (Doctorant Univ. de Padoue) : Entre la critique et les corps. L’espace intellectuel chez Judith Butler
Jessica Borotto (Doctorante Univ. de Liège): Défaire et refaire les sujets: articuler pensée critique et exigences politiques avec Judith Butler

Pause (10h30-11h)

Atelier Debord et Pasolini (11h-13h )
Patrick Marcolini (GRM) : Debord, style tardif
Matteo Bortolini (Chercheur Univ. de Padoue) : Pasolini, une parole luthérienne. Chronique d’un intellectuel religieux

Contact:

  • Pierpaolo Cesaroni : pierpaolo.cesaroni@unipd.it
  • Marco Rampazzo Bazzan : marco.rampazzo.bazzan@gmail.com

20/02/2015 – 4e séance GRM 8e année – Liège

GROUPE DE RECHERCHES MATÉRIALISTES
&
U.R. MAP – MATÉRIALITÉS DE LA POLITIQUE (ULG)

La question intellectuelle sous hypothèses communistes :
groupes, appareils d’État et mouvements sociaux.

Journée d’études

Université de Liège – Espace du département de philosophie
Place du XX Août, Bât. A1, 3ème étage
10h30-13h00

 

Matin 10h30-13h

  • Andrea Cavazzini, La fonction intellectuelle dans la structure sociale du socialisme réel. Des philosophes-rois aux dissidents.
  • Caroline Glorie, Walter Benjamin et le surréalisme. Une organisation du pessimisme : l’illumination surréaliste du point de vue d’un observateur allemand.

Après-midi : 14h30-18h00

  • Sophie Wustefed, Lefort et Castoriadis : penser et agir après Socialisme ou Barbarie.
  • Thomas Bolmain, La question intellectuelle et la critique d’Althusser dans le séminaire Surl’État de Bourdieu
  • Gabor Tverdota, La marche au pouvoir des intellectuels : considérations actuelles sur un classique de la sociologie de l’intelligentsia

 

Parution / Silvia Federici : Caliban et la Sorcière

Federici

  • FEMMES, CORPS ET ACCUMULATION PRIMITIVE
  • Essai, traduction de l’anglais (États-Unis) par le collectif Senonevero, revue et complétée par Julien Guazzini
  • Co-édition Entremonde et Senonevero
  • Silvia Federici (née en 1942 à Parme en Italie) est une universitaire américaine, enseignante et militante féministe radicale. Elle est professeure émérite et chercheuse à l’Université Hofstra à New York.

Présentation (à partir du site des Editions Entremonde)

Silvia Federici revisite ce moment particulier de l’histoire qu’est la transition entre le féodalisme et le capitalisme, en y introduisant la perspective particulière de l’histoire des femmes.

Elle nous invite à réfléchir aux rapports d’exploitation et de domination, à la lumière des bouleversements introduits à l’issue du Moyen Âge. Un monde nouveau naissait, privatisant les biens autrefois collectifs, transformant les rapports de travail et les relations de genre. Ce nouveau monde, où des millions d’esclaves ont posé les fondations du capitalisme moderne, est aussi le résultat d’un asservissement systématique des femmes. Par la chasse aux sorcières et l’esclavage, la transition vers le capitalisme faisait de la modernité une affaire de discipline. Discipline des corps féminins dévolus à la reproduction, consumés sur les bûchers comme autant de signaux terrifiants, torturés pour laisser voir leur mécanique intime, anéantis socialement. Discipline des corps d’esclaves, servis à la machine sociale dans un formidable mouvement d’accaparement des ressources du Nouveau Monde pour la fortune de l’ancien.

Le capitalisme contemporain présente des similitudes avec son passé le plus violent. Ce qu’on a décrit comme barbarie et dont aurait su triompher le siècle de la raison est constitutif de ce mode de production : l’esclavage et l’anéantissement des femmes n’étaient pas des processus fortuits, mais des nécessités de l’accumulation de richesse. L’auteur nous invite à partager son son regard d’historienne et de féministe sur la situation actuelle et sur ses mécanismes.