11.06.2015 Paris X-Nanterre Actualités de « Ouvriers et Capital »

Actualités d’Ouvriers et capital

Journée d’étude organisée le 11 juin 2016
à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Auditorium du bâtiment W (Max Weber), 9h15-18h
Cette journée est organisée par Vincent Chanson, Davide Gallo Lassere, Frédéric Monferrand, Le Groupe de Recherches Matérialistes et les éditions Entremonde à l’occasion de la réédition par Entremonde de la traduction française d’Ouvriers et capital

OC

Présentation: À l’occasion de son cinquantième anniversaire et de sa republication en français aux éditions Entremonde, nous nous proposons dans cette journée d’étude de revenir sur l’ouvrage fondateur de Mario Tronti : Ouvriers et capital.

Fondateur, l’ouvrage l’est d’abord par les thèses qu’il énonce et dans lesquelles se réfléchit le cycle de luttes ouvrières de la première moitié des années 1960 : l’unité de la théorie et de la pratique sous la forme d’une politisation de toutes les questions théoriques, la revendication d’un point de vue partiel et partial dans la théorie, seul à même d’ouvrir un accès à la compréhension de la totalité des rapports sociaux capitalistes et de favoriser leur transformation radicale, la critique de toute vision progressiste de l’histoire au profit de la valorisation de l’auto-activité de la classe ouvrière.

C’est l’actualité, ou l’inactualité, de ces thèses qui ont fournies à l’opéraïsme sa grammaire théorique que nous voudrions explorer à l’occasion de cette journée d’étude. Il s’agira de revenir sur la trajectoire intellectuelle et politique de Mario Tronti (des Quaderni Rossi à Classe operaia jusqu’à son réengagement au sein du PCI et à ses réflexions sur l’autonomie du politique) et sur les devenirs de l’opéraïsme, ainsi que sur la spécificité de ce courant par rapport aux différentes figures du « marxisme occidental » (Lukács, Gramsci, Althusser, l’école de Francfort) ou aux innovations philosophiques qui ont marqué la seconde moitié du XX° siècle (Deleuze et Guattari, Foucault). Mais il s’agira aussi d’interroger l’usage qu’il est possible de faire, aujourd’hui, des thèses développées dans Ouvriers et capital.

La conjoncture dans laquelle intervenait Mario Tronti a en effet été suivie par une véritable restauration, couramment identifiée dans les sciences sociales à un « tournant néolibéral ». Le passage qui a conduit à cette nouvelle configuration sociohistorique s’est opéré à travers deux processus d’érosion quasiment contemporains : d’un côté, des luttes sociales très fortes et très disséminées qui ont remis en cause, par le bas, les rapports sociaux de l’époque, en revendiquant davantage d’autonomie et une plus grande possibilité d’autoréalisation de soi dans et, surtout, au-delà du travail. De l’autre, une réponse d’en haut à cette ingouvernabilité progressive de la société, destinée à rétablir le commandement sur le processus économique et à relancer la valorisation du capital. Les différentes transformations socio-historiques apparues au tournant des années 1960-1970 (mondialisation financière des régimes d’accumulation, modification de la forme-État, changement des processus productifs, mutation des subjectivités mises au travail, etc.) concourent à rendre problématiques certains des axiomes centraux de l’opéraïsme trontien : que faire, par exemple, de l’idée selon laquelle le développement capitaliste répond à l’initiative ouvrière lorsqu’en occident du moins, la catégorie d’ « ouvriers » ne semble plus désigner un sujet politique identifiable et lorsque les classes dominantes ont manifestement fait preuve de leur capacité à reprendre l’initiative historique ? Que peut signifier la revendication du « refus du travail » dans un contexte marqué par le chômage de masse et la précarisation du marché du travail ? Comment actualiser la relation entre expérience pratique, recherche savante et organisation politique, – l’articulation militante entre « composition technique » et « composition politique » de la classe ouvrière – caractéristique de l’opéraïsme ? Enfin, quelles formes pourrait prendre aujourd’hui l’organisation de l’autonomie des opprimés ?

 

Programme

9h
Accueil des participants
9h15
Introduction
9h30-10h15
Andrea Cavazzini et Fabrizio Carlino :
Sur le statut des thèses d’Ouvriers et capital, hier et aujourd’hui. Continuité de l’expérience opéraïste, entre anamnèse et présence réelle.
Les thèses énoncées dans Ouvriers et Capital se proposaient d’intervenir dans la conjoncture italienne entre la fin des années 1950 et le début des années 1960 ; le problème se pose aujourd’hui de les penser par-delà leurs conditions matérielles de possibilité sans pour autant nier leur nature politique et conjoncturelle. La vision opéraïste du rapport entre ouvriers et capital avait pourtant anticipé les transformations tant objectives que subjectives de la production et de la reproduction capitaliste. Si l’opéraïsme peut  encore parler à notre présent,c’est grâce à une inscription dans sa conjoncture qui lui a permis de cerner les points décisifs que le capital a pris pour cible afin de répondre à l’offensive ouvrière. C’est dans la reconstruction de ce processus historique qu’il faut peut-être chercher ce qui a permis de maintenir et de généraliser des thèses tirées d’un contexte spécifique, bien qu’historiquement décisif, par-delà ce contexte lui- même et jusqu’à produire les différents paradigmes post- opéraïstes, tant « eschatologiques » (Negri) que « katéchontiques » (Tronti). Ainsi, toute lecture visant à une réactualisation directe des thèses d’Ouvriers et capital s’avère problématique. Une fois reconnue la différence entre une histoire « archéologique » et une réactivation politique, l’étude de l’expérience opéraïste dans sa complexité peut néanmoins servir à assurer la mémoire historique d’un tournant décisif dans les rapports de force internes à la société capitaliste et d’un cycle de luttes et d’inventions politiques dont la richesse reste.
10h15-11h
Yann Moulier-Boutang :
« Quel héritage Tronti nous laisse-t- il et quel programme de recherche peut-il encore aujourd’hui s’en nourrir ? »
La réédition d’Ouvriers et Capital l’un des ouvrages fondateurs de l’operaïsme italien cinquante ans après sa parution en Italie chez Einaudi et 39 ans après la parution de son édition française (1977), participe-t- elle simplement d’une archéologie et philologie d’un des rares rameaux verts du marxisme occidental de la deuxième moitié du XX° siècle, ou bien autre chose est-il en jeu ? Et de quelle nature serait cet autre chose : survie tout court du Marxisme, renaissance ? On essaiera de répondre à ces questions sur deux plans : celui d’abord du legs théorique et de ses prolongements, celui ensuite des leçons que l’on peut tirer de sa politique. Il faudra bien sûr distinguer deux Tronti : celui qui va jusqu’aux premiers essais paru dans le journal politique Classe Operaia repris dans Ouvriers et Capital (1966) et celui qui suit depuis le long essai central du livre ainsi que le post-scriptum et enfin les textes sur l’autonomie du politique (polycopié de 1970). On soutiendra trois thèses : 1) Sur le plan théorique Ouvriers et Capital est l’un des plus grands sommets du marxisme tout court dont la fécondité ne s’est pas du tout épuisée à la fin des années 1970-80 malgré la chute du socialisme réel; 2) sur le plan politique l’héritage semble appartenir largement au passé, ce
qui ne veut pas dire qu’il soit indifférent mais que ses prolongements sont plus difficiles à apercevoir. 3) On doit s’interroger également sur l’héritage politique et théorique de l’opéraïsme en général et faire la comparaison avec l’autre grand pôle de ce courant représenté par Antonio Negri, Sergio Bologna et quelques autres représentants de ce courant moins connus. Malgré des différences importantes sur la question 2), celle de l’héritage politique, le diagnostic porté est à mon avis le même rejoint celui que l’on peut faire sur Marx : leur héritage théorique est toujours vivant et aussi abrasif ; leur « politique » en revanche ne possède pas ou plus le même pouvoir d’attraction.
11h15-12h
Etienne Balibar :
« Un point d’hérésie du Marxisme occidental : Althusser et Tronti lecteurs du ‘Capital’. »
13h30-14h15
Morgane Mertueil :
« Trajectoires féministes de l’opéraïsme »
Avec les conséquences de la mondialisation néolibérale en termes de migrations économiques, privatisation des services publics, ou encore retour en force de courants conservateurs, la question de la reproduction sociale émerge de plus en plus comme un enjeu majeur, sinon encore porté par la gauche radicale de manière visible, du moins de plus en plus mis en avant dans les sphères féministes. Dès les années 1970, des militantes et théoriciennes principalement d’origine italienne –notamment Federici, Dalla Costa, Fortunati – et notamment issues du courant opéraïste, participaient à la mise au jour de cette sphère particulière qu’est celle de la reproduction de la force de travail. Des thèmes et mots d’ordres en effet chers à l’opéraïsme devaient en effet trouver un écho particulièrement fort chez ces féministes, leur fournissant des outils pour bâtir une théorisation remarquable de l’articulation entre l’oppression des femmes et le capitalisme.
En partant de la situation des femmes au foyer, aussi « indispensable[s] à la production capitaliste » (Dalla Costa) que la classe ouvrière est le « préalable » à « l’articulation fondamentale de la société capitaliste » (Tronti), ces analyses reprirent à leur compte des notions telles que le point de vue situé (non plus de l’ouvrier mais des femmes), le refus du travail et la passivité (sexuelle), l’extension de l’usine sur la sphère sociale (et domestique), ou
encore la mise en place d’une nouvelle conscience de soi, d’une nouvelle subjectivité, révolutionnaire (par exemple à travers la revendication d’un salaire pour le travail. Alors qu’il est désormais un lieu commun de considérer que le travail productif lui-même s’est
en grande partie déplacé hors de l’usine, dans le même temps que de nombreuses tâches quotidiennes ont été appropriées par les dynamiques de valorisation capitalistes, il parait intéressant de se pencher sur la manière dont ces théories peuvent participer à l’établissement de nouvelles perspectives de lutte (féministe) permettant de répondre aux questions posées par les enjeux contemporains.
14h15-15h: Antonio Negri
« Que s’est-il produit à l’intérieur de la classe ouvrière après Marx?  (Ouvriers et capital, p, 325) »
Nous nous demanderons si la lecture trontienne du « rapport de capital » chez Marx permet de définir les transformations historiques de ce rapport.

15h15-17h
Mario Tronti 
Réponse aux interventions


Laisser un commentaire