Parution Cahier 11 | 2017 Capitalisme cognitif et travail en « excès »: un parcours critique

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Alain Loute

 De nombreux auteurs inscrivent aujourd’hui leur réflexion sur le capitalisme dans l’horizon de ce qu’ils nomment le « capitalisme cognitif », nouvelle étape d’évolution du capitalisme. Ces auteurs insistent également sur la présence actuelle d’un excès intrinsèque aux rapports sociaux contemporain. Ces auteurs repèrent une tension entre mesure et démesure du travail à la fois dans l’idée d’un excès ontologique de la connaissance par rapport à la forme-marchandise des activités humaines et dans le phénomène contemporain d’un travail distribué sur un réseau d’acteurs collectifs disséminés dans l’ensemble de la société. Un tel travail cognitif en « excès » conduirait même certains à parler du capitalisme comme la « crise du capitalisme tout court ». Au-delà des formes contemporaines du travail qu’une phénoménologie immédiate de la société contemporaine met à jour, il s’agit dans ce cahier de reconstruire/déconstruire la généalogie conceptuelle et historico-politique de cette figure d’un travail cognitif en « excès ». L’enjeu, en questionnant notamment certaines réappropriations de textes comme le célèbre « Fragment sur les machines » de Marx, est de questionner la croyance qu’un devenir-cognitif du capitalisme engendrerait un rapport de forces favorable au travail.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.