Archives de catégorie : GRM 4e année 2010-2011

GRM 4e année 2010-2011

A. 1er SEMESTRE (octobre 2010-janvier 2011) : PRESENCES DE LENINE : ACTUALITES DE LA REVOLUTION DES ANNEES 1920 AUX ANNEES 1970

Séance 1 : samedi 30 octobre Lukacs et Schmitt lecteurs de Lénine dans l’entre-deux-guerre 
 

Séance 2 : samedi 13 novembre Hans-Jürgen Krahl et Toni Negri lecteurs de Lénine dans les années soixante et soixante-dix

Séance 3 : samedi 4 décembre Les Conseils après/contre Lénine : la conjoncture 68 et la question de l’organisation révolutionnaire.

Séance 4 : samedi 8 janvier 2011 Spectres de Lénine 

B. 2ème SEMESTRE (février 2011-mai 2011). TIERS-MONDIALISATION DES LUTTES DANS LES ANNES

1950-1970. Problématique transversale pour l’approche synchronique des transferts de lutte de conjoncture : géographie et spatialisation des luttes.

Séance 5 : samedi 5 février Les matérialismes géographiques

Séance 6 : samedi 12 mars Circulation et transferts du schème de la guérilla

  • Patrick Marcolini et Marco Rampazzo Bazzan.

Séance 7 : samedi 16 avril Tiers-mondialisations des luttes

Séance 8 : samedi 14 mai La frontière comme méthode

Sandro Mezzadra : «La frontière comme méthode»

Séance 9 : samedi 11 juin : séance de programmation et bilan

GRM

Le carnet du GRM présente et publie les activités du groupe de recherches matérialistes (GRM)et de son réseau. Le GRM s’inscrit dans un partenariat entre la plateforme de formation et de recherche EuroPhilosophie (Toulouse le Mirail), le Centre International d’Etudes de la Philosophie Française Contemporaine (ENS Paris)et l’Unité de recherches en philosophie politique et philosophie critique des normes de l’Université de Liège. S’y rassemblent des étudiants, chercheurs, doctorants et post-doctorants, autour d’un travail collectif portant sur les corpus anarchistes, socialistes, communistes et les pratiques politiques qui s’en sont inspirées. Ce travail comporte plusieurs dimensions :

a/ Une dimension épistémologique, concernant les rapports du matérialisme historique (ses hypothèses et ses catégories théoriques, comme ses études empiriques) avec le champ des sciences humaines et sociales du XXe siècle (historiographie, anthropologie, linguistique, psychanalyse, sociologie, géographie, etc.) – rapports de transformation mutuelle, d’opposition et de conflit, d’intégration partielle… ;

b/ Une dimension philosophique, portant sur les enjeux d’une détermination spécifiquement matérialiste du travail du concept, en particulier du point de vue des conflictualités internes aux pratiques théoriques, ou des « luttes de tendances philosophiques » au sein des énoncés tant scientifiques qu’idéologiques ;

c/ Une dimension sociopolitique, qui touche aux effets historiques des discours politiques, donc aussi bien à l’histoire de leur incorporation dans les mouvements sociaux (ouvriers et autres, révolutionnaires ou non) qu’à l’histoire de la transformation des théories et des concepts à travers l’histoire sociale et politique des XIX et XXe siècles.