Archives de catégorie : Cahiers du GRM

parution 15 Cahier du grm

15 | 2019
Archéologie du passé, mélancolie du présent – II

Deuxième partie

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Antoine Janvier

La problématique des séquences politiques émancipatrices est aujourd’hui structurellement et durablement inscrite dans un geste d’exploration du passé. Le souci de la politique d’émancipation, de ses conditions et de ses limites, parvient de moins en moins à se formuler autrement que sous la forme d’un discours sur le passé. Tout se passe, autrement dit, comme si la confrontation avec les mémoires et les reconstructions, les bilans rétrospectifs et les archives, était la seule condition de possibilité d’une telle formulation. De quoi cette situation est donc le symptôme ? Que révèle-t-elle de l’économie subjective du présent ?

L’hypothèse de ce Dossier des Cahiers du GRM est que cette condition relève d’une impasse de la subjectivité « militante » ou « engagée » contemporaine, vue à la fois dans sa continuité « impossible » à l’égard de la séquence politique qui se referme catastrophiquement dans les années 1970 et dans l’échec d’une nouvelle séquence de mobilisations déclenchée par la crise de 2007.

Ce Dossier monographique essaie de se confronter au champ subjectif de la « mélancolie de gauche » que structure cette double impasse, et d’en contourner les pièges : il s’agit d’explorer les manières dont des expériences et des consciences « militantes » ou « engagées » ont, entre les années 1980 et aujourd’hui, essayé d’élaborer et de surmonter les impasses du présent, les traumatismes du passé et les ruptures brutales qui surviennent entre les temps historiques. Le Dossier vise ainsi à esquisser l’amorce d’une enquête sur des manières de survivre, en tant que subjectivité « engagée » ou « critique », par-delà le clivage qui nous sépare à la fois de la réconciliation avec le passé et de l’efficacité dans le présent.

Parution du 13e CAHIER DU GRM /Archéologie du passé, mélancolie du présent – I

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Antoine Janvier

 

La problématique des séquences politiques émancipatrices est aujourd’hui structurellement et durablement inscrite dans un geste d’exploration du passé. Le souci de la politique d’émancipation, de ses conditions et de ses limites, parvient de moins en moins à se formuler autrement que sous la forme d’un discours sur le passé. Tout se passe, autrement dit, comme si la confrontation avec les mémoires et les reconstructions, les bilans rétrospectifs et les archives, était la seule condition de possibilité d’une telle formulation. De quoi cette situation est donc le symptôme ? Que révèle-t-elle de l’économie subjective du présent ?

L’hypothèse de ce Dossier des Cahiers du GRM est que cette condition relève d’une impasse de la subjectivité « militante » ou « engagée » contemporaine, vue à la fois dans sa continuité « impossible » à l’égard de la séquence politique qui se referme catastrophiquement dans les années 1970 et dans l’échec d’une nouvelle séquence de mobilisations déclenchée par la crise de 2007.

Ce Dossier monographique essaie de se confronter au champ subjectif de la « mélancolie de gauche » que structure cette double impasse, et d’en contourner les pièges : il s’agit d’explorer les manières dont des expériences et des consciences « militantes » ou « engagées » ont, entre les années 1980 et aujourd’hui, essayé d’élaborer et de surmonter les impasses du présent, les traumatismes du passé et les ruptures brutales qui surviennent entre les temps historiques. Le Dossier vise ainsi à esquisser l’amorce d’une enquête sur des manières de survivre, en tant que subjectivité « engagée » ou « critique », par-delà le clivage qui nous sépare à la fois de la réconciliation avec le passé et de l’efficacité dans le présent.

Parution Cahier 11 | 2017 Capitalisme cognitif et travail en « excès »: un parcours critique

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Alain Loute

 De nombreux auteurs inscrivent aujourd’hui leur réflexion sur le capitalisme dans l’horizon de ce qu’ils nomment le « capitalisme cognitif », nouvelle étape d’évolution du capitalisme. Ces auteurs insistent également sur la présence actuelle d’un excès intrinsèque aux rapports sociaux contemporain. Ces auteurs repèrent une tension entre mesure et démesure du travail à la fois dans l’idée d’un excès ontologique de la connaissance par rapport à la forme-marchandise des activités humaines et dans le phénomène contemporain d’un travail distribué sur un réseau d’acteurs collectifs disséminés dans l’ensemble de la société. Un tel travail cognitif en « excès » conduirait même certains à parler du capitalisme comme la « crise du capitalisme tout court ». Au-delà des formes contemporaines du travail qu’une phénoménologie immédiate de la société contemporaine met à jour, il s’agit dans ce cahier de reconstruire/déconstruire la généalogie conceptuelle et historico-politique de cette figure d’un travail cognitif en « excès ». L’enjeu, en questionnant notamment certaines réappropriations de textes comme le célèbre « Fragment sur les machines » de Marx, est de questionner la croyance qu’un devenir-cognitif du capitalisme engendrerait un rapport de forces favorable au travail.

Parution Cahier 10 | 2016 : Travail immatériel et immesurable ?

Travail immatériel et immesurable ?

Perspectives féministes et nouvelles antinomies du capitalisme contemporain

Sous la direction de Jessica Borotto, Alain Loute, Oriane Petteni et Sophie Wustefeld

L’hypothèse de ce numéro est que les analyses des féministes matérialistes comme celles de Silvia Federici – et de la plus méconnue, mais néanmoins importante Leopoldina Fortunati, sa « compagnonne de route » dans l’écriture de Il grande Calibano2 – offrent, et ce depuis les années 1970-1980, de précieux outils pour penser les antinomies du capitalisme contemporain. Les figures nourricières que nous avons convoquées à l’orée de cette introduction font en effet directement signe vers les analyses de la célèbre philosophe italienne à propos de la naturalisation du travail domestique. Le marxisme orthodoxe de l’époque peinait à intégrer cette sphère prétendument « autre », « anachronique », qu’il percevait comme un résidu de féodalisme, dans une compréhension globale des mécanismes du système capitaliste. Les analyses pionnières de Maria Dalla Costa, Selma James, Leopoldina Fortunati et Silvia Federici ont permis de montrer que le travail domestique devait tout d’abord impérativement être « dénaturalisé », débarrassé de toute idéologie de l’instinct féminin – idéologie construite à travers le temps et participant des enjeux politico-économique du système capitaliste – puis devait être réintégré dans une compréhension dialectique de ses liens avec le système économique dominant. Ces auteures ont compris le travail invisibilisé comme sphère de reproduction de la force travail (travail reproductif) et sphère de « reconstitution » de la force travail (travail domestique et émotionnel), la plupart du temps masculine jusqu’à l’ouverture du marché du travail au « groupe des femmes » pour parler comme J. Falquet.
ISSN  électronique 1775-3902

Numéro intégral disponible  sur : http://grm.revues.org/824

cahier-grm-10

Parution Cahier 9 | 2016 : Trajectoires de l’opéraïsme

Cahier 9 : Trajectoires de l’opéraïsme

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Fabrizio Carlino

 L’opéraïsme italien représente une réappropriation politique et théorique de l’horizon marxiste qui reste irréductible tant à l’orthodoxie tiers-internationaliste qu’à ses différentes hérésies, et dont l’enjeu fondamental est la possibilité d’élaborer une analyse et une stratégie adéquates à la structure du capitalisme avancé qui caractérisait, après 1945, les pays d’Europe occidentale et les Etats-Unis.
Au moment où la séquence néo-libérale triomphante elle-même semble déboucher sur quelque chose qui reste à découvrir et à interroger, ce Dossier vise à faire confronter une série – nécessairement incomplète – de recherches actuelles qui réinvestissent à de titres différents les concepts et les champs explorés par l’opéraïsme, en évoluant entre l’étude critique de sa généalogie et l’appréciation de sa fécondité contemporaine.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro intégral disponible  sur : http://grm.revues.org/748

Cahier 9

 

Table des matières

Appel à contributions pour les prochains Cahiers du GRM

Travail « de service » et travail cognitif, immatériels et immesurables ?
Des nouvelles antinomies du capitalisme contemporain.

Coordination :
Jessica Borotto, Alain Loute, Oriane Petteni et Sophie Wustefeld

Cahiers-logo.png

Nous proposons de problématiser dans deux numéros des Cahiers du GRM les rapports complexes entre mesurabilité et matérialité du travail dans le cadre de la mondialisation néolibérale et dans le contexte de ce qu’on a appelé le « capitalisme cognitif ». Pour ce faire, il nous semble pertinent de convoquer à la fois les analyses féministes qui se développent ces dernières années dans le domaine du travail « de service » (Paola Tabet), « du care » ou du travail « considéré comme féminin » (Jules Falquet) et celles qui se rapportent plus précisément à la précarisation et la financiarisation de la production de connaissance, issues d’analyses marxistes plus traditionnelles. Le travail cognitif et le travail de service nous semblent partager, à minima, une difficulté particulière à être mesurés dans les termes habituels qui furent ceux du salariat, ainsi que des formes de précarisation similaires. Leur immesurabilité tient à la fois à leur caractère immatériel (A. Negri et C. Vercellone) et à l’impossibilité de séparer réellement les travailleur·e·s de leurs produits (malgré les brevets), qui sont eux-mêmes soit cognitifs soit relationnels. Mais elle excède cette immatérialité au sens où elle correspond aussi à des éléments d’ordre idéologique, si l’on prend en compte les analyses féministes comme celles de Christine Delphy qui montrent que toute une part du travail de service a été (et reste) considéré comme immesurable simplement parce « naturalisé » (Silvia Federici, Caliban et la sorcière), c’est-à-dire fondé sur un mythe du don et de la gratuité comme apanage proprement féminin, qui s’oppose au concept même de travail et partant, empêche ou grève considérablement tout phénomène de rétribution. Nous pourrions nous demander dans quelle mesure un mythe similaire de la « gratuité » n’augmente pas l’immesurabilité du travail cognitif, renforçant là aussi sa précarisation.

C’est donc la création de ces sphères « autres » et les enjeux de leur invisibilisation qu’il nous faut questionner. Pourquoi, dans une conjoncture de l’évaluation gestionnaire et de la mesurabilité du travail, qui règle les barèmes de salaire et se donne comme le seul cadre possible de revendications de « reconnaissance » en régime capitaliste, persiste-il, voire même prolifère-t-il des formes de travail « gratuit », « incommensurable », « immatériel » ?

Continuer la lecture de Appel à contributions pour les prochains Cahiers du GRM

Parution – 8e Cahier du GRM Althusser : Politique et Subjectivité (II)

Sous la direction de Fabio Bruschi et Eva Mancuso

Capture Cahiers 8

Résumé :  Ce huitième numéro des Cahiers du GRM contient la deuxième partie d’un double dossier thématique consacré à la pensée de Louis Althusser. L’œuvre d’Althusser sera abordée à partir du problème de la pratique politique et des formes subjectives qu’elle induit, afin d’interroger le rôle d’analyseur qu’Althusser a joué vis-à-vis du marxisme et qu’il peut encore jouer vis-à-vis de notre actualité.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro disponible  sur : http://grm.revues.org/677

Table des matières :

Parution – 7e Cahier du GRM : Althusser : politique et subjectivité (I)

Sous la direction de Fabio Bruschi et Eva Mancuso

Cahier 7

 

Résumé : Ce septième numéro des Cahiers du GRM contient la première partie d’un double dossier thématique consacré à la pensée de Louis Althusser dont la deuxième partie sera publiée dans le huitième numéro.
L’œuvre d’Althusser sera abordée à partir du problème de la pratique politique et des formes subjectives qu’elle induit, afin d’interroger le rôle d’analyseur qu’Althusser a joué vis-à-vis du marxisme et qu’il peut encore jouer vis-à-vis de notre actualité.

ISSN  électronique 1775-3902

Numéro disponible  sur : http://grm.revues.org/581

Table des matières :

Parution – 6 Cahier du GRM

Cahiers-logo.pngLes intellectuels dans la guerre civile européenne. Enjeux philosophiques d’une histoire à écrire

Coordonné par Antoine Janvier et Gabor Tverdota
Contributions de :

Thomas Bolmain, Fabio Bruschi, Andrea Cavazzini, Fabrizio Carlino, György Lukács, Károly Mannheim Oriane Petteni, Jonathan Soskin,  Gabor Tverdota…

Présentation :

Le dossier thématique du sixième numéro des Cahiers du GRM se propose de contribuer à une nouvelle articulation de la période 1914-1945, qui est celle – suivant l’expression de l’historien Enzo Traverso – de la « guerre civile européenne ». Les articles de ce numéro sont autant d’applications d’une hypothèse spécifique : dans la mesure où les intellectuels aux origines et attaches sociales les plus diverses avaient parmi tous les autres acteurs socio-politiques l’intérêt le plus brûlant à un examen approfondi et circonstancié du corps social et politique, ainsi que de la dynamique de l’histoire, l’étude des documents du devenir-conscient de leur être-social peut contribuer grandement à la construction d’une image adéquate et équilibrée de l’époque en question. En se concentrant sur le cas de l’intelligentsia centre-européenne progressiste à la fin de la Grande Guerre et dans la période révolutionnaire qui l’a suivie, les traductions qui clôturent le dossier thématique offrent un regard sur les voies possibles de ce devenir-conscient des intellectuels dans la « guerre civile européenne ».

Numéro entièrement disponible sur : http://grm.revues.org/477

ISSN : 1775-3902