Archives de catégorie : Cahiers du GRM

Louis Althusser : Politique et Subjectivité – Appel à contributions pour le 7e Cahier du GRM

Cahiers-logo.png

A l’occasion du cinquantenaire de la publication de Pour Marx et Lire Le Capital, le septième numéro des Cahiers du GRM sera consacré à la pensée de Louis Althusser, plus exactement à sa conception de la pratique politique en tant qu’elle est indissociable du type d’intervention qu’il s’est efforcé de théoriser et de pratiquer.

Ce problème soulève une série de questions demeurées en arrière-plan des recherches menées, ces dernières années, sur l’œuvre d’Althusser – réévaluant l’ontologie esquissée dans ses écrits des années 1980, sa lecture de Marx et des philosophes classiques ou encore l’influence qu’il a exercée sur des théoriciens qui s’emploient aujourd’hui à repenser l’émancipation. Il s’agira de déployer pour elles-mêmes ces questions qui constituent pour la pensée d’Althusser tout à la fois des points focaux et des points-limite, c’est-à-dire des points où elle tend à se résumer tout en échouant à se maîtriser : du problème de la conjoncture à ceux de la transition et du communisme, du statut du sujet à celui de l’intervention intellectuelle.

On suivra les deux axes de réflexion suivants :

1. Pratique politique et conjoncture.

De Pour Marx (1965) à « Le marxisme aujourd’hui » (1978), Althusser n’a cessé à la fois d’intervenir dans sa conjoncture et de problématiser son propre geste par le biais d’un travail sur le concept de conjoncture – ce double mouvement constituant une manière de produire une pensée de et pour la pratique politique. On privilégiera donc un double questionnement :

  1. un questionnement de la théorisation althussérienne de cette notion en se penchant sur son articulation avec le concept de structure, ainsi que sur le rapport entre surdétermination et sous-détermination, afin de comprendre dans quelle mesure ces couples conceptuels donnent accès à la modalité spécifiquement althussérienne d’intelligibilité du politique, laquelle gouverne à son tour la pratique et la théorie de l’intervention en conjoncture. Il s’agira en d’autres termes de se demander ce qu’on peut apprendre sur la reformulation althussérienne du matérialisme historique à partir de la question de la pratique politique.
  2. un questionnement de « l’idée du communisme » telle qu’elle travaille les analyses althussériennes de la politique communiste, en l’inscrivant tout particulièrement dans le cadre des débats et des textes qu’a provoqués la conjoncture du 22e congrès du PCF – où Althusser, essayant de penser la crise du marxisme, revient notamment sur la notion de « Dictature du prolétariat ».

Dans cette double perspective, on interrogera les points de rupture et de continuité entre les soubassements politiques de la pensée qu’Althusser établit au cours des années 1960 et les enjeux politiques explicites de l’intervention en conjoncture des années 1970. Sur cette base, il s’agira d’élargir la réflexion au rapport que la pensée althussérienne a entretenu ou est susceptible d’entretenir avec les autres réflexions qui, dans ces différentes périodes, ont tenté pour leur compte de poser ces problèmes à partir d’une perspective marxiste et communiste.

2. Idéologie et subjectivité.

Plusieurs travaux ont montré que la conception althussérienne de la pratique politique enveloppe une certaine problématisation du sujet politique, plutôt que l’affirmation péremptoire de sa pure et simple disparition. Si la constitution du sujet est une opération éminemment idéologique et si l’idéologie possède une efficacité propre qui est constitutive de toute pratique, y compris de la pratique politique, la question cardinale chez Althusser devient de ce point de vue celle des modalités de la transformation de l’idéologie, en particulier par les formes de son rapport au savoir. Dans ce cadre, il s’agira de construire d’autres grilles de lecture que celles qui opposent traditionnellement « critiques » et « défenseurs » de la posture du « philosophe-éducateur » impliquée par la théorie de la coupure entre science et idéologie des années 1960 et reniée (ou, selon les lecteurs, réitérée) par les reformulations de cette théorie lors de l’autocritique.

  1. D’un côté, on explorera les ressources données par les pratiques de recherche collective organisée par Althusser et les « althussériens » dans les années 1960 restées théoriquement sous-exploitées : dans quelle mesure ces pratiques permettent de ressaisir la pratique théorique en tant que forme spécifique d’action politique ? De quelle manière nous instruisent-elles sur le rôle de la médiation théorique vis-à-vis de l’idéologie ?
  2. D’un autre côté, on reviendra sur la question théorique et pratique de la maîtrise (plutôt que d’en faire l’évidence d’une apologie ou d’une accusation), en rapportant la pratique théorique à d’autres pratiques qui engagent la question du sujet de la manière la plus directe, comme la pratique analytique (mais l’on pourrait également mentionner la pratique artistique). Comment le parallèle entre le philosophe matérialiste et l’analyste permet-il d’élucider le rapport que l’idéologie et le savoir entretiennent avec la forme-sujet ? Comment permet-il d’envisager à nouveaux frais les questions formulées par la pratique politique dans un horizon communiste ?

Il s’agit de parier que cette perspective jette une lumière nouvelle sur la théorie althussérienne du « sujet idéologique » et sur la présence relevée par Badiou d’une conception du « subjectif sans sujet », en tant qu’elles constituent une voie d’accès privilégiée à la pensée de ce qui distingue une politique communiste d’autres pratiques de la politique. De cette manière, on s’emploiera à situer l’actualité de la pensée althussérienne vis-à-vis, d’un côté, des pensées qui s’efforcent de reformuler une théorie du sujet (Badiou, Balibar, Zizek, Butler), et de l’autre côté, des théories qui réservent une attention particulière à la productivité du lien social (Negri et Hardt).

 Les contributions au dossier peuvent être envoyées aux adresses suivantes: bruschif@gmail.com et eva.mancuso@ulg.ac.be jusqu’au 15 février 2015.

Parution : 5 Cahier du GRM

 

Cahiers-logo.pngLes temps et les formes. Sur la dialectique entre esthétique et politique  (5, 2014)

  • Sous la direction d’Andrea Cavazzini
  • Présentation : Les textes réunis dans ce Cahier sont des plus hétérogènes. La première section présente une traduction inédite et un commentaire de fragments posthumes de Hans-Jürgen Krahl, dans la perspective de la théorisation de la fonction dialectique de l’esthétique qui traverse le marxisme occidental depuis Lukács jusqu’aux mouvements des années 1960. La deuxième section est consacrée à deux figures de la culture est-allemande – Heiner Müller et Carlfriedrich Claus – qui ont mené, avec les moyens de l’art, de la littérature et du théâtre, une réflexion singulière sur la perspective communiste. La troisième section étudie le cinéma « engagé » ou « critique » né dans les années 1960 et ses implications politiques et philosophiques. Enfin, la quatrième section porte sur la manière dont les œuvres de Clarice Lispector (littérature) et d’Abdellatif Kechiche (cinéma) explorent les questions existentielles que traduisent et affrontent à la fois les positions affectives de la subjectivité.

Table des matières :

DOSSIER : 

VARIA : 

NOTE DE LECTURE : 

ISSN électronique : 1775-3902

 

Parution: 4 Cahier du GRM

Cahiers-logo.png

Des luttes étudiantes en Europe Occidentale (2) 4, 2013

  • Sous la direction de Stéphane Pihet et Fabrizio Carlino
  • Le dossier thématique de ce quatrième Cahier reprend et prolonge les analyses du troisième sur les processus de politisation des milieux étudiants

Table des matières :

DOSSIER

VARIA :

NOTES DE LECTURE :

 ISSN électronique : 1775-3902

16 février 2013 – Rencontre autour des luttes étudiantes (hier et aujourd’hui, ici et ailleurs)

 

  • Organisateurs : Guillaume Fondu, Jean-Sébastien Laberge, GRM

  • Lieu : ENS de la rue d’Ulm, Salle Henri Cartin
  • Horaire : 10h30-18h

Programme :

  • 10h30-13h Table-ronde sur les mouvements étudiants hors Europe (Chili, Quebec, Colombie…).
  • 14h-15h30 Présentation du 3e Cahier du GRM : Des luttes étudiantes dans les années soixante en Europe occidentale (Allemagne, Italie, France).
  • 16h-17h30 Présentation des séminaires Les Armes de la critique à la lumière des luttes contre la LRU.

 

Documents de travail :

 

 

Cahier 3 : Des luttes étudiantes dans les années soixante en Europe Occidentale (Allemagne, France, Italie)

 

  • N° ISSN : 1775-3902– 198 pages, 1e mise en ligne le 29/05/2012 – réédition revues.org 12/2013

 

Ce troisième Cahier recueille des analyses consacrées aux processus de politisation des milieux étudiants dans les années soixante en Europe Occidentale.

Il s’y agit de retours réflexifs sur des inscriptions politiques, lesquels visent à étudier les effets produits par la conjoncture sur des mobilisations singulières, tout en portant une attention particulière aux propositions organisationnelles et théoriques qui en découlent.

Ces contributions ambitionnent moins de rendre compte des facteurs qui constituent cette conjoncture, que de reconstruire la mémoire vivante de certains processus qui la composent, saisis dans leur singularité.

Coordinateur :  Marco Rampazzo Bazzan

Table des matières:

 

Cahier 2 La séquence rouge italienne


  • N° ISSN : 1775-3902
  • – 353 pages, mise en ligne le 13/10/2011
  • Les essais réunis ici reconstruisent plusieurs aspects de la « séquence rouge » que l’Italie a connue entre les années 1960 et 1970.
  • En particulier, sont traités les débats sur la question des intellectuels, les théories et les positions opéraïstes, la question de la violence dans les formations extra-parlementaires.

Coordinateur : Andrea Cavazzini

Table des matières : 

Cahier 1 : Penser (dans) la conjoncture

  • N° ISSN : 1775-3902 –
  • 401 pages, mise en ligne le 28/03/2011(réédité sur revues.org 12/2013)
  • Ce premier Cahier porte sur les pratiques théoriques “sous conjoncture”. Considérant des séquences de crise historique, des situations de mobilisation et d’expérimentation politique de masse, que leur forme soit émeutière, insurrectionnelle ou révolutionnaire (1848-1851, 1870-1871, 1919-1922, 1936), les études recueillis ici interrogent leur sens spécifiquement conjoncturel en analysant les effets disruptifs qu’elles produisent dans la pensée qui s’y rapporte. Se focalisant sur ces lieux historico-discursifs scindés, où les antagonismes politiques d’un coup envahissent la scène théorique, ces études testent l’hypothèse que les répercussions des luttes collectives au sein des pratiques théoriques imposent à ces dernières des opérations conceptuelles, des gestes d’écriture et des procédures d’analyse sui generis.

Table des matières :

 

 

 

Présentation des Cahiers du GRM

Cahiers-logo.png

 

 

Présentation :

Les Cahiers du Groupe de recherches matérialistes est une revue semestrielle éditée par le Groupe de Recherches Matérialistes – Association.. Ils publient des travaux consacrés aux destins des corpus et des expériences inscrits dans l’horizon de la pensée révolutionnaire aux XIXe et XXe siècles (marxisme, communisme, socialisme, anarchisme, etc.).

Il s’agit de penser à nouveaux frais les problèmes théoriques et pratiques de cet ensemble vaste et multiple, au moyen d’enquêtes d’anamnèse rationnelle et de réappropriation critique d’une tradition qui a profondément marqué les deux derniers siècles, mais dont l’histoire est devenue, aujourd’hui, difficilement lisible.

Dans cette perspective, les Cahiers du GRM sont ouverts aux contributions de collectifs, associations, chercheurs et intellectuels dont l’activité rencontre celle du Groupe de Recherches Matérialistes. Les Cahiers accueillent également des traductions annotées, des textes classiques commentés, et des entretiens.

Chaque cahier s’organise en trois sections :

  • une section consacrée à un dossier thématique
  • une section de varia accueillant des contributions hors-dossier
  • une section de notes de lecture, dont la forme peut aller du compte-rendu traditionnel à la problématisation d’ouvrages, qu’ils soient récemment parus ou fassent partie des classiques.

Comité scientifique :

  • Etienne BALIBAR
  • Jacques BIDET
  • Florence CAEYMAEX
  • Sandro CHIGNOLA
  • Yves DUROUX
  • Vittorio MORFINO
  • Enzo TRAVERSO
  • Maria TURCHETTO
  • Jean-Claude ZANCARINI.

Comité de rédaction :

  • Fabio BRUSCHI
  • Fabrizio CARLINO (Secrétaire de Rédaction)
  • Andrea CAVAZZINI
  • Julien DELCOURT
  • Antoine JANVIER
  • Alain LOUTE
  • Eva MANCUSO
  • Patrick MARCOLINI
  • Stéphane PIHET
  • Marco RAMPAZZO BAZZAN
  • Jonathan SOSKIN

Credits :

Les Cahiers du GRM sont édités par Groupe de Recherches Matérialistes – Association, présidée par Marco Rampazzo Bazzan.

Ce site est le résultat d’un partenariat entre lʼéquipe des Cahiers du GRM et la plateforme OpenEdition. Nous voudrions ici remercier l’ensemble des membres du comité éditorial et toutes les personnes qui se sont investies dans cette tâche et plus particulièrement :

  • Fabrizio Carlino

Pour le Cléo :

  • F. Grosdemouge – suivi éditorial en fabrication
  • P. André – intégration
  • M. Cixous – Collectif Surletoit – conception graphique

 

Appel à contribution – Cahiers du GRM, n° 4

Argumentaire : Le quatrième numéro des Cahiers du GRM entend poursuivre les analyses du précédent numéro, consacré aux processus de politisation des milieux étudiants dans les années soixante en Europe Occidentale. Il s’agira de rendre compte des effets produits par la conjoncture sur des mobilisations singulières, tout en portant une attention particulière aux propositions organisationnelles et théoriques qui en découlent. Le but est d’analyser les pratiques théoriques « sous conjoncture », c’est-à-dire de rendre compte non seulement de la force pratique qu’une théorie peut engager dans une bataille politique, de l’impact des formes de pensée et de vie sur des luttes concrètes, mais aussi des effets réciproques, dialectiques, de la conjoncture sur l’élaboration théorique elle-même ; ce qui signifie aussi cerner les formes de contestation en tant que réponses concrètes – élaborées dans des contextes spécifiques – à des problèmes imposés par la dynamique de la contestation et par la confrontation que les militants engagent avec les autorités publiques.

En l’occurrence, ce quatrième numéro cherchera à restituer la spécificité du mouvement étudiant tant dans le cycle de contestation de la « saison rouge » – la macro-conjoncture qui s’ouvre avec le 20ème congrès du PCUS en 1956 et qui se clôture au moment de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République Française en 1981 – qu’à partir des formes organisationnelles forgées au sein des sociétés du capitalisme avancé (ou « tardif »), des formes qui constituent un laboratoire pour de nouvelles subjectivations politiques, au-delà des seules enceintes universitaires. De ce point de vue, on sera tout particulièrement attentif à la politisation des mouvements étudiants, qui demandent une double analyse : d’une part, une analyse de l’inscription des luttes étudiantes dans un cadre mondial, tant sur le plan subjectif que sur le plan objectif, tant du point de vue symbolique que du point de vue matériel ; d’autre part une analyse des problématisations pratiques et théoriques de la condition étudiante que les mobilisations étudiantes ont imposées. Ce numéro tentera donc d’explorer aussi bien :

  1. les types de reprises/déplacements/traductions, dans les luttes étudiantes, des mots d’ordres et des formes de lutte à l’échelle mondiale
  2. que la manière dont ces luttes se sont situées entre l’affirmation de la singularité radicale de la condition étudiante et son inscription dans les conflits de la sphère socio-économique, posant ainsi la question de l’alliance entre étudiants et ouvriers
  3. et l’héritage problématique des formes de production de cette rencontre étudiants/ouvriers, c’est-à-dire à la fois leur refoulement dans la mémoire historique, les différents retours et dénégations qu’elles ont connu depuis, et les conditions et les modalités d’un travail de remémoration vivante ou de reconstruction active de l’histoire.
  • Soumission : Les articles (max. 40000 signes) doivent parvenir à la rédaction (groupe.recherches.materialistes@gmail.com) avant le 30 octobre 2012