GRM – 6e Année 2012-2013

L’accumulation primitive marque, dans Le Capital, l’inscription réciproque de la logique structurale du mode de production et de l’histoire : événement historique de l’expropriation des producteurs, elle n’a de cesse de se répéter récursivement dans le déploiement du processus capitaliste dans ses différentes phases. La récurrence de l’expropriation du collectif-travailleur, la nécessité d’en revenir constamment à la mise en œuvre de la subsomption du travail et de son organisation par le capital, détermine l’historicité propre du capital, en en gouvernant les crises, les cycles et les transitions. En tant que ressort de la dynamique du système, cette accumulation récursive articule les dimensions « économique », « politique » et « sociale », et permet une certaine circulation du processus entre la longue durée de son mouvement global et les temporalités rapides des luttes et des restructurations, entre le centre et la périphérie, entre la discontinuité et l’invariance. Il est possible de mettre à l’épreuve de cette catégorie marxienne les analyses consacrées par historiens et économistes à la structure du capitalisme contemporain, à son rapport avec la crise actuelle et aux enjeux de son avènement après la crise du capitalisme des Trente Glorieuses.

Mais ce retour sur les concepts et les approches marxiens vise aussi à re-problématiser les expériences pratiques de dépassement des rapports capitalistes, les tentatives de mettre en œuvre des logiques différentes à l’échelle de la totalité sociale, et leurs rapports aux luttes ouvrières. Les recherches sur la subjectivation politique ouvrière, sur la fonction de l’idéologie dans l’institution des rapports sociaux, et sur les critiques de l’usage capitaliste de la technologie devraient être réinvesties dans leur relation avec le fonctionnement structural du capitalisme. Il est urgent de repenser les « constructions du socialisme » au XXe siècle à partir des problèmes du contrôle ouvrier sur la production, des apories du primat de la politique confronté aux « rocs » de l’expropriation des producteurs, de la division du travail et de l’innervation sociale de la technologie et de l’organisation. Il s’agit d’un travail qui a été déjà entamé avec nos recherches sur la Chine et le maoïsme et qu’il faut prolonger par l’étude de l’expérience soviétique.

Ce programme de recherches pour le Séminaire du GRM 2012-2013 nous semble constituer une digne réponse à l’interpellation qui nous vient de la situation actuelle – une réponse qui s’inscrit dans la condition et le statut de ce que nous avons voulu qualifier de « groupe politique non-politique », ce qui indique la persistance du souci politique dans notre travail de recherche. Alors même que nous essayerons de rapprocher nos analyses de la crise actuelle, il ne s’agira point dans ce Séminaire d’indiquer directement un programme politique (et surtout d’en cautionner un ou plusieurs parmi ceux que la situation actuelle a engendrés ou réactivés).

Notre hypothèse reste que l’un des aspects les plus marquants de la désorientation présente consiste précisément dans la situation d’opacité et d’impasse des rapports entre les pratiques politiques et les pratiques intellectuelles, et que ces rapports ne sauraient être formulés, depuis la position qui est la nôtre, de manière univoque et directe. C’est pourquoi la visée de ce Séminaire se limite aux domaines dans lesquels il est possible de vérifier les moyens, les fins et les résultats de notre travail. Et ce qu’il nous semble possible de faire en respectant cette condition peut se résumer en trois points : comprendre la situation dans laquelle on agit et on intervient ; mettre au point des objets, des méthodes, des manières de travailler spécifiques et cohérents ; mettre ces objets, méthodes et manières à l’épreuve de leur capacité de créer ou de faciliter des rencontres possibles, des occasions de travail en commun avec tous ceux qui croiront pouvoir reconnaître en eux quelque chose qui interpelle leurs propres fins et soucis.


[1] Cf. les Editoriaux respectifs des trois premiers Cahiers du GRM 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Activités et actualités du groupe de recherches matérialistes