Archives par mot-clé : GRM

GRM 8 année 2014-2015 Programme

copy-cropped-cropped-GRM-Logo-site2.png

Activités 2014-2015

Programme

 

1e séance 11 octobre 2014
Thème :
Althusser et la politique (1)  
Lutte des classes, sujet et idéologie

 

Lieu : Paris ENS 29 rue d’Ulm, Salle 235 A

14h-17h

Interventions :

  • Jean Matthys, Science, sujet et intervention philosophique : enjeux et questions.

  • Fabrizio Carlino, Althusser et Tronti entre Front populaire et « classe contre classe ».

  • Fabio Bruschi, Reconnaissance et idéologie prolétarienne chez Althusser.

2e séance 29 novembre 2014
Thème :
Critiques de l’économie politique (1)
Analyses matérialistes de la reproduction sociale

 

Lieu :  Salle de conférence de Bruxelles Laïque (1er étage), 18-20 avenue de Stalingrad 1000 Bruxelles

14h-17h

Interventions :

  • Andrea Cavazzini, Accumulation sociale et socialisation : Marx, Ogilvie, Jameson.

  • Sophie Wustefeld, Approches métapsychanalytiques et politiques du néolibéralisme.

  • Marco Rampazzo Bazzan, Arrighi lecteur d’Adam Smith.

3e séance : 17 janvier 2015
Thème :
Critiques de l’économie politique (2)
Les politiques du capital : système, temporalité et historicité

 

Lieu : Salle de conférence de Bruxelles Laïque (1er étage), 18-20 avenue de Stalingrad, 1000 Bruxelles

14h-17h

Interventions :

  • Fabrizio Carlino, Au-delà de l’expropriation initiale et en-deçà de l’histoire : à propos du rapport entre la structure du temps et sa forme capitaliste.

  • Oriane Petteni, Otto Neurath, planification urbaine et projet encyclopédique. Une voie de l’austromarxisme

  • Alain Loute, Le concept de cartographie cognitive chez Frédéric Jameson : un projet d’herméneutique marxiste.

4e séance 20 février 2015

Journée d’études

Thème :
 La question intellectuelle au 20ème siècle (1)
La question intellectuelle en horizon communiste : intellectuels d’État et groupes intellectuels.

 

Lieu : Liège, ULg – Espace du département de philosophie (Place du XX Août, Bât. A1, 3ème étage)

10h30-18h00

Interventions :

  • Gabor Tverdota, Mannheim : État et Planification ou Konràd et Szelényi : intellectuels, technocrates et État.

  • Andrea Cavazzini, La fonction intellectuelle dans la structure sociale du socialisme réel : Rita di Leo et Rudolf Bahro.

  • Caroline Glorie, Walter Benjamin et le surréalisme. Une organisation du pessimisme : l’illumination surréaliste du point de vue d’un observateur allemand.

  • Sophie Wustefed, Lefort et Castoriadis : penser et agir après Socialisme ou Barbarie.

 

5e séance 25 avril 2015

Journée d’études

Thème :
Althusser et la politique (2)
Idéologie et sujet

Lieu : Paris, ENS, 29, rue d’Ulm, salle 235 A

10h30-17h00

Interventions :

  • Eva Mancuso, Les appareils idéologiques du Prince. Une lecture de “Machiavel et nous” (Althusser)

  • Jessica Borotto, Subjectivation et assujettissement : Butler lectrice d’Althusser.

  • Marco Rampazzo Bazzan, Idéologie, hégémonie et interpellation.

  • Fabio Bruschi, Le Parti et l’Église chez Althusser : une idée du communisme.

  • Hervé Oulchen, L’idéologie dans le structuralisme de la pratique. Réflexions à partir d’Althusser.

 

Cahier 1 : Penser (dans) la conjoncture

  • N° ISSN : 1775-3902 –
  • 401 pages, mise en ligne le 28/03/2011(réédité sur revues.org 12/2013)
  • Ce premier Cahier porte sur les pratiques théoriques “sous conjoncture”. Considérant des séquences de crise historique, des situations de mobilisation et d’expérimentation politique de masse, que leur forme soit émeutière, insurrectionnelle ou révolutionnaire (1848-1851, 1870-1871, 1919-1922, 1936), les études recueillis ici interrogent leur sens spécifiquement conjoncturel en analysant les effets disruptifs qu’elles produisent dans la pensée qui s’y rapporte. Se focalisant sur ces lieux historico-discursifs scindés, où les antagonismes politiques d’un coup envahissent la scène théorique, ces études testent l’hypothèse que les répercussions des luttes collectives au sein des pratiques théoriques imposent à ces dernières des opérations conceptuelles, des gestes d’écriture et des procédures d’analyse sui generis.

Table des matières :

 

 

 

GRM 2e année – 2008-2009

ANALYSES DES CONJONCTURES ROUGES

Le séminaire de la 2e année du GRM a été consacré à l’étude des écrits de conjonctures révolutionnaires du 19e et du 20e siécle : 1848, la Commune, l’après-guerre en Allemagne et en Italie (1918-1920), la guerre civile espagnole.

Séance de problématisation

LA CONJONCTURE 1848 (Septembre-Novembre 2008)
 LA CONJONCTURE COMMUNE (Novembre 2008-Janvier 2009).
 LA CONJONCTURE 1918-1921 ALLEMAGNE-ITALIE (Février-Mars 2009)
LA CONJONCTURE ESPAGNE 36 (avril-mai 2009)
  • Patrick Marcolini, «Espagne 36-37, guerre ou révolution : comment penser la conjoncture ? »
  • Note de travail : Rappels chronologiques Espagne 1936-1938 
  • Guillaume Sibertin-Blanc, « Front populaire, néo-bonapartisme, fascisme : dialectique des formes de l’extrême crise dans la guerre civile-révolutionnaire espagnole. » 
  • Nicolas Eyguesier, « La petite-bourgeoisie dans la révolution espagnole, ou : fallait-il collectiviser les salons de coiffure de Madrid ? »
1e FORUM INTERNATIONAL DE PHILOSOPHIE POLITIQUE ET SOCIALE
7 juillet 2009 GRM – séance plénière / « Penser (dans) la conjoncture » / présentation collective Lieu : Salle Osète (Ville de Toulouse)
  • Argumentaire : Comment penser la conjoncture dans laquelle on est pris ? Comment parvenir à prendre pour « objet » la situation actuelle, dans un contexte d’instabilité extrême (émeutes, mobilisations insurrectionnelles, révolutions) qui rend justement cette situation même singulièrement difficile à objectiver ? Quelles opérations d’écriture et d’analyse, quels aveuglements et quelles illusions aussi, suscitent ces événements qui nous interpellent au présent, et qui s’imposent d’autant plus à la pensée qu’ils déstabilisent nos instruments de compréhension de ce qui est en train de se passer ? Sur la base de quelques cas concrets empruntés à l’histoire des luttes populaires de masses des XIXe et XXe siècles, on interrogera les difficultés que soulève une posture si inconfortable. Problèmes de simple « théorie » ? À condition de rappeler que le « champ théorique » a lui aussi ses crises, qu’en lui aussi se répercutent les conflits sociaux, politiques, économiques, et qu’en lui les « masses » et leurs luttes travaillent encore. À charge de revanche : demander « Comment penser (dans) la conjoncture ? », c’est relancer le problème des prises pratiques que peut apporter l’analyse pour intervenir dans le présent, et aider à en orienter, tant qu’on peut, l’imprévisible cours.

10 juillet 2009 Atelier GRM n°2 /« Mémoires des luttes : l’expérience Allende et le cinéma politique de Patricio Guzman » par Patrick Marcolini, Marco Rampazzo Bazzan et Stéphane Pihet : / Salle Osète (Ville de Toulouse) Vendredi 10 juillet 9h00-11h00 : GRM –

  • Les mémoires de luttes passées – une histoire sans cesse à reprendre – réfléchissent une lutte présente dans une temporalité complexe, et figurent comme des conditions de possibilité pour la rendre révolutionnairement active et pour en déterminer les formes organisationnelles. Dans ce deuxième atelier du GRM, nous proposons des réflexions sur les mémoires de luttes et leurs significations dans l’actualité à partir de certaines séquences des derniers documentaires de Patricio Guzman (La mémoire obstinée et Salvador Allende). Le cinéaste y interroge sa mémoire personnelle, celle de témoin direct du gouvernement Allende et d’exilé, lorsqu’après le retour du Chili à la démocratie il rencontre sur sa terre natale des anciens militants de l’Union populaire filmés dans la Bataille du Chili, d’autres ayant survécus à la répression, et de jeunes étudiants ayant grandis sous la dictature de Pinochet.
  • « Mémoires des luttes : l’expérience Allende et le cinéma politique de Patricio Guzman »

GRM 1e année 2007-2008

RELECTURES ET REINTERPRETATIONS DU MARXISME EN FRANCE ET EN ITALIE DANS LES ANNEES 1960

L’année 2007-2008 du Séminaire a été consacrée à un corpus produit dans les années soixante en France et en Italie, pays dont les partis communistes, sans doute les deux plus puissants en « Europe de l’Ouest », et les théoriciens marxistes eux-mêmes, ont été marqués par une conjoncture historico-politique critique à la fois liée aux retombées du XXe Congrès du PCUS, de la répression de l’insurrection hongroise de 1956, de la victoire de la révolution cubaine…, et traversée par des événements tels que la révolution culturelle chinoise ou le printemps de Prague. Le premier semestre a tourné principalement autour de la figure d’Althusser, le second, de l’opéraïsme italien. On trouvera ci-dessous les principaux résultats de ce double parcours.

1ère Séance : samedi 22 septembre 2007

2ème Séance : samedi 6 octobre 2007

3ème Séance du samedi 20 octobre 2007

4ème Séance : samedi 3 novembre 2007

5ème Séance : samedi 3 novembre 2007

  • Etienne Balibar : Althusser et Derrida : téléologie et eschatologie (La base de l’intervention d’Etienne Balibar a fait l’objet d’une publication dans la revue Lignes en 2007).

6ème Séance : samedi 1 décembre 2007

7ème Séance : samedi 15 décembre 2007

8ème Séance : samedi 5 janvier 2008

9ème Séance : samedi 19 janvier 2008

Séance collective : Recherches sur l’esthétique matérialiste (ou comment faire travailler les “Notes sur un théâtre matérialiste” d’Althusser) .

10ème Séance : samedi 2 février 2008

11ème Séance : samedi 16 février 2008

12ème séance : samedi 1 mars 2008

  • Séance collective : Le GRM jette un œil sur le chemin effectué, et trace quelques perspectives pour l’avenir…

13ème séance : samedi 15 mars 2008

  • G. Sibertin-Blanc : Le sens des priorités selon Ouvriers et Capital de Tronti.

14ème séance : samedi 29 mars 2008

  • S. Legrand : Autour d’Ouvriers et Capital de Tronti.

15ème séance : samedi 12 avril 2008

Séance annulée

16ème séance : samedi 26 avril 2008

17ème séance : 10 mai 2008

18ème séance : 24 mai 2008

  • S. Legrand : Présentation de La Classe ouvrière contre l’Etat de Toni Negri.

19ème séance : 7 juin

20ème séance : 14 juin

  • Livio Boni : Les relectures opéraïstes de Gramsci.

21ème séance : 21 juin 2008

  • Bilan et perspective.