Archives par mot-clé : terrorisme

5/12/2015 – Bruxelles Par-delà le Léviathan et la guerre civile

Par-delà le Léviathan et la guerre civile. Une discussion sur le conflit, l’État et l’émancipation

Samedi 5 décembre 2015

15 h-18 h

Quincaillerie des temps présents

66 rue du Viaduc, Bruxelles

Organisation : Groupe de Recherches Matérialistes – Bruxelles Laïque

250px-Leviathan_livre

Intervenants: Mathieu Bietlot; Fabio Bruschi; Andrea Cavazzini;  Jean Matthys; Marco Rampazzo Bazzan; Gabor Tverdota

Argumentaire:

Notre monde est traversé par des conflits latents ou déclarés, parfois rendus invisibles par les institutions et les discours politiques, et souvent difficiles à inscrire dans une dynamique positive de transformation sociale. Notre situation semble marquée par l’absence de cadres institutionnels, sociaux et culturels qui pourraient fournir à l’expression du conflit une issue différente de la simple généralisation de la guerre de tous contre tous. Les fantasmes des guerres de religion, du choc des civilisations, de la guerre contre le terrorisme, des conflits entre communautés ethniques remettent en question tant le fonctionnement de l’État moderne que les valeurs sur lesquelles se fondent les constitutions démocratiques. C’est sous toutes ces formes que l’image de la guerre civile revient hanter des sociétés en crise profonde, secouées par des violences qui semblent impossibles à apprivoiser et à maîtriser. Des réflexions récentes ont redonné une actualité au concept de la guerre civile en tant que forme extrême d’un conflit impossible à réguler et à « civiliser » : c’est le cas de A nos amis du Comité invisible et La guerre civile de Giorgio Agamben. L’actualité plus récente encore nous a plongés dans une ambiance martiale ou le mot « guerre » est devenu omniprésent dans ses multiples déclinaisons, dont la guerre civile semble représenter toujours le cas-limite. Nous nous proposons d’entamer une discussion commune à partir de ces ouvrages, afin d’interroger le rapport entre État et conflit, institution et violence, rupture radicale et médiation, dans l’actualité et dans l’histoire des sociétés européennes.
La thématique de la guerre civile hante depuis l’époque moderne la pensée politique européenne et ses tentatives de penser la fonction régulatrice de l’État face aux conflits sociaux. Du XVIIe siècle au XXe, la guerre civile est pensée comme l’extérieur absolu de la médiation étatique : à la fois état de guerre généralisé que l’État vise à empêcher et menace récurrente d’une violence déréglée qui refait surface au sein de l’État. Mais cette relation d’exclusion entre le cadre étatique et son « Autre » irréductible peut dériver vers les extrêmes d’un État qui prétend neutraliser tout conflit et d’une négation radicale de toute médiation. D’une part, l’image de la guerre civile sert à délégitimer toute forme de conflictualité que les médiations institutionnelles et les compromis politiques n’arrivent pas à traiter immédiatement. D’autre part, les pratiques de l’émancipation se pensent comme des conflits radicalement irréductibles à tout cadre constitué ou à constituer.
On peut se demander si ces deux formulations du rapport entre le conflit et son cadre ne reviennent pas à figer le problème dans une opposition bloquée. Le Léviathan monolithique et souverain ne serait-il pas solidaire d’une « guerre civile » larvée mais omniprésente ? Les mouvements antagonistes au XXe siècle – luttes de classes, luttes des femmes, luttes étudiantes, luttes anti-coloniales et anti-impérialistes, etc. – n’ont-ils pas représenté une dialectique entre institutionnalisation et contre-institutionnalisation, pouvoir et contre-pouvoir, légalité et légitimité, irréductible au simple dualisme entre l’exclusion du conflit par l’Etat et, symétriquement, la puissance destituante de la guerre civile ?
C’est par la confrontation de ces figures historiques et des lectures de l’actualité fournies par ces deux ouvrages que nous essayerons de mesurer les implications d’une pensée et d’une pratique du conflit à la hauteur du présent.

Bibliographie

Agamben G., « Léviathan et Béhémoth », in La guerre civile. Pour une théorie politique de la stasis, Paris, Seuil, 2015.

  stasis
Comité invisible, « Ils veulent nous obliger à gouverner, nous ne céderons pas à cette provocation », in A nos amis, Paris, La Fabrique, 2014.

a-nos-amis

12.10.2013 1e séance GRM 7e année: Penser (dans) la crise

La première séance du séminaire de la 7e année du GRM aura lieu dans les locaux de l’Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), salle U/V, de 14 h 00 à 17 h 00.

  • Thème : Penser (dans) la crise. Interrogations sur la pertinence de deux concepts dominants : « guerre au terrorisme » et « développement »
  • Intervenants : Patrick Marcolini et Marco Rampazzo Bazzan

Bibliographie :

  • Giovanni Arrighi: Caos e governo del mondo. Come cambiano le egemonie e gli equilibri planetari, Bruno Mondadori 2006
  • Giovanni Arrighi : Adam Smith à Pékin, Max Millo 2009
  • Giovanni Arrighi, David Harvey : les tortueux sentiers du capital Revue Agone (49, 2012)
  • Carl Schmitt : La notion de politique * Theorie du partisan, Flammarion 1992
  • Carl Schmitt : Le nomos de la terre, PUF 2001
  • David Harvey : Le nouvel impérialisme, Les prairies ordinaires 2010
  • François Partant : Que la crise d’aggrave, Parangon 2002(2)
  • François Partant : La Ligne d’horizon, La Découverte 1988 (2)
  • François Partant : Cette crise qui n’en est pas une, L’Harmattan 1993
  • Gilbert Rist : Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Presses de Sciences Po 2007(3)
  • Survie : La France en guerre au Mali. Enjeux et zones d’ombres, Tribord 2013
  • Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, La Découverte 2009

GRM 3e année 2009-2010

MOUVEMENTS ETUDIANTS ET LUTTES SOCIALES DEPUIS L’APRES GUERRE

Le Séminaire du Groupe de Recherches Matérialistes de l’année 2009-2010 a été consacré à l’étude des mobilisations étudiantes qui, pendant une période qui recouvre, avec quelques approximations, les années 1960 et 1970, ont marqué plusieurs pays européens et extra-européens (les événements de la Révolution Culturelle chinoise, bien que de toute évidence irréductibles aux seuls enjeux des luttes étudiantes, ont été caractérisés par une mobilisation décisive de la jeunesse lycéenne et universitaire)…

Séance 1 – Samedi 26 septembre 2009

SECTION I : LA RÉVOLUTION CULTURELLE
Séance 2 – Samedi 10 octobre 2009 :

Séance 3 – Samedi 24 octobre :

Séance 4 – Samedi 7 novembre :

Séance 5 – Samedi 21 novembre :

  • David Faroult : « Autour du cinéma mao ».
Séance 6 – Samedi 5 décembre :

SECTION II : ALLEMAGNE ANNÉES 1960
Séance 7 – Samedi 19 décembre 2009 : « Politisations, nouvelles formes de contestation : De l’Université libre à l’Université critique (SPUR, subversive Aktion, Commune I)

Séance 8 – Samedi 9 janvier 2010 :

Séance 9 – Samedi 23 janvier 2010 :

Matin : Atelier Amérique Latine.

  • Vladimir Safatle « L’expérience Allende comme paradigme des « gauches » latino-américaines ».

Après-midi : Le sujet révolutionnaire 2. Théorisations dans la conjoncture : pratique révolutionnaire et émergence des espaces oppositionnels. (Autour de Dutschke, Krahl et Negt).

Séance 10 – Samedi 6 février 2010 :
Mémoires de luttes, théorie marxiste et pratique révolutionnaire.

SECTION III : LA CONJONCTURE 1968 EN FRANCE
Séance 12 – Samedi 6 mars 2010 :
Mai 68 depuis la Guerre d’Algérie

Séance 13 – Samedi 20 mars 2010 :
Lacan et Mai 68

Séance 14 – Samedi 3 avril 2010 :
les marxismes de 68

  • Patrick Marcolini : « L’archipel des révisionnismes »

Séance 15 – Samedi 17 avril 2010 :
Politique et institutions dans les années 1968

SECTION IV : LA CONJONCTURE ROUGE ITALIENNE
Séance 16 – Samedi 1 mai 2010 : Introduction à la conjoncture rouge italienne

Séance 17 – Samedi 15 mai 2010 :

  • Séance de programmation des activités.
  • Préparation du FIPS 2010.

Séance 18 – Samedi 29 mai 2010 : Le problème de l’organisation et les politisations des prisons.

  • Marco Rampazzo Bazzan : « La question du léninisme ou le problème de l’organisation (autour de 33 leçons sur Lénine par Antonio Negri) » 
  • Fabrizio Carlino : « Subjectivations politiques « hors la loi ». De Lotta continua aux NAP. »

Séance 19 – Samedi 12 juin 2010 :

  • Yannick Beaulieu (Membre du comité de rédaction de la revue Dissidences ; Docteur en Histoire de l’Institut universitaire européen) : « A la recherche des « mouvements révolutionnaires » perdus. Les extrêmes gauches, les sciences sociales et la revue Dissidences. »

Séance 20 – Samedi 26 juin 2010 : Demi-journée d’études : « Le courage, l’exemplarité, le héros »Organisée par Daniel Aganciski et Laurence Blesin / Autour du livre de Thomas Berns, Laurence Blésin et Gaëlle Jeanmart, Du courage. Une histoire philosophique, réalisé dans le cadre du « Projet courage » de la Fondation Bernheim.

  • 14h : « Courage et confiance sociale », par Laurence Blésin, Centre de philosophie du droit (UCL).
  • 15h : « Courage politique : individuel ou collectif ? », par Thomas Berns, Centre Perelman de philosophie du droit (ULB).
  • 16h : « Figures de l’exemplarité et conceptions de l’histoire », par Gaëlle Jeanmart, Service de philosophie morale et politique (ULg).
  • 17h : « Les ambivalences du héros et la philosophie de l’histoire », par Daniel Agacinski, Erraphis (Toulouse – Le Mirail).


2e Forum International de Philosophie Politique et Sociale

  • 10 juillet Atelier Luttes étudiantes : mémoires et pratiques
  • Lieu : Salle Mistral, Mairie de Toulouse/ Ateliers organisé à l’initiative du Groupe de Recherches Matérialistes et de l’Inter-séminaire.
  • GRM :  GRM_Presentation_FIPS_2010
  • Inter-séminaire : Les 4, 5 et 6 juin 2010, à la Générale en Manufacture s’est tenu le premier Inter-séminaire. Il a rassemblé différents collectifs, issus des luttes politiques menées ces dernières années dans et à partir de l’Université. Pour continuer le mouvement et occuper les espaces critiques qu’il a libérés, des UFR et des séminaires autogérés, des comités et des groupes de recherche autonomes ont mis en place diverses expérimentations : structures collectives d’écriture et de production de savoir, mise en cause des frontières disciplinaires, articulations d’élaborations théoriques et de pratiques politiques. Le Comité 227 (Toulouse Mirail),l’Université Autogérée (Lyon), l’UFR 0 et le séminaire « in situ » (Paris 8), le laboratoire junior « Actualité des concepts d’aliénation et d’émancipation » (ENS Lyon), les séminaires autogérés « Emancipation » et « Propriété et Résistances » (ENS Ulm), se sont retrouvés pour mettre en commun leurs expériences. Les ateliers ont permis d’aborder quelques thèmes transversaux à ces initiatives : politisation de l’Université et de l’espace public, critique du système scolaire à partir de la notion d’errance, liens entre féminismes et révolution. A l’issue de cette rencontre, quelques pistes de travail communes ont été esquissées : comment lutter contre les stratégies d’invisibilisation à l’intérieur et hors de l’Université ? Quels modes de production de l’espace implique la constitution des collectifs ? Quelles articulations entre politique des savoirs et savoirs politiques voulons-nous ?